Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Gravelines : Un sac de gravats nucléaires dans une benne à ordures ménagères

Les non-dits d’EDF ne cachent pas ses erreurs




7 novembre 2023


Les alarmes se sont déclenchées à la centrale nucléaire de Gravelines (Hauts-de-France) le 16 octobre 2023, lorsqu’un camion poubelle a passé la porte. Et pour cause : il contenait des déchets radioactifs.


Crédit photo : André Paris

EDF ne dit rien de cet incident pourtant significatif pour l’environnement [1] (puisqu’il y a eu sortie de zone nucléaire de matière radioactive et donc possibilité de dispersion à l’extérieur du site) et probablement pour les travailleurs qui ont manipulé ce sac de déchets contaminés. Il contenait du sable et des gravats - donc certainement issus d’un chantier en cours sur le site nucléaire - et "une particule de contamination de 147 kBq". C’est tout ce que livrera EDF, aucune explication n’est fournie par l’industriel.

L’incident démontre pourtant qu’il y a de graves entorses à ce qui devrait être les pierres angulaires de la gestion du site nucléaire : confinement des matières radioactives et radioprotection des travailleurs.
Si le contenu du sac n’a pas été identifié comme radioactif, le contenant n’était pas adapté et les personnes qui l’auront manipulé n’ont pas été protégées des radiations émanant des déchets.
Si les gravats et le sable n’ont pas été identifiés comme possiblement contaminés, c’est que le chantier n’a pas été préparé correctement (une analyse des risques est censée être faite avant chaque activité pour identifier quels risques peuvent être générés et ce qui doit être mis en place pour les réduire ou les supprimer).

Le communiqué lacunaire d’EDF ne permet pas de caractériser l’ampleur de la contamination ni les conséquences de l’incident pour les travailleurs qui ont été exposés aux gravats. Quel type de rayonnement était émis par la "particule" [2] [3]  ? Quelle masse de matière était contaminée ? 147 kBq (147 000 Bq) donne une indication sur l’activité du rayonnement, c’est à dire le nombre de désintégration de noyaux d’atomes par seconde. Mais sans rapport à la masse de matière, impossible de se faire une idée : était-ce 147 000 par gramme ? par kilos ? Par exemple, les déchets dits de Très faible activité (TFA) ont une activité radiologique inférieure à 100 Bq par gramme. De même, la tournure utilisée par EDF, " une particule de contamination", n’a pas vraiment de sens. Elle permet toutefois d’éviter d’utiliser le terme "radioactivité", totalement absent du communiqué.

Les non-dits de l’industriel ne cachent pour autant pas ses fautes. La radioactivité est censée être en permanence confinée dans certaines zones (les zones nucléaires), dont les entrées et sorties sont censées être contrôlées, et en aucun cas les ordures ménagères ne doivent être contaminées. Le camion-benne a été rattrapé avant de pouvoir sortir du site, mais le problème n’est pas tant là. Le problème, c’est qu’un sac de déchets radioactifs ait pu y arriver. L’analyse de l’incident sera une longue chaîne de dysfonctionnements à remonter et à décortiquer : analyses préalables des risques des activités, gestion des chantiers à production possibles de déchets nucléaires, caractérisation et gestion des déchets, radioprotection des travailleurs, contrôles des entrées et sorties des zones nucléaires, confinement de la radioactivité et risque de dispersion dans l’environnement... La direction EDF du site de Gravelines a de quoi faire. De là à ce que tous les dysfonctionnement soient tous résolus...

Ce que dit EDF :

Les évènements significatifs déclarés à l’Autorité de sûreté nucléaire en septembre-octobre 2023

Publié le 07/11/2023

Le 16 octobre 2023, les portiques véhicules de contrôle de la radioactivité de sortie de site passent en alarme lors du passage d’une benne à ordures ménagères. Celle-ci est ramenée vers une zone de contrôle adaptée pour effectuer des investigations complémentaires. Les techniciens en radioprotection mettent en évidence une particule de contamination de 147 kBq provenant d’un sac contenant du sable et des gravats.

Cet écart n’a pas eu de conséquence sur la santé des personnes intervenant à proximité de la benne, ni sur l’environnement. Il a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire le 23 octobre 2023 en événement relevant du domaine environnement.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-gravelines/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-gravelines/les-evenements-significatifs-declares-a-lautorite-de-surete-nucleaire-en-septembre-octobre-2023


[1Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements

[2Rayonnement ionisant : Processus de transmission d’énergie sous forme d’ondes électromagnétiques (photons gamma) ou de particules (alpha, bêta, neutrons) capable de produire directement ou indirectement des ions en traversant la matière. Les rayonnements ionisants sont produits par des sources radioactives. En traversant les tissus vivants, les ions provoquent des phénomènes biologiques pouvant entraîner des lésions dans les cellules de l’organisme. https://www.asn.fr/lexique/R/Rayonnement-ionisant

[3Il existe différents types de rayonnements qui ont des impacts différents. Le rayonnement alpha, émis par un atome radioactif, est un faisceau de noyaux d’hélium composé de deux protons et deux neutrons. Le rayonnement béta, émis par un atome radioactif, est un faisceau d’électrons. Le rayonnement bêta cause plus de dégâts que le rayonnement alpha car il est chargé électriquement. Le rayonnement gamma est composé de photons de haute énergie. Ce rayonnement va pénétrer davantage dans l’organisme que les rayonnements alpha et bêta, mais il modifie moins les particules qu’il rencontre. https://www.irsn.fr/FR/connaissances/Sante/rayonnements-ionisants-effets-radioprotection-sante/effets-rayonnements-ionisants/Pages/2-differents-rayonnements-ionisants.aspx#.YugMGPc6-Uk


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Gravelines

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
168