Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Agenda

27
oct

Appel à mobilisation - sit-in et campagnes photos de soutien aux femmes japonaises de FUKUSHIMA

Dans toute la France - Événement national


Jeudi 27 octobre 2011



Voir les photos réalisées pour cette action en France


Un grand merci des femmes de Fukushima aux femmes françaises pour leur soutien (voir photos ci-dessous).
Photo à Tokyo du 5 novembre 2011 marquant la fin du sit-in des femmes japonaises devant le ministère de l’énergie du commerce et de l’industrie japonais.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" a été sollicité par les femmes de FUKUSHIMA pour soutenir leurs actions en France :

 pour soutenir le droit des enfants à être évacués des zones contaminées après les explosions de Fukushima

 pour empêcher le redémarrage des réacteurs nucléaires japonais alors qu’une décision de juin dernier a autorisé la production de MOX (combustible très dangereux à base de plutonium) par l’usine Melox d’AREVA à Marcoule en France ; et ce, afin d’alimenter le redémarrage du premier réacteur depuis la catastrophe de Fukushima : celui de TOMARI N°3 dans le Nord du Japon

"Nous avions cru, disent-elles, que cette catastrophe amènerait notre gouvernement à fermer les centrales nucléaires existantes et à stopper les projets de nouvelles installations nucléaires. Nous croyions que notre dépendance à l’énergie nucléaire deviendrait un souvenir du passé et que le gouvernement japonais investirait désormais dans les énergies renouvelables.
Il nous faut constater cependant que, même si tous les sondages montrent que 80% de la population japonaise veulent se passer de l’énergie nucléaire, les hommes politiques japonais veulent poursuivre leur agenda nucléaire et faire redémarrer les réacteurs."

Le comité des 100 Femmes de FUKUSHIMA a commencé le 27 octobre un SIT-IN devant le METI (Ministère de l’énergie du commerce et de l’industrie japonais) à TOKYO, jusqu’au 5 novembre et appelle à un soutien international.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" a décidé d’appuyer cette action et propose que des sit-in et des campagnes photos de soutien soient organisés partout où c’est possible dans la semaine à venir. Nous vous invitons à envoyer des portraits de femmes, dans la mesure où les Japonaises qui ont initié cette action en appellent aux femmes du monde entier... mais nous invitons également les hommes à agir, par exemple en prenant des photos !

Utilisez le modèle de poster joint, élaboré avec les Japonaises de Fukushima, et réalisez un maximum de photos de femmes portant ce poster en soutien.

Vous les ferez parvenir à sdn.agglonimesuzes@free.fr pour que nous les mettions en ligne et les transmettions au Japon.

Photos ici :
https://picasaweb.google.com/108990548178112846399

Où que vous habitiez, nous vous invitons à en faire de même. Les femmes de Fukushima ont besoin de notre soutien !

Très cordialement

 pour le groupe local "Sortir du nucléaire" Gard
Jil Quillevere

 pour le Réseau "Sortir du nucléaire"
Laura Hameaux

 Suivre l’actualité de la catastrophe au Japon jour après jour.

Modèle de poster de soutien


Revue de presse de cette action :

Source : Ouest France

Lannion : rassemblement de solidarité avec les femmes de Fukushima
Nucléaire samedi 05 novembre 2011

Les marches de la mairie de Lannion ont accueilli, ce samedi midi, un rassemblement symbolique organisé par l’antenne locale du réseau "Sortir du nucléaire". Une vingtaine de militants entendaient ainsi marquer leur solidarité avec le comité des 100 femmes de Fukushima, ville frappée par une catastrophe nucléaire en mars dernier. Ce comité a lancé, en octobre, un appel international pour être soutenu dans son action. Il demande, notamment, que les enfants puissent être évacués des zones contaminées et l’arrêt définitif des réacteurs japonais.


Source : Le Télégramme

Lannion. Une vingtaine de personnes au rassemblement anti-nucléaire

Une vingtaine de personnes du réseau "Sortir du nucléaire" se sont spontanément rassemblées devant la mairie, à l’heure de midi, à l’appel des femmes de Fukushima. Ce sit-in avait vocation à soutenir le droit des enfants à être évacués des zones contaminées et à empêcher le redémarrage des réacteurs nucléaires japonais.



Voir les photos réalisées pour cette action en France


Un grand merci des femmes de Fukushima aux femmes françaises pour leur soutien (voir photos ci-dessous).
Photo à Tokyo du 5 novembre 2011 marquant la fin du sit-in des femmes japonaises devant le ministère de l’énergie du commerce et de l’industrie japonais.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" a été sollicité par les femmes de FUKUSHIMA pour soutenir leurs actions en France :

 pour soutenir le droit des enfants à être évacués des zones contaminées après les explosions de Fukushima

 pour empêcher le redémarrage des réacteurs nucléaires japonais alors qu’une décision de juin dernier a autorisé la production de MOX (combustible très dangereux à base de plutonium) par l’usine Melox d’AREVA à Marcoule en France ; et ce, afin d’alimenter le redémarrage du premier réacteur depuis la catastrophe de Fukushima : celui de TOMARI N°3 dans le Nord du Japon

"Nous avions cru, disent-elles, que cette catastrophe amènerait notre gouvernement à fermer les centrales nucléaires existantes et à stopper les projets de nouvelles installations nucléaires. Nous croyions que notre dépendance à l’énergie nucléaire deviendrait un souvenir du passé et que le gouvernement japonais investirait désormais dans les énergies renouvelables.
Il nous faut constater cependant que, même si tous les sondages montrent que 80% de la population japonaise veulent se passer de l’énergie nucléaire, les hommes politiques japonais veulent poursuivre leur agenda nucléaire et faire redémarrer les réacteurs."

Le comité des 100 Femmes de FUKUSHIMA a commencé le 27 octobre un SIT-IN devant le METI (Ministère de l’énergie du commerce et de l’industrie japonais) à TOKYO, jusqu’au 5 novembre et appelle à un soutien international.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" a décidé d’appuyer cette action et propose que des sit-in et des campagnes photos de soutien soient organisés partout où c’est possible dans la semaine à venir. Nous vous invitons à envoyer des portraits de femmes, dans la mesure où les Japonaises qui ont initié cette action en appellent aux femmes du monde entier... mais nous invitons également les hommes à agir, par exemple en prenant des photos !

Utilisez le modèle de poster joint, élaboré avec les Japonaises de Fukushima, et réalisez un maximum de photos de femmes portant ce poster en soutien.

Vous les ferez parvenir à sdn.agglonimesuzes@free.fr pour que nous les mettions en ligne et les transmettions au Japon.

Photos ici :
https://picasaweb.google.com/108990548178112846399

Où que vous habitiez, nous vous invitons à en faire de même. Les femmes de Fukushima ont besoin de notre soutien !

Très cordialement

 pour le groupe local "Sortir du nucléaire" Gard
Jil Quillevere

 pour le Réseau "Sortir du nucléaire"
Laura Hameaux

 Suivre l’actualité de la catastrophe au Japon jour après jour.

Modèle de poster de soutien


Revue de presse de cette action :

Source : Ouest France

Lannion : rassemblement de solidarité avec les femmes de Fukushima
Nucléaire samedi 05 novembre 2011

Les marches de la mairie de Lannion ont accueilli, ce samedi midi, un rassemblement symbolique organisé par l’antenne locale du réseau "Sortir du nucléaire". Une vingtaine de militants entendaient ainsi marquer leur solidarité avec le comité des 100 femmes de Fukushima, ville frappée par une catastrophe nucléaire en mars dernier. Ce comité a lancé, en octobre, un appel international pour être soutenu dans son action. Il demande, notamment, que les enfants puissent être évacués des zones contaminées et l’arrêt définitif des réacteurs japonais.


Source : Le Télégramme

Lannion. Une vingtaine de personnes au rassemblement anti-nucléaire

Une vingtaine de personnes du réseau "Sortir du nucléaire" se sont spontanément rassemblées devant la mairie, à l’heure de midi, à l’appel des femmes de Fukushima. Ce sit-in avait vocation à soutenir le droit des enfants à être évacués des zones contaminées et à empêcher le redémarrage des réacteurs nucléaires japonais.





Inscrivez votre événement à l’agenda