Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Blayais : Non-qualité de maintenance et défaut de culture sûreté lors d’une intervention sur le système d’instrumentation interne du cœur




13 juillet 2023


Lors du redémarrage du réacteur 1 de la centrale nucléaire du Blayais (Nouvelle Aquitaine) après sa 4ème visite décennale fin mai 2023, une fuite apparaît sur un système niché au cœur du réacteur et qui en surveille la puissance.


Après investigation, il s’est avéré qu’un prestataire d’EDF, intervenu le 24 janvier sur ce même système, est revenu le lendemain, il avait des doute sur le bon remontage des éléments. Sauf qu’il n’a pas assez serré un écrou. Il n’a pas prévenu EDF de sa seconde venue, il a donc travaillé sans dossier d’intervention, sans contrôles métallurgiques, et dans des conditions qui n’ont pas été tracées ni surveillées. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé que des contrôles supplémentaires soient faits sur le système d’instrumentation du cœur dès qu’il sera de nouveau accessible accessible, EDF ayant redémarré le réacteur avant de déclarer l’incident [1] .

Ce que dit EDF :

Déclaration d’un événement significatif de sûreté de niveau 1 relatif à un défaut d’assurance qualité dans la réalisation d’une opération de maintenance

Publié le 13/07/2023

Sur une centrale nucléaire, la réaction en chaîne à l’intérieur de la cuve du réacteur est surveillée en continue par différents systèmes, dont un circuit appelé système d’instrumentation interne du cœur (RIC), permettant de mesurer la répartition de la puissance du flux neutronique dans le cœur.

Le 24 janvier 2023, lors d’une activité de maintenance planifiée sur ce système au cours de la 4ème visite décennale de l’unité de production n°1, les équipes procèdent au remplacement d’une buselure, dont la fonction est d’assurer l’étanchéité du circuit.

Le 25 janvier 2023, les intervenants en charge de la réalisation de cette activité, ayant une interrogation sur le montage des éléments de la buselure réalisé la veille, procèdent à une nouvelle opération de maintenance sur le matériel, sans en tracer la réalisation.

Le 29 mai 2023, lors des opérations de redémarrage de l’unité, une inétanchéité au niveau de l’écrou de contrepression de la buselure est détectée.

L’expertise réalisée identifie un desserrage de l’écrou de contrepression comme étant à l’origine de l’inétanchéité, et met en évidence qu’une deuxième activité de maintenance a été réalisée sur le matériel, sans faire l’objet d’une information préalable, ni de compte-rendu.

L’écrou de contrepression de la buselure est alors resserré et les contrôles d’étanchéité déclarés conformes.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations. Toutefois, en raison du défaut d’assurance qualité identifié dans la réalisation de cette opération de maintenance traduisant un défaut de culture sûreté chez les intervenants, la Direction de centrale du Blayais a décidé de déclarer cet événement à l’ASN le 12 juillet 2023, comme un événement de niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-du-blayais/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-du-blayais/declaration-dun-evenement-significatif-de-surete-de-niveau-1-relatif-a-un-defaut-dassurance-qualite-dans-la-realisation-dune-operation-de-maintenance


Ce que dit l’ASN :

Non-qualité de maintenance et défaut de culture sûreté lors d’une intervention sur le système d’instrumentation interne du cœur

Publié le 21/07/2023

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 13 juillet 2023, l’exploitant de la centrale nucléaire du Blayais a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à une non-qualité de maintenance et à un défaut de culture de sûreté lors d’une intervention sur le système d’instrumentation interne du cœur du réacteur 3.

Le 24 janvier 2023, le réacteur 1 était à l’arrêt dans le cadre de sa 4ème visite décennale.

Une intervention sur le système RIC  [2] avait été réalisée par un prestataire de l’exploitant et sous son contrôle. Elle avait été opérée sous assurance qualité et avec des contrôles métallurgiques permettant de détecter d’éventuels défauts après l’intervention. À la suite de cette première intervention, l’équipement avait été requalifié.

Le 25 janvier 2023, suite à des doutes sur le montage de certains éléments de l’équipement, le prestataire a décidé d’intervenir à nouveau, sans toutefois en informer au préalable l’exploitant, sans dossier d’intervention, sans contrôles métallurgiques, et dans des conditions qui n’ont pas été tracées ni surveillées par ce dernier.

Le 29 mai 2023, lors des opérations de redémarrage du réacteur 1, une fuite a été détectée sur le circuit RIC, où avaient eu lieu ces interventions. Cette fuite provenant d’un manque de serrage sur un matériel a été rapidement stoppée. Les investigations menées par l’exploitant pour expliquer l’origine de cette fuite l’ont amené à découvrir les conditions inadaptées de la seconde intervention sur le circuit RIC, mettant en évidence un défaut d’assurance qualité et un déficit de culture sûreté de la part des intervenants du prestataire.

Cette situation a conduit l’exploitant à déclarer un événement significatif pour une non-qualité de maintenance et un manque de culture de sûreté.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement.

En raison du non-respect des règles d’assurance qualité lors d’une opération de maintenance sur un équipement important pour la protection des intérêts, traduisant de la part des intervenants un manque de culture sûreté, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Dès la découverte de l’événement, la disponibilité du système RIC a fait l’objet d’une analyse puis d’une justification. Toutefois l’ASN a demandé que ces évaluations soient complétées par des contrôles dès que l’équipement sera de nouveau accessible.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/non-qualite-de-maintenance-et-defaut-de-culture-surete-lors-d-une-intervention


[1Le réacteur 1 du Blayais a été reconnecté le 19 juin 2023 au réseau électrique. Il avait été arrêté le 31 juillet 2022 pour sa 4ème visite décennale, un grand programme de modification des équipements et de vérifications en profondeur de l ’installation.

[2Le système d’instrumentation du cœur (RIC) fournit des informations sur la distribution du flux de neutrons dans le cœur et sur la température de l’eau du circuit primaire dans la cuve du réacteur. Il participe au diagnostic et à la surveillance du cœur du réacteur.


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Blayais

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
110