Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Nos communiqués de presse

Samedi 10 novembre - Marseille - Grande manifestation contre la construction du réacteur nucléaire ITER

Communiqué du 8 novembre 2007



Point Presse : Porte d’Aix à 12h, en présence de Roland Desbordes, Président de la CRIIRAD, et de Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau Sortir du Nucléaire.

Départ de la manifestation 14h, Porte d’Aix

Le Réseau "Sortir du nucléaire", avec de nombreuses organisations du Sud-Est de la France, organise samedi 10 novembre à Marseille une grande manifestation contre la construction du réacteur nucléaire ITER.

Prévu dans la site nucléaire de Cadarache (Bouches-du-Rhône), ce réacteur a pour seul objectif de maintenir une réaction de fusion nucléaire pendant 400 secondes… sans aucune possibilité de capter l’énergie dégagée : contrairement à ce que croient de nombreux citoyens, ITER ne produira pas d’électricité… mais en consommera énormément.

Le projet de construction de ce réacteur illustre le subterfuge du Président de la République dans son discours de clôture du "Grenelle de l’environnement" : M. Sarkozy a trompé l’opinion en annonçant qu’il n’y aurait "pas de nouveaux sites nucléaires", alors que divers projets de constructions de réacteurs sont prévus… dans des sites nucléaires déjà existants. C’est le cas d’ITER et du site nucléaire de Cadarache.

De façon générale, comme l’a montré le Grenelle de l’environnement, le nucléaire reste au dessus des lois et des citoyens, lesquels ont juste le droit de payer (cher) par leurs impôts mais sans jamais pouvoir donner leur avis.

Pourtant, qu’il s’agisse de fission ou de fusion (ITER), le nucléaire reste une des pires calamités environnementales, du fait des risques, des déchets radioactifs, des liens inextricables entre nucléaire "civil" et nucléaire militaire.

Deux prix Nobel de Physique – Matatoshi Koshiba (Japon, 2002) et le regretté Pierre-Gilles de Gennes (France, 1991) – ont d’ailleurs clairement condamné le projet ITER.

Qui plus est, l’itinéraire "grand gabarit", qui doit servir à acheminer par la route jusqu’à Cadarache les pièces géantes d’ITER, va défigurer une partie de la Provence. Et la construction du réacteur lui-même entraîne la destruction – déjà commencée – de centaines d’hectares de forêt domaniale.

Il est encore temps pour les citoyens d’empêcher la construction du "monstre" ITER et d’obtenir que les sommes immenses prévues pour ce projet soient reversées vers les plans d’économie d’énergie et de développement des énergies renouvelables.

Point Presse : Porte d’Aix à 12h, en présence de Roland Desbordes, Président de la CRIIRAD, et de Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau Sortir du Nucléaire.

Départ de la manifestation 14h, Porte d’Aix

Le Réseau "Sortir du nucléaire", avec de nombreuses organisations du Sud-Est de la France, organise samedi 10 novembre à Marseille une grande manifestation contre la construction du réacteur nucléaire ITER.

Prévu dans la site nucléaire de Cadarache (Bouches-du-Rhône), ce réacteur a pour seul objectif de maintenir une réaction de fusion nucléaire pendant 400 secondes… sans aucune possibilité de capter l’énergie dégagée : contrairement à ce que croient de nombreux citoyens, ITER ne produira pas d’électricité… mais en consommera énormément.

Le projet de construction de ce réacteur illustre le subterfuge du Président de la République dans son discours de clôture du "Grenelle de l’environnement" : M. Sarkozy a trompé l’opinion en annonçant qu’il n’y aurait "pas de nouveaux sites nucléaires", alors que divers projets de constructions de réacteurs sont prévus… dans des sites nucléaires déjà existants. C’est le cas d’ITER et du site nucléaire de Cadarache.

De façon générale, comme l’a montré le Grenelle de l’environnement, le nucléaire reste au dessus des lois et des citoyens, lesquels ont juste le droit de payer (cher) par leurs impôts mais sans jamais pouvoir donner leur avis.

Pourtant, qu’il s’agisse de fission ou de fusion (ITER), le nucléaire reste une des pires calamités environnementales, du fait des risques, des déchets radioactifs, des liens inextricables entre nucléaire "civil" et nucléaire militaire.

Deux prix Nobel de Physique – Matatoshi Koshiba (Japon, 2002) et le regretté Pierre-Gilles de Gennes (France, 1991) – ont d’ailleurs clairement condamné le projet ITER.

Qui plus est, l’itinéraire "grand gabarit", qui doit servir à acheminer par la route jusqu’à Cadarache les pièces géantes d’ITER, va défigurer une partie de la Provence. Et la construction du réacteur lui-même entraîne la destruction – déjà commencée – de centaines d’hectares de forêt domaniale.

Il est encore temps pour les citoyens d’empêcher la construction du "monstre" ITER et d’obtenir que les sommes immenses prévues pour ce projet soient reversées vers les plans d’économie d’énergie et de développement des énergies renouvelables.


Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don




Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23





Thèmes
ITER