Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Gravelines : Difficultés de maîtrise de la réaction nucléaire

Grappes de commande bloquées et mauvais dosage du bore




30 octobre 2023


Alors que le réacteur 3 de la centrale nucléaire de Gravelines (Hauts-de-France) était en phase de redémarrage, certaines barres de commande insérées dans la cuve, qui permettent d’ajuster la puissance de réaction nucléaire se bloquent. EDF doit alors jouer sur la concentration en acide borique pour maîtriser la puissance du réacteur. Mais l’industriel n’arrivera pas à le faire dans le temps réglementaire.


Crédit photo : André Paris

Le communiqué de l’exploitant est bref et ne donne que peu de détails sur l’incident survenu lors du redémarrage du réacteur entre le 22 et le 23 octobre 2023. Certaines barres de commande [1] , qui permettent de moduler la puissance de la réaction nucléaire en étant plus ou moins insérées dans la cuve du réacteur, se sont bloquées. "Dysfonctionnement électrique" précise le communiqué.
Pour gérer la puissance de la réaction en chaîne, l’exploitant nucléaire a deux moyens : les grappes de commande et la concentration en acide borique (bore [2] ) dans l’eau du circuit primaire [3] , le principal circuit de refroidissement du combustible lorsqu’il est dans la cuve.

Face au blocage d’une partie des grappes de commande, EDF décide de stopper le démarrage et de remettre son réacteur à l’arrêt. Pour ce faire - donc pour stopper la réaction nucléaire en cours dans la cuve - il doit ajuster la dose de bore dans le circuit primaire. Un ajustement qui est normalement fait couramment lorsque le réacteur fonctionne. Mais on ne sait pourquoi (lenteur de détection, mauvaise configuration des circuits, panne matérielle ?) il n’y arrivera pas. En tout cas, pas dans les délais prescrits par les règles qu’il doit appliquer.

L’incident a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) comme significatif [4] pour la sûreté [5] fin octobre 2023. Même si EDF précise qu’il n’a pas eu de conséquence, il démontre un manque de préparation du redémarrage et des vérifications matérielles faites un peu trop tard, après que EDF ait lancé son réacteur sur les rails. Auxquels s’ajoute qu’une lenteur de réaction, qui a in fine accentué la difficulté de maîtrise de la puissance de son réacteur.
Si EDF n’est pas capable de réagir dans les temps pour garder le contrôle de la puissance d’un réacteur, si EDF lance une réaction nucléaire sans s’être assuré avant qu’il avait tous les outils en main pour la maîtriser, comment peut-il la gérer ?

Ce que dit EDF :

Déclaration d’un événement significatif pour la sûreté de niveau 1 relatif à la concentration de bore dans le circuit primaire

Publié le 30/10/2023

Le 22 octobre, l’unité N°3 est à l’arrêt pour maintenance programmée. Les essais et contrôles préalables au redémarrage sont en cours.

Des essais physiques sont en cours sur les grappes de commande. Celles-ci, insérées à une profondeur variable dans les tubes-guides des assemblages combustibles, permettent d’ajuster le flux neutronique et de régler la puissance dans le cœur du réacteur.

A 18h55, lors de ces essais, un sous-groupe de grappes se bloque, en raison d’un dysfonctionnement électrique. Après diagnostic, décision est prise de passer la tranche dans le domaine d’exploitation « Arrêt Normal sur Générateur de Vapeur » (AN/GV) le 23 octobre à 2h58.

Dans cette configuration, les Spécifications techniques d’exploitation (STE) requièrent une concentration en bore spécifique dans le circuit primaire. Celle-ci sera atteinte à 4h47, après un délai supérieur à ce qui est demandé par ces mêmes STE.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur la sûreté de l’installation. Il a été déclaré par la direction de la centrale nucléaire de Gravelines le 27 octobre 2023 à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 1, sur l’échelle INES.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-gravelines/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-gravelines/declaration-dun-evenement-significatif-pour-la-surete-de-niveau-1-relatif-a-la-concentration-de-bore-dans-le-circuit-primaire


Ce que dit l’ASN :

Non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation

Publié le 23/11/2023

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 27 octobre 2023, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un évènement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Gravelines en cas de concentration en bore inférieure à celle requise dans le circuit primaire.

Pour contrôler la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur et assurer ainsi la maîtrise de la réactivité, l’exploitant dispose de deux moyens principaux :

  • ajuster la concentration de bore dans l’eau du circuit primaire, le bore ayant la propriété d’absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire ;
  • introduire les grappes de commande dans le cœur ou les en retirer ; ces grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons.

Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées.

Le 22 octobre 2023, alors que le réacteur 3 était en puissance et effectuait des essais de redémarrage, un aléa matériel sur les grappes de commande a amené l’exploitant à procéder, au matin du 23 octobre 2023, au repli du réacteur en arrêt normal sur générateur de vapeur. Le repli du réacteur a été réalisé avec une concentration en bore attendue inférieure à celle définie dans les règles générales d’exploitation. La concentration en bore requise en arrêt normal sur générateur de vapeur n’a été retrouvée qu’au bout d’une heure et 49 minutes. Les règles générales d’exploitation, qui prévoient le rétablissement de la concentration en bore dans le réacteur sous une heure, n’ont donc pas été respectées.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence pour les personnes et l’environnement. Néanmoins, compte tenu du non-respect des règles générales d’exploitation, cet événement qui a affecté la fonction de sûreté maîtrise de la réactivité du réacteur a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/non-respect-de-la-conduite-a-tenir-prevue-par-les-regles-generales-d-exploitation14


[1Grappes de commande : Pour contrôler la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur, l’exploitant dispose de deux moyens principaux : - ajuster la concentration de bore dans l’eau du circuit primaire, le bore ayant la propriété d’absorber les neutrons produits par la réaction nucléaire, - introduire les grappes de commande dans le cœur ou les en retirer, ces grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons. II convient, en marche normale du réacteur, de maintenir certaines grappes à un niveau suffisant, fixé par les spécifications techniques, d’une part pour que leur chute puisse étouffer efficacement la réaction nucléaire en cas d’arrêt d’urgence, d’autre part pour assurer une bonne répartition du flux de neutrons. https://www.asn.fr/lexique/G/Grappes-de-commande

[2Le bore, présent dans l’eau du circuit primaire sous forme d’acide borique dissous, permet de modérer, par sa capacité à absorber les neutrons, la réaction en chaîne. La concentration en bore est ajustée pendant le cycle en fonction de l’épuisement progressif du combustible en matériau fissile. https://www.asn.fr/lexique/b/Bore

[3Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression. Cette eau s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Dans les générateurs de vapeur, elle cède la chaleur acquise à l’eau du circuit secondaire pour produire la vapeur destinée à entraîner le groupe turboalternateur. Le circuit primaire permet de refroidir le combustible contenu dans la cuve du réacteur en cédant sa chaleur par l’intermédiaire des générateurs de vapeur lorsqu’il produit de l’électricité ou par l’intermédiaire du circuit de refroidissement à l’arrêt lorsqu’il est en cours de redémarrage après rechargement en combustible. La température du circuit primaire principal est encadrée par des limites afin de garantir le maintien dans un état sûr des installations en cas d’accident. https://www.asn.fr/Lexique/C/Circuit-primaire

[4Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements

[5La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Gravelines

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
163