Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Cattenom : Petite erreur de calcul, gros enjeux

EDF se trompe dans le débit d’eau nécessaire au refroidissement du réacteur 1




17 février 2023


Une petite erreur peut avoir de grands pouvoirs. Comme celui de mettre en péril le refroidissement d’un réacteur nucléaire et rallonger le délai de déclenchement des protections comme les arrêts d’urgence en cas de besoin.


C’est ce qu’il s’est passé à Cattenom (Grand Est), pour le réacteur 1. Réacteur qui a redémarré début février 2023 après plusieurs mois d’arrêt et la réparation de 2 de ses plus grosses fissures par corrosion sous contrainte imposée par l’Autorité de sûreté (ASN) suite à un avis rendu par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, l’IRSN (l’ensemble du circuit d’injection de sécurité sera intégralement remplacé lors du prochain arrêt du réacteur prévu dans l’année).

Le 12 février 2023, EDF réalise un essai pour déterminer le débit nécessaire du circuit primaire, le circuit qui refroidit le combustible nucléaire contenu dans la cuve du réacteur pour éviter sa surchauffe [1] . Lors de ce calcul, la marge d’incertitude a été oubliée. Le résultat du calcul était donc faux. Mais il a été implanté dans les paramètres du système de protection automatique du réacteur, un système qui surveille en permanence l’activité du réacteur et qui déclenche notamment les arrêts d’urgence en cas de problème.

Mauvaise application de formule ? Oubli de vérification des calculs ? Vérification faite mais un peu trop tardivement ? On ne sait pas ce qui est à l’origine de cette erreur ni pourquoi elle n’a pas été détectée avant d’être rentrée comme donnée dans le système de protection, ni le communiqué d’EDF ni celui de l’ASN n’explique d’où est venu le problème. Ce n’est que le lendemain qu’EDF s’est rendu compte de son erreur de calcul. Une erreur qui a affecté la maîtrise du refroidissement du réacteur nucléaire et diminué sa protection. Les faits ont été déclarés par EDF comme significatifs [2] pour la sûreté [3] le 16 février 2023 au titre du "non respect de spécifications techniques d’exploitation" car c’est en moins de 8 heures que l’erreur aurait dû être détectée et corrigée. Un intitulé qui, comme le contenu du communiqué, ne dit pas vraiment ce qu’il s’est passé ni ce qui a péché. La transparence selon EDF et les autorités.

Ce que dit EDF :

Détection tardive d’un non-respect des spécifications techniques d’exploitation

Publié le 17/02/2023

Le 12 février 2023, dans le cadre des activités suivant le redémarrage du réacteur n°1 de la centrale de Cattenom, les équipes réalisent des implantations numériques de paramètres de réglage du système de protection du réacteur. Ce système permet notamment l’arrêt automatique du réacteur et le déclenchement des systèmes de sauvegarde appropriés en situation accidentelle. Conformément aux procédures, l’activité est contrôlée par une entité nationale validant les essais physiques de redémarrage du réacteur. Ce contrôle, réalisé le 13 février, a questionné la justesse d’une valeur, qui en cas de transitoire nécessitant l’activation de la protection aurait ralenti son activation (délai supplémentaire de l’ordre de 4%). Le système a été considéré indisponible, le temps qu’une nouvelle valeur soit implantée. Les équipes de la centrale ont engagé la baisse de puissance de l’unité de production n°1, afin de réaliser une nouvelle implantation qui s’est révélée conforme.

L’écart a été détecté moins de 24h après l’évènement et n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté. Cependant, la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation prévoit une intervention sous 8h, qui n’a pas été respectée. En raison de la prise en compte tardive de cette procédure, la direction de la centrale nucléaire de Cattenom a déclaré cet évènement comme événement significatif de niveau 1 de l’échelle INES, graduée de 0 à 7, à l’Autorité de sûreté nucléaire le 16 février 2023.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-cattenom/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-cattenom/cnpe-de-cattenom-detection-tardive-dun-non-respect-des-specifications-techniques-dexploitation


Ce que dit l’ASN :

Erreur dans la détermination du débit primaire attendu du réacteur 1

Publié le 26/02/2023

Centrale nucléaire de Cattenom Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 16 février 2023, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cattenom a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif à une erreur de détermination du débit dans le circuit primaire, paramètre utilisé par le système de protection du réacteur.

Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression. Cette eau s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des assemblages de combustible. L’eau du circuit primaire est mise en mouvement par quatre pompes dites « pompes primaires ».

Le 12 février 2023, des essais ont été réalisés sur le réacteur 1, visant notamment à déterminer le débit dans le circuit primaire. Les valeurs mesurées ont été utilisées pour mettre à jour les paramètres du système de protection du réacteur, qui gère l’arrêt automatique du réacteur et la mise en service des systèmes de sauvegarde.

Le 13 février 2023, l’exploitant a détecté une erreur sur l’incertitude prise en compte dans la détermination du débit d’eau primaire. Cette erreur aurait pu, en cas de retrait incontrôlé ou d’éjection d’une grappe de commande, conduire à un léger retard de la détection de la situation et de la mise en œuvre de la protection par arrêt automatique du réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée à la maîtrise du refroidissement en augmentant légèrement les seuils des systèmes de protection du réacteur.

En raison de sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Dès la détection de l’événement, l’exploitant a procédé à une réduction de la puissance du réacteur conformément à ses spécifications techniques d’exploitation, puis corrigé l’implantation des paramètres de débit d’eau primaire, avant de rétablir le réacteur à son régime de production nominal.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/erreur-dans-la-determination-du-debit-primaire-attendu-du-reacteur-1


[1Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression. Cette eau s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Dans les générateurs de vapeur, elle cède la chaleur acquise à l’eau du circuit secondaire pour produire la vapeur destinée à entraîner le groupe turboalternateur. Le circuit primaire permet de refroidir le combustible contenu dans la cuve du réacteur en cédant sa chaleur par l’intermédiaire des générateurs de vapeur lorsqu’il produit de l’électricité ou par l’intermédiaire du circuit de refroidissement à l’arrêt lorsqu’il est en cours de redémarrage après rechargement en combustible. La température du circuit primaire principal est encadrée par des limites afin de garantir le maintien dans un état sûr des installations en cas d’accident. https://www.asn.fr/Lexique/C/Circuit-primaire

[2Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif

[3La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Cattenom

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
160