Faire un don

Nos communiqués de presse

Communiqué commun Abolition des Armes Nucléaires-Maison de Vigilance, Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire,Arrêt du nucléaire 26-07, Arrêt du nucléaire 34, ICAN France , Négajoule, Réseau « Sortir du nucléaire », Tchernoblaye

Du 6 au 9 AOÛT 2022, ACTIONS ET JEÛNES POUR LE DÉSARMEMENT NUCLÉAIRE

Avec la bombe atomique « la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie » Albert Camus, Combat, 8 août 1945

Communiqué du 2 août 2022



Du 6 au 9 août 2022, des actions et des jeûnes sont organisés dans plusieurs villes de France (Bordeaux, Dampierre, Dijon, Épinal, Mont Saint-Michel, Tours) et dans six autres pays (Allemagne, Côte d’Ivoire, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Nigéria, Royaume-Uni). Les participants se réunissent en solidarité avec les victimes des bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki et celles des plus de 2 000 essais nucléaires. Ils s’engagent pour que la France adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.



Le nucléaire — militaire comme civil — crée une insécurité majeure sur notre planète, comme le souligne la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine le 24 février 2022.

Or, depuis l’entrée en vigueur le 22 janvier 2021 du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), les armes nucléaires sont illégales au regard du droit international. Le TIAN — adopté par 122 États à l’ONU en 2017 — interdit la possession, la fabrication, l’usage et la menace d’utilisation des armes nucléaires, donc la stratégie de « dissuasion nucléaire ». Un traité que les neuf puissances nucléaires et leurs alliés refusent de considérer au mépris du respect de la démocratie internationale et de leurs propres engagements internationaux pris notamment dans le cadre du Traité sur la non-prolifération (TNP), dont la dixième Conférence d’examen se déroule au siège de l’ONU à New York (du 1er au 26 août).

En effet, l’article VI du TNP, entré en vigueur en 1970, demande aux États membres de « s’engage[r] à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire ».

Du 6 au 9 août, ces quatre jours d’actions seront également l’occasion d’interpeller Emmanuel Macron qui vient d’annoncer une nouvelle augmentation des dépenses militaires, dont 13 % sont consacrées à la maintenance et au renouvellement de l’arsenal nucléaire ; soit 5,3 milliards d’euros en 2022.

À Bordeaux, Abolition des Armes Nucléaires-Maison de Vigilance, Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire, Arrêt du nucléaire 26-07, Arrêt du nucléaire 34, ICAN France (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires, prix Nobel de la paix 2017), Négajoule, Réseau « Sortir du nucléaire », Tchernoblaye participent à ces rassemblements en solidarité avec les victimes des armes atomiques pour exiger que la France adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Contacts presse :

• Patrice Bouveret, 06 30 55 07 09 – patricebouveret@obsarm.info • ICAN France & Abolition des Armes Nucléaires—Maison de Vigilance

• Marie Liger, 07 60 15 01 23 • Réseau "Sortir du nucléaire"

• Mimosa, 06 62 63 94 60 - mimosagironde@gmail.com • Tchernoblaye

Le nucléaire — militaire comme civil — crée une insécurité majeure sur notre planète, comme le souligne la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine le 24 février 2022.

Or, depuis l’entrée en vigueur le 22 janvier 2021 du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), les armes nucléaires sont illégales au regard du droit international. Le TIAN — adopté par 122 États à l’ONU en 2017 — interdit la possession, la fabrication, l’usage et la menace d’utilisation des armes nucléaires, donc la stratégie de « dissuasion nucléaire ». Un traité que les neuf puissances nucléaires et leurs alliés refusent de considérer au mépris du respect de la démocratie internationale et de leurs propres engagements internationaux pris notamment dans le cadre du Traité sur la non-prolifération (TNP), dont la dixième Conférence d’examen se déroule au siège de l’ONU à New York (du 1er au 26 août).

En effet, l’article VI du TNP, entré en vigueur en 1970, demande aux États membres de « s’engage[r] à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire ».

Du 6 au 9 août, ces quatre jours d’actions seront également l’occasion d’interpeller Emmanuel Macron qui vient d’annoncer une nouvelle augmentation des dépenses militaires, dont 13 % sont consacrées à la maintenance et au renouvellement de l’arsenal nucléaire ; soit 5,3 milliards d’euros en 2022.

À Bordeaux, Abolition des Armes Nucléaires-Maison de Vigilance, Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire, Arrêt du nucléaire 26-07, Arrêt du nucléaire 34, ICAN France (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires, prix Nobel de la paix 2017), Négajoule, Réseau « Sortir du nucléaire », Tchernoblaye participent à ces rassemblements en solidarité avec les victimes des armes atomiques pour exiger que la France adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Contacts presse :

• Patrice Bouveret, 06 30 55 07 09 – patricebouveret@obsarm.info • ICAN France & Abolition des Armes Nucléaires—Maison de Vigilance

• Marie Liger, 07 60 15 01 23 • Réseau "Sortir du nucléaire"

• Mimosa, 06 62 63 94 60 - mimosagironde@gmail.com • Tchernoblaye


Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don



 Presse

Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Grâce à vos dons, nous agissons !



Thèmes
 Nucléaire militaire