Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Bugey : La surveillance du réacteur en peine, les réparations à la traîne

Quand EDF ne se donne pas les moyens




27 juin 2024


Même arrêté un réacteur nucléaire doit toujours être surveillé. Mais à la centrale du Bugey (Auvergne Rhône-Alpes), le système qui mesure la puissance nucléaire est tombé en panne. Et EDF n’a pas été capable de le réparer dans les délais imposés.


Crédit photo : André paris

Le 21 juin 2024, le réacteur 5 du Bugey est à l’arrêt. Dans ce cas-là, c’est un système particulier qui surveille sa puissance, car il faut pouvoir détecter de très faibles flux de neutrons  [1] . Ce système (constitué de 2 chaînes de capteurs dites CNS) permet de mesurer en continu l’activité nucléaire dans la cuve, et de déclencher des alarmes et des actions automatiquement en cas d’élévation anormale de la puissance.

Une alarme se déclenche en salle de commande : une des 2 chaînes CNS ne fonctionne plus. Il en reste une deuxième qui fonctionne encore, mais tout système important dans une centrale nucléaire doit être redondant : il doit toujours y avoir un second moyen de remplir la même fonction. Avec une seule chaîne encore en état de marche, il n’y a plus de moyen de secours en cas de défaillance de celle-ci. Le délai de réparation imposé dans un tel cas est de 3 jours. Mais EDF n’arrivera pas à le tenir. Sans qu’on sache pourquoi, ni combien de il aura fallu pour remettre le système en état de marche.
Difficulté de réparation ? Problème de stock ? Quelle qu’en soit la raison, EDF n’a pas pu respecter les règles qu’il est pourtant censé appliquer, faute de s’en être donné les moyens (matériels et/ou humains). Alors qu’il s’agit quand même de surveiller la puissance dégagée par son réacteur nucléaire.

Ce que dit EDF :

Déclaration d’un ESS de niveau 1 relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les spécifications techniques d’exploitation

Publié le 27/06/2024

Les spécifications techniques d’exploitation (STE) sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées. Elles prescrivent notamment les délais maximaux de réparation en cas d’indisponibilité des systèmes requis pour assurer la sûreté des réacteurs.

Chaque unité de production est équipée de plusieurs chaînes de mesure du flux neutronique. Situées le long de la cuve dans la partie nucléaire de l’installation, elles permettent de mesurer le niveau de puissance du réacteur. Parmi ces chaînes de mesure, les chaînes de niveau source (CNS), permettent de mesurer de très faibles flux lorsque le réacteur est à l’arrêt, combustible en cuve.

Le 21 juin 2024, l’unité de production n°5 est en cours de mise à l’arrêt. Une chaine CNS (Chaine de Niveau Source) est détectée indisponible par l’équipe de conduite.

Dans cette configuration du réacteur, les Spécifications Techniques d’Exploitation (STE) imposent une durée maximale d’indisponibilité de ce matériel de 3 jours. Or, le remplacement et la requalification de ce matériel nécessitent un délai plus long.

En conséquence, la centrale du Bugey a déclaré, le 25 juin 2024, à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un évènement significatif sûreté au niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-du-bugey/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-du-bugey/declaration-dun-ess-de-niveau-1-relatif-au-non-respect-de-la-conduite-a-tenir-prevue-par-les-specifications-techniques-dexploitation


Ce que dit l’ASN :

Indisponibilité d’une chaine de niveau source du système de mesure de la puissance nucléaire

Publié le 03/07/2024

Centrale nucléaire du Bugey Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 25 juin 2024, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité d’une chaine de niveau source (CNS) du système de mesure de la puissance nucléaire (RPN) du réacteur 5 de la centrale nucléaire du Bugey.

Le système de mesure de la puissance nucléaire permet d’assurer la surveillance permanente de la puissance du réacteur. Cette surveillance est effectuée par la mesure du flux de neutrons, à l’aide de capteurs disposés à proximité de la cuve :

  • les chaînes de puissance (CNP), utilisées en fonctionnement normal ;
  • les chaînes intermédiaires (CNI), utilisées lors du démarrage ou de la mise à l’arrêt du réacteur ;
  • les chaînes de niveau source (CNS), capables de mesurer de très faibles flux, utilisées lorsque le réacteur est à l’arrêt.

Ces chaînes interviennent dans l’élaboration d’alarmes et d’actions automatiques de protection en cas d’élévation anormale du flux neutronique.

Le 21 juin 2024, alors que le réacteur 5 était en phase d’arrêt, une alarme de perte d’une CNS est apparue en salle de commande. Après investigation, l’exploitant a identifié qu’une des deux CNS du réacteur était hors service et que son remplacement était nécessaire. Dans cet état du réacteur, les spécifications techniques d’exploitation (STE) imposent de rétablir la disponibilité de la CNS sous trois jours. Cependant, les activités de remplacement de la CNS n’ont pas pu être réalisées dans ce délai.

En raison de l’absence d’événement ayant provoqué une augmentation du flux de neutrons durant cette période, cet évènement n’a pas eu de conséquence directe sur le personnel, sur les installations ou sur l’environnement. La surveillance de la puissance nucléaire du réacteur est par ailleurs restée partiellement disponible grâce à la deuxième CNS.

Toutefois, en raison de l’indisponibilité d’une des deux CNS du réacteur pendant un délai supérieur à celui prévu par les STE, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/indisponibilite-d-une-chaine-de-niveau-source-du-systeme-de-mesure-de-la-puissance-nucleaire


[1Réaction nucléaire : Processus entraînant la modification de la structure d’un ou de plusieurs noyaux d’atome. La transmutation peut être soit spontanée, c’est-à-dire sans intervention extérieure au noyau, soit provoquée par la collision d’autres noyaux ou de particules libres. La réaction nucléaire de certains atomes s’accompagne d’un dégagement de chaleur. Il y a fission lorsque, sous l’impact d’un neutron isolé, un noyau lourd se divise en deux parties sensiblement égales en libérant des neutrons dans l’espace. Il y a fusion lorsque deux noyaux légers s’unissent pour former un noyau plus lourd. https://www.asn.fr/lexique/R/Reaction-nucleaire - Réaction en chaîne : Suite de fissions nucléaires au cours desquelles les neutrons libérés provoquent de nouvelles fissions, à leur tour génératrices de neutrons expulsés vers des noyaux cibles, etc. https://www.asn.fr/lexique/R/Reaction-en-chaine


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Bugey

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
157