Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Sortir du nucléaire n°84

Hiver 2020

Si le dossier du dernier numéro de la revue s’intéressait à la question des déchets radioactifs et à leur gestion (illusoire) prônée par l’industrie nucléaire, nous voulions commencer l’année 2020 avec un peu d’espoir. Nous avons donc choisi de mettre en avant les échecs récents de cette industrie qui, quoiqu’en disent ses promoteurs, est belle et bien moribonde.

Nous nous sommes préoccupés de la situation de l’EPR de Flamanville. À minima trois fois le prix initial et douze ans de retard. Qui peut encore croire au fleuron de l’industrie nucléaire ? Et alors que la 3ème génération de réacteurs peine à prendre vie, l’industrie annonce l’arrêt des recherches sur une éventuelle 4ème génération (ASTRID) en septembre 2019. Cet arrêt remet en cause le mythe d’un “cycle fermé“ pour l’industrie nucléaire, et aura de lourdes conséquences sur la gestion des déchets. Puis nous avons tenté de faire l’inventaire des défauts, malfaçons et fraudes qui ont été récemment mis en lumière. Bien mal nous en a pris… ce fût mission impossible ! L’article que nous vous proposons ne vous en donnera qu’un petit aperçu. Enfin, puisque nous ne sommes pas les seuls, nous antinucléaires, à dénoncer le fonctionnement de cette industrie, nous nous sommes intéressés à la grève des sous-traitants et à leurs conditions de travail, pour vous dévoiler comment est (mal) géré la sûreté dans ces installations dangereuses.

En bref, malgré deux géants du nucléaire français, EDF et ORANO, vantant une industrie à la pointe, sécurisée et bien gérée et un gouvernement fonçant tête baissée alors que tous les indicateurs sont au rouge, cette industrie est sur le déclin.

Poussons-la pour qu’elle tombe enfin et laisse place à un autre monde, un monde sans nucléaire !



Si le dossier du dernier numéro de la revue s’intéressait à la question des déchets radioactifs et à leur gestion (illusoire) prônée par l’industrie nucléaire, nous voulions commencer l’année 2020 avec un peu d’espoir. Nous avons donc choisi de mettre en avant les échecs récents de cette industrie qui, quoiqu’en disent ses promoteurs, est belle et bien moribonde.

Nous nous sommes préoccupés de la situation de l’EPR de Flamanville. À minima trois fois le prix initial et douze ans de retard. Qui peut encore croire au fleuron de l’industrie nucléaire ? Et alors que la 3ème génération de réacteurs peine à prendre vie, l’industrie annonce l’arrêt des recherches sur une éventuelle 4ème génération (ASTRID) en septembre 2019. Cet arrêt remet en cause le mythe d’un “cycle fermé“ pour l’industrie nucléaire, et aura de lourdes conséquences sur la gestion des déchets. Puis nous avons tenté de faire l’inventaire des défauts, malfaçons et fraudes qui ont été récemment mis en lumière. Bien mal nous en a pris… ce fût mission impossible ! L’article que nous vous proposons ne vous en donnera qu’un petit aperçu. Enfin, puisque nous ne sommes pas les seuls, nous antinucléaires, à dénoncer le fonctionnement de cette industrie, nous nous sommes intéressés à la grève des sous-traitants et à leurs conditions de travail, pour vous dévoiler comment est (mal) géré la sûreté dans ces installations dangereuses.

En bref, malgré deux géants du nucléaire français, EDF et ORANO, vantant une industrie à la pointe, sécurisée et bien gérée et un gouvernement fonçant tête baissée alors que tous les indicateurs sont au rouge, cette industrie est sur le déclin.

Poussons-la pour qu’elle tombe enfin et laisse place à un autre monde, un monde sans nucléaire !

EPR
EPR de Flamanville : quand un fleuron s’enfonce
Nouveaux retards, surcoûts, réparations hasardeuses : le chantier du réacteur EPR n’en finit pas de s’embourber… reflétant les difficultés de la filière. Ce 28 octobre, l’heure est grave à Bercy. Jean-Martin Folz, ancien PDG de PSA, remet un rapport sur la dérive des coûts et les retards de l’EPR de (...)
ASTRID : la fin de l’illusion
Le 29 août, un article du Monde dévoilait que le Commissariat à l’Énergie Atomique abandonnait le projet de surgénérateur Astrid. Cet abandon a des conséquences sur la pérennité de la filière nucléaire : sur la justification du retraitement, sur la masse de déchets nucléaires à “gérer“ et sur les coûts (...)
Fraudes à tous les étages
Quand il faut tricher pour atteindre “l’excellence“
Le coup de tonnerre de 2016 et de l’affaire du Creusot est venu ébranler la confiance que d’aucuns pouvaient avoir dans “l’excellence française“ de la filière nucléaire. Mais depuis on va de découvertes en découvertes ou plutôt de déconvenues en déconvenues… De quoi être très inquiets pour la sûreté des (...)
Perte de compétences en série
Tissu industriel en difficulté, multiplication des sous-traitants, course à la rentabilité assortie d’une campagne de communication poussive pour recruter… autant de signes avant-coureurs d’une industrie nucléaire en perte de vitesse. Le constat des autorités Le président de l’ASN, l’a répété à (...)
Sortir du nucléaire n°86
Sortir du nucléaire n°85