Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Bugey : Un circuit de refroidissement coupé par erreur

Double violation des règles d’exploitation du réacteur 3




19 octobre 2021


Le 14 octobre 2021, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’arrêt simultané des deux voies du circuit d’alimentation en eau brute (SEC) [1] du réacteur 3 de la centrale nucléaire du Bugey (Ain).


Ce que dit l’ASN :

Non-respect d’une prescription des règles générales d’exploitation relative au refroidissement des circuits auxiliaires du réacteur 3

Publié le 19/10/2021

Centrale nucléaire du Bugey Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 14 octobre 2021, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif [2] pour la sûreté [3] relatif à l’arrêt simultané des deux voies du circuit d’alimentation en eau brute (SEC)

du réacteur 3 de la centrale nucléaire du Bugey.

En fonctionnement, les règles générales d’exploitation (RGE) requièrent que les deux voies (A et B) du circuit SEC de chaque réacteur soient disponibles pour assurer le refroidissement des circuits auxiliaires et qu’une voie soit en service. En outre, sur les réacteurs de la centrale du Bugey, une ligne dite de banalisation du circuit SEC permet d’utiliser une voie du circuit SEC d’un réacteur pour refroidir les circuits auxiliaires du réacteur appairé.

En raison d’une opération de maintenance sur la pompe de la voie B du circuit SEC du réacteur 3, la ligne de banalisation a été ouverte pour disposer d’une voie du circuit SEC du réacteur 2 en compensation de la voie B du circuit SEC du réacteur 3. Le 7 octobre 2021, à l’issue de cette opération de maintenance, nécessitant la fermeture des vannes situées en amont et à l’aval de la voie B du circuit SEC du réacteur 3, ces vannes ont été ré-ouvertes. Le 9 octobre 2021, cette pompe a été remise en service afin d’effectuer sa requalification après maintenance. Dans ce cadre, la pompe de la voie A a été arrêtée puis remise en service. Cette requalification n’a pas mis en évidence d’anomalie et la pompe de la voie B du circuit SEC du réacteur 3 a donc été considérée comme disponible.

Par la suite, l’opérateur a arrêté la pompe de la voie A du réacteur 3 et fermé la ligne de banalisation entre les circuits SEC des réacteurs 2 et 3. L’alarme relative à un débit insuffisant dans le circuit SEC du réacteur 3 est alors apparue en salle de commande. Très rapidement, la pompe de la voie A du circuit SEC du réacteur 3 a été remise en service par l’opérateur depuis la salle de commande et l’alarme s’est acquittée.

Les investigations menées par EDF ont mis en évidence que la vanne située à l’aval de la pompe de la voie B du circuit SEC du réacteur 3 n’avait pas été complètement ré-ouverte le 7 octobre 2021. En raison de cette ouverture partielle, cette pompe n’était pas en mesure d’assurer sa fonction. Les RGE n’ont donc pas été respectées à deux reprises, dès lors que la pompe de la voie A était également à l’arrêt.

Après son ouverture complète, un nouvel essai de requalification de la pompe de la voie B du circuit SEC du réacteur 3 a été réalisé, permettant de la rendre à nouveau disponible.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ou l’environnement.

En raison du non-respect d’une prescription des règles générales d’exploitation du réacteur, l’ASN a classé cet événement au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/non-respect-d-une-prescription-des-regles-generales-d-exploitation


Ce que dit EDF :

Défaut de configuration du circuit d’eau brute secourue pour le refroidissement intermédiaire de l’unité de production n°3

Evénement sûreté

Publié le 19/10/2021

Le 14 octobre 2021, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté sur l’échelle INES, qui en compte 7. Cet événement est relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation, suite à un défaut de configuration d’un circuit.

Dans un réacteur nucléaire, le circuit de refroidissement intermédiaire (RRI) permet de refroidir différents équipements en fonctionnement ou à l’arrêt. Il assure le refroidissement des circuits annexes au circuit primaire, tels que le circuit de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA). Ce circuit est composé de 2 voies identiques A et B et redondantes, chacune capable d’assurer la mission de refroidissement.

Le circuit d’eau brute (SEC) sert à refroidir le circuit de refroidissement intermédiaire RRI. C’est un circuit dit « de sauvegarde » constitué de deux lignes redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs. Il fonctionne en permanence, même lorsque le réacteur est à l’arrêt. Par ailleurs, les circuits SEC des unités de production n°2 et 3 sont reliés.

Le 9 octobre 2021 en début d’après-midi, dans le cadre d’une maintenance préventive programmée sur le circuit d’eau brute secourue (SEC) de l’unité de production n°3 en fonctionnement, les équipes de la centrale du Bugey mettent à l’arrêt une pompe (n°2) pour assurer sa maintenance. A l’issue de la maintenance préventive, cette pompe est remise en service et la vanne au refoulement de cette dernière est ré-ouverte.

Pour contrôler le bon fonctionnement du circuit après l’activité de maintenance, l’autre pompe (n°1) de l’unité de production n°3 est mise à son tour à l’arrêt. Ainsi seule la pompe n°2 à contrôler est en service. A l’issue de la vérification du bon fonctionnement de la pompe n°2, les deux pompes de l’unité de production n°3 sont alors remises en service.

En début de soirée, les équipes d’intervention préparent une nouvelle activité de maintenance programmée sur la pompe n°1 de l’unité de production n°3. Pour réaliser cette activité ils ferment les vannes qui permettent de mettre en lien les circuits d’eau brute secourue des unités de production n°2 et 3.

Les équipes arrêtent ensuite la pompe n°1 de l’unité de production n°3 qui doit faire l’objet de la maintenance programmée. C’est alors qu’apparaît, en salle de commandes, une alarme indiquant un bas débit d’eau brute. Les opérateurs présents en salle de commandes appliquent alors leur consigne et remettent en service la pompe qu’ils viennent d’arrêter. Ils procèdent immédiatement à l’ouverture de la vanne de la pompe n°2 qui était au final insuffisamment ouverte.

Le diagnostic révèle une insuffisance de débit d’eau masquée par une compensation de débit par l’unité de production n°2, les circuits d’eau brute des unités de production n°3 et 2 étant reliées.

Un nouvel essai du fonctionnement de l’ensemble du circuit d’eau brute est réalisé et déclaré satisfaisant. Cependant, le mauvais positionnement de la vanne a conduit à son indisponibilité. Cette configuration constitue un écart aux spécifications techniques d’exploitation.

L’événement n’a pas eu d’impact réel sur la sûreté de l’installation. Le refroidissement des matériels et fluides des systèmes auxiliaires et de sauvegarde du réacteur a toujours été assuré.

Cependant le non-respect des spécifications techniques d’exploitation constitue un écart qui a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le 14/10/2021, comme un événement significatif de sûreté (ESS) de niveau 1 sur l’échelle INES, qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-du-bugey/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-du-bugey/defaut-de-configuration-du-circuit-d-eau-brute-secourue-pour-le-refroidissement-intermediaire-de-l-unite-de-production-ndeg3


[1Circuit d’eau brute secourue (SEC) : ce circuit sert à refroidir un autre circuit, appelé circuit de refroidissement intermédiaire, qui assure le refroidissement des matériels importants pour la sûreté du réacteur. C’est un circuit dit « de sauvegarde » constitué de deux lignes redondantes, comportant chacune deux pompes et deux échangeurs. Il fonctionne en permanence, même lorsque le réacteur est à l’arrêt, afin d’assurer, entre autres, le refroidissement de la piscine de stockage du combustible. Ce circuit permet l’évacuation, via le circuit de refroidissement intermédiaire, de la puissance résiduelle du combustible dans certaines situations post-accidentelles (accident de perte de réfrigérant primaire, rupture de tuyauterie vapeur) et lors de la mise et du maintien en arrêt à froid du réacteur. Le circuit SEC contribue également, en fonctionnement normal et en cas de mise à l’arrêt du réacteur, au refroidissement d’un certain nombre d’autres équipements tels que les pompes primaires ou la piscine de stockage du combustible.https://www.asn.fr/Lexique/S/SEC

[2Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif

[3La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Bugey

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
121