Nucléaire ou transition énergétique, il faut choisir !
Fédération de 928 associations et de 60 237 personnes Accueil > Transports nucléaires > 15 mars 2013 : convoi italien Sallugia - La Hague

15 mars 2013 : convoi italien Sallugia - La Hague

Le convoi de déchets nucléaires italiens hautement radioactifs, qui devait initialement quitter l’Italie en début de semaine est bien parti ce jeudi 14 mars à 23h20 d’Italie. Il n’est arrivé à Valognes que le mardi 19 mars après 5 jours de voyages et un arrêt de vendredi à lundi soir à la centrale du Bugey (01).

Pour suivre les derniers infos relatives à ce convoi : https://twitter.com/sdnfr

Point au mardi 19 mars

Le convoi a été vu à Caen vers 13h15, Lison vers 13h45 et est arrivé à Valognes à 14h30. Nous avions donc vu juste dans nos évaluations d’horaires après son départ du Bugey.

Point au lundi 18 mars

Le convoi a stationné tout le week-end à la centrale du Bugey. Une forte présence policière a été observée ce soir au triage d’Ambérieu-en-Bugey et des contrôles routiers ont eu lieu toute la soirée aux deux extrémités de triage jusque 22h30.

D’après nos informations, le convoi a pu quitter le triage vers 22h20 et pourrait se diriger vers Dijon et suivre cet itinéraire :
Mardi 19 mars
Laroche-Migennes (arrêt de 2h22 à 3h20)
Valenton (arrêt de 5h10 à 7h37)
Epognes (arrêt de 9h22 à 9h37)
Evreux (arrêt de 10h31 à 11h25)
Valognes arrivée à 14h30

Point au 15 mars

Hier soir, nos amis italiens étaient mobilisés !

Action au moment du passage du convoi - Avigliana (It) - 14/03/13

Voir la vidéo de l’action à Avigliana

Lire le compte rendu des actions en Italie

Le convoi est entrée en France ce vendredi 15 mars. Après avoir stationné quelques heures à Modane (73), il en est parti ce matin à 7h58 et est passé à Chambéry à 9h15.

Il a rejoint le triage d’Ambérieu-en-Bugey (01) puis la centrale du Bugey, pour y être stationné en attendant de pouvoir repartir vers l’ouest, la ligne de train Caen Cherbourg n’étant toujours pas rétablie.

Cette situation ne s’est jamais produite et on voit bien que l’industrie nucléaire est prête à tout pour faire passer ses convois radioactifs coûte que coûte au mépris des règles de sureté et de sécurité : changer les horaires et les trajets, détourner les convois et maintenant utiliser des lieux, qui ne sont pas prévus à cet effet, pour les entreposer !

Nous avons donc interrogé l’ASN. Voici sa réponse en date du 15 mars 2013. Ou l’art de ne rien dire...

"Un colis de combustibles usés en provenance d’Italie est en cours d’acheminement vers le site de retraitement de La Hague.

Les services du Haut fonctionnaire de défense et de sécurité du Ministère en charge de l’écologie et le Ministère de l’intérieur estiment nécessaire que les itinéraires des convois de substances radioactives ne soient pas rendus publics de manière détaillée pour une question de sécurité publique. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) applique par conséquent ces dispositions.

L’ASN n’est pas consultée pour l’élaboration des itinéraires de transports de substances radioactives. Aucune validation administrative par l’ASN de ces itinéraires n’est par ailleurs prévue par la réglementation.

En outre, l’accord d’exécution concerne la protection et le contrôle des matières nucléaires et non la sûreté du transport. Il est délivré par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et ne relève pas de la compétence de l’ASN.

Au titre de la réglementation des transports, lorsqu’un envoi n’est pas livrable, il convient de le placer dans un lieu sûr et informer l’autorité compétente dès que possible en lui demandant ses instructions sur la suite à donner. La mise en lieu sûr est donc requise en cas d’impossibilité de livrer le colis. En raison des intempéries ayant touché certains départements français, si le colis doit être placé dans un lieu sûr, le site du Bugey a pu être sollicité dans la mesure où celui-ci réalise notamment des transports du même type pour ses propres besoins."

ASN le 15 mars 2013




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contacts | Réseau "Sortir du nucléaire"