Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Agenda

11
mar
Actions nationales

[RASSEMBLEMENT] Fukushima plus jamais ça : arrêt du nucléaire civil et militaire

PARIS (75) - Ile-de-France


Jeudi 11 mars 2021


À l’occasion des 10 ans de la catastrophe de Fukushima - toujours en cours - soyons nombreux en solidarité avec les victimes du nucléaire et pour nous opposer à la mise en service de l’EPR de Flamanville, à la construction de nouveaux réacteurs et à la prolongation du fonctionnement des centrales nucléaires.

RDV À PARIS PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

JEUDI 11 MARS DE 14H30 À 17H00

Au programme > Fukushima : point sur l’accident dix ans après. En France : fiasco de l’EPR, risques de la construction de nouveaux réacteurs, comment le nucléaire pollue l’eau potable, pourquoi le nucléaire ne sauvera pas le climat, que faire des déchets radioactifs pendant 100 000 ans, pourquoi le nucléaire militaire est illégal, etc.

+ Stands de Greenpeace France, Sortir du nucléaire Paris, Réseau "Sortir du nucléaire"

14h30-15h00 > Concert de Taiko, tambours traditionnels japonais

15h00-15h30 > Prises de parole

15h30-15h45 > Intermède musical (violoncelle, soprano)

15h45-16h10 > Prises de parole

16h15-16h45 > Animation "Distribution d’eau contaminée aux pronucléaires"

17h00 > Fin du rassemblement

Rdv dans le respect des gestes barrières et en téléchargeant ici l’attestation pour pouvoir rentrer de la manifestation après 18h00 si besoin :

Organisé par Sortir du nucléaire Paris, Yosomono Net, Greenpeace France Groupe Local Paris et Réseau "Sortir du nucléaire"

LIEN VERS L’ÉVÉNEMENT FACEBOOK > https://www.facebook.com/events/470663280614512

À l’appel de Sortir du nucléaire Paris, Yosomono Net et du Réseau "Sortir du nucléaire"

Au Japon, la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011 n’est pas terminée et impacte toujours la santé et l’environnement. Dix ans après la fusion des trois cœurs de réacteurs, une large partie de l’archipel reste contaminée. Dans certaines régions, la radioactivité ambiante est trop élevée et les habitants mangent de la nourriture contaminée. Tandis que le gouvernement prévoit de se débarrasser des milliards de litres d’eau contaminée en les rejetant directement dans l’océan Pacifique, aux quatre coins du pays des millions de tonnes de déchets radioactifs continuent de s’entasser.

Mais en accord avec le lobby international de l’industrie nucléaire, les autorités nippones accélèrent le déni des conséquences de la catastrophe pourtant encore bien présentes. Sous prétexte d’un retour à la normale, les habitants sont forcés de retourner vivre dans les territoires contaminés. Les limites d’exposition à la radioactivité restent anormalement élevées (le seuil d’exposition maximale avait été relevé de 1mSv/an à 20mSv/an le lendemain de l’accident). Malgré cela, plusieurs épreuves des Jeux Olympiques 2021 sont programmées dans la préfecture de Fukushima cet été.

En France, nous exigeons un arrêt du nucléaire afin d’éviter une nouvelle catastrophe. Nous nous opposons à EDF, qui prétend imposer aux citoyens avec la complicité de l’État la prolongation des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans, augmentant les risques et les coûts. Estimée à 45 milliards d’euros, la construction de 6 nouveaux réacteurs EPR alors même que la mise en service de celui de Flamanville n’est pas garantie serait dangereuse et synonyme de nouveaux déchets radioactifs ingérables.

Les lobbyistes du nucléaire le vendent comme une solution au changement climatique. C’est faux. Nous refusons la prolongation des réacteurs existants et la construction de nouveaux réacteurs EPR, à Flamanville, mais aussi à Gravelines, à Penly, au Bugey et au Tricastin. De nombreuses études ont de nouveau démontré la faisabilité de scénarios 100% renouvelables, à condition de miser sur la sobriété et l’efficacité énergétique.

Avec de la volonté politique, la France a la capacité de se passer du nucléaire.

À l’occasion des 10 ans de la catastrophe de Fukushima - toujours en cours - soyons nombreux en solidarité avec les victimes du nucléaire et pour nous opposer à la mise en service de l’EPR de Flamanville, à la construction de nouveaux réacteurs et à la prolongation du fonctionnement des centrales nucléaires.

RDV À PARIS PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

JEUDI 11 MARS DE 14H30 À 17H00

Au programme > Fukushima : point sur l’accident dix ans après. En France : fiasco de l’EPR, risques de la construction de nouveaux réacteurs, comment le nucléaire pollue l’eau potable, pourquoi le nucléaire ne sauvera pas le climat, que faire des déchets radioactifs pendant 100 000 ans, pourquoi le nucléaire militaire est illégal, etc.

+ Stands de Greenpeace France, Sortir du nucléaire Paris, Réseau "Sortir du nucléaire"

14h30-15h00 > Concert de Taiko, tambours traditionnels japonais

15h00-15h30 > Prises de parole

15h30-15h45 > Intermède musical (violoncelle, soprano)

15h45-16h10 > Prises de parole

16h15-16h45 > Animation "Distribution d’eau contaminée aux pronucléaires"

17h00 > Fin du rassemblement

Rdv dans le respect des gestes barrières et en téléchargeant ici l’attestation pour pouvoir rentrer de la manifestation après 18h00 si besoin :

Organisé par Sortir du nucléaire Paris, Yosomono Net, Greenpeace France Groupe Local Paris et Réseau "Sortir du nucléaire"

LIEN VERS L’ÉVÉNEMENT FACEBOOK > https://www.facebook.com/events/470663280614512

À l’appel de Sortir du nucléaire Paris, Yosomono Net et du Réseau "Sortir du nucléaire"

Au Japon, la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011 n’est pas terminée et impacte toujours la santé et l’environnement. Dix ans après la fusion des trois cœurs de réacteurs, une large partie de l’archipel reste contaminée. Dans certaines régions, la radioactivité ambiante est trop élevée et les habitants mangent de la nourriture contaminée. Tandis que le gouvernement prévoit de se débarrasser des milliards de litres d’eau contaminée en les rejetant directement dans l’océan Pacifique, aux quatre coins du pays des millions de tonnes de déchets radioactifs continuent de s’entasser.

Mais en accord avec le lobby international de l’industrie nucléaire, les autorités nippones accélèrent le déni des conséquences de la catastrophe pourtant encore bien présentes. Sous prétexte d’un retour à la normale, les habitants sont forcés de retourner vivre dans les territoires contaminés. Les limites d’exposition à la radioactivité restent anormalement élevées (le seuil d’exposition maximale avait été relevé de 1mSv/an à 20mSv/an le lendemain de l’accident). Malgré cela, plusieurs épreuves des Jeux Olympiques 2021 sont programmées dans la préfecture de Fukushima cet été.

En France, nous exigeons un arrêt du nucléaire afin d’éviter une nouvelle catastrophe. Nous nous opposons à EDF, qui prétend imposer aux citoyens avec la complicité de l’État la prolongation des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans, augmentant les risques et les coûts. Estimée à 45 milliards d’euros, la construction de 6 nouveaux réacteurs EPR alors même que la mise en service de celui de Flamanville n’est pas garantie serait dangereuse et synonyme de nouveaux déchets radioactifs ingérables.

Les lobbyistes du nucléaire le vendent comme une solution au changement climatique. C’est faux. Nous refusons la prolongation des réacteurs existants et la construction de nouveaux réacteurs EPR, à Flamanville, mais aussi à Gravelines, à Penly, au Bugey et au Tricastin. De nombreuses études ont de nouveau démontré la faisabilité de scénarios 100% renouvelables, à condition de miser sur la sobriété et l’efficacité énergétique.

Avec de la volonté politique, la France a la capacité de se passer du nucléaire.




Depuis plus de 20 ans Le Réseau "Sortir du nucléaire" apporte son soutien aux groupes antinucléaires. Ils sont le fondement de notre association et du mouvement antinucléaire en France. Chaque année, le Réseau relaie massivement leurs actions et les soutient financièrement. Nous souhaitons pouvoir continuer à impulser et amplifier cette dynamique d’actions contre le nucléaire, et ce sera grâce à votre soutien :

Faire un don


Ajoutez votre événement antinucléaire à l’agenda



Thèmes
Fukushima
Recevez par mail les infos sur les actions antinucléaires dans votre département :