Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Raison n°4 : le modèle énergétique

L’industrie nucléaire engloutit les investissements qui font défaut pour le développement des énergies renouvelables et de la rénovation énergétique. Pourtant, la transition est économiquement viable : elle créerait, d’ici 2030, plus de 700 000 emplois durables répartis sur tout le territoire. Nos impôts ne seraient-ils pas plus utiles à construire ce monde nouveau ?


Pour faire sans nucléaire il faut une politique volontariste




En réponse aux travaux du GIEC, qui annoncent la nécessité de réduire drastiquement les émissions de CO2 sous peine de voir notre monde dévasté par le changement climatique, de plus en plus d’études tentent de prévoir quel sera le modèle prédominant de notre mix électrique. On gardera en tête que la production d’électricité n’est pas la cause principale des gaz à effets de serre, que l’industrie, le transport et le bâtiment sont bien plus contributeurs.

Néanmoins la question de la production d’électricité demeure importante. Et aujourd’hui des études arrivant de toutes part et de tous pays indique qu’un scénario 100% renouvelable est possible dans un futur plus ou moins proche.

On ne pouvait pas ne pas vous parler de la dernière étude commandée par le gouvernement au Réseau de transport d’électricité (RTE) et à l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dont les premiers résultats et recommandations ont été publié fin janvier 2021.

 https://www.rte-france.com/actualites/rte-aie-publient-etude-forte-part-energies-renouvelables-horizon-2050

On vous invite à visionner la vidéo réalisée par le Réseau action climat en partenariat avec Loopsider sur le sujet :

Ou cet article du site internet Révolution énergétique :

https://www.revolution-energetique.com/100-de-renouvelables-en-france-cest-possible-le-rapport-qui-fache-edf-le-lobby-et-le-president/ pour comprendre ce qui se joue avec la publication de cette étude et de son complément attendu pour l’automne 2021.

Autre étude récente, celle du CIRED en deux parties également. La première publiée fin 2020 démontre par l’analyse des 18 dernières années de météo et du coût des énergies renouvelables qu’un scénario 100% renouvelable en 2050 ne coûterai pas plus cher que ce que coûte actuellement la production d’électricité. « Une électricité 100% renouvelable est-elle possible en France d’ici à 2050 et, si oui, à quel coût ? », Puis dans sa deuxième partie qui analyse comment les renouvelables pourront répondre à l’objectif de baisse du CO2 à moindre coût que le nucléaire

 http://www.centre-cired.fr/fr/quel-mix-electrique-optimal-en-france-en-2050/

Enfin, ce rapport d’Amaury Lovins, spécialiste des énergies américain pour qui poursuivre avec le nucléaire est une folie. Le site We demain vous propose son interview :

 https://www.wedemain.fr/dechiffrer/amory-lovins-poursuivre-le-nucleaire-est-une-folie/

Par ailleurs, on peut aussi s’ancrer dans la réalité du moment et faire le constat qu’en 2020 les énergies renouvelables ont couvert 41 % de la consommation d’électricité des pays européens, pour 34% à l’actif des énergies fossiles et 25% à celui du nucléaire.

 https://www.revolution-energetique.com/breves/electricite-en-europe-les-energies-renouvelables-en-tete-depuis-3-ans/

Mais également de prendre exemple dans certains territoires, comme la Ville de Grenoble qui souhaite produire la totalité de sa consommation électrique en renouvelables d’ici 2022, soit demain !
 https://www.sortirdunucleaire.org/Fini-le-nucleaire-en-2022-au-moins-a-Grenoble

En réponse aux travaux du GIEC, qui annoncent la nécessité de réduire drastiquement les émissions de CO2 sous peine de voir notre monde dévasté par le changement climatique, de plus en plus d’études tentent de prévoir quel sera le modèle prédominant de notre mix électrique. On gardera en tête que la production d’électricité n’est pas la cause principale des gaz à effets de serre, que l’industrie, le transport et le bâtiment sont bien plus contributeurs.

Néanmoins la question de la production d’électricité demeure importante. Et aujourd’hui des études arrivant de toutes part et de tous pays indique qu’un scénario 100% renouvelable est possible dans un futur plus ou moins proche.

On ne pouvait pas ne pas vous parler de la dernière étude commandée par le gouvernement au Réseau de transport d’électricité (RTE) et à l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dont les premiers résultats et recommandations ont été publié fin janvier 2021.

 https://www.rte-france.com/actualites/rte-aie-publient-etude-forte-part-energies-renouvelables-horizon-2050

On vous invite à visionner la vidéo réalisée par le Réseau action climat en partenariat avec Loopsider sur le sujet :

Ou cet article du site internet Révolution énergétique :

https://www.revolution-energetique.com/100-de-renouvelables-en-france-cest-possible-le-rapport-qui-fache-edf-le-lobby-et-le-president/ pour comprendre ce qui se joue avec la publication de cette étude et de son complément attendu pour l’automne 2021.

Autre étude récente, celle du CIRED en deux parties également. La première publiée fin 2020 démontre par l’analyse des 18 dernières années de météo et du coût des énergies renouvelables qu’un scénario 100% renouvelable en 2050 ne coûterai pas plus cher que ce que coûte actuellement la production d’électricité. « Une électricité 100% renouvelable est-elle possible en France d’ici à 2050 et, si oui, à quel coût ? », Puis dans sa deuxième partie qui analyse comment les renouvelables pourront répondre à l’objectif de baisse du CO2 à moindre coût que le nucléaire

 http://www.centre-cired.fr/fr/quel-mix-electrique-optimal-en-france-en-2050/

Enfin, ce rapport d’Amaury Lovins, spécialiste des énergies américain pour qui poursuivre avec le nucléaire est une folie. Le site We demain vous propose son interview :

 https://www.wedemain.fr/dechiffrer/amory-lovins-poursuivre-le-nucleaire-est-une-folie/

Par ailleurs, on peut aussi s’ancrer dans la réalité du moment et faire le constat qu’en 2020 les énergies renouvelables ont couvert 41 % de la consommation d’électricité des pays européens, pour 34% à l’actif des énergies fossiles et 25% à celui du nucléaire.

 https://www.revolution-energetique.com/breves/electricite-en-europe-les-energies-renouvelables-en-tete-depuis-3-ans/

Mais également de prendre exemple dans certains territoires, comme la Ville de Grenoble qui souhaite produire la totalité de sa consommation électrique en renouvelables d’ici 2022, soit demain !
 https://www.sortirdunucleaire.org/Fini-le-nucleaire-en-2022-au-moins-a-Grenoble



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don