Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fukushima, la catastrophe nucléaire continue

Archives > Fukushima, suivi de la catastrophe - Archives 2011-2015

Point sur la situation

15 mars 2011 |




4 accidents nucléaires majeurs sont en cours à la centrale de Fukushima Daiichi au Japon : le Réseau "Sortir du nucléaire" constate avec effroi l’aggravation de la catastrophe nucléaire et l’impuissance des autorités japonaises.

Trois fusions partielles de cœurs, un incendie de combustible usé et quatre explosions d’hydrogène sont survenues dans la centrale nucléaire de Fukushima Daiichii, qui depuis le séisme et le tsunami du 11 mars dernier, relâche des quantités massives de radioactivité dans l’atmosphère.

Le réacteur n°2 de la centrale de Fukushima Daiichi a subi une explosion d’hydrogène le 15.03 à 6h10 (heure locale)[i]. Un réservoir à la base de la cuve du réacteur n°2 a subi des dommages dont on ignore la gravité, selon les officiels japonais.[ii] Ce réservoir fait partie de la barrière entre le combustible extrêmement radioactif et l’environnement.[iii] Les 3 réacteurs (n°1,2,3) qui ont subi des explosions d’hydrogène sont toujours refroidis avec de l’eau de mer injectée dans les cuves où les 3 cœurs ont partiellement fusionné[iv] et les opérateurs abaissent la pression en rejetant régulièrement de la vapeur radioactive dans l’environnement. L’exploitant de la centrale ne communique pas sur le niveau de radioactivité de la vapeur ni sur les radioéléments émis. A 1h26 le 16.03.11 (heure locale), les cœurs nucléaires étaient toujours dénoyés sur deux mètres de haut dans ces 3 réacteurs et la radioactivité dans les salles de contrôle des 4 réacteurs en détresse empêchait les opérateurs d’y séjourner longtemps.[v]

Alors que les réacteurs n°4, 5 et 6 de la centrale de Fukushima Daiichi n’étaient pas en fonctionnement pendant le séisme, la perte de refroidissement de l’eau des piscines des combustibles usés de ces réacteurs devient très problématique.[vi] Une explosion d’hydrogène a frappé le réacteur n°4 à 6h14 (heure locale), 4 minutes après l’explosion d’hydrogène dans le réacteur n°2.[vii] C’est la quatrième explosion dans un réacteur nucléaire à la centrale de Fukushima-Daiichi en quatre jours. L’explosion a créé deux brèches de 8 mètres par 8 mètres, découvrant la piscine de stockage de combustible nucléaire usé extrêmement radioactif et déclenchant un feu qui a duré près de 3 heures dans cette zone.[viii] L’explosion et le feu ont libéré d’importantes quantités de radioactivité dans l’air[ix]. La dose de radioactivité à proximité immédiate du réacteur n°4 a atteint 400 mSv/h selon l’AIEA, soit une dose mortelle pour l’homme en 12 heures d’exposition.[x] Le niveau d’eau de la piscine étant trop bas pour assurer efficacement le refroidissement du combustible usé, Tepco envisage d’asperger d’eau le combustible radioactif par les brèches avec un hélicoptère.[xi] La température de l’eau des piscines des réacteurs 5 et 6 de la centrale de Fukushima Daiichi augmentait dans le même temps et le risque de nouvelles explosions n’était pas exclu.[xii]

Le gouvernement japonais a confirmé que de la radioactivité fuyait des réacteurs accidentés et il a élargi la zone de confinement de 20 à 30 km autour de la centrale de Fukushima Daiichi, 140 000 habitants sont concernés[xiii], alors que 185 000 personnes ont déjà été évacuées du périmètre autour des centrales de Fukushima Daiichi et Fukushima Daiini.

La radioactivité mesurée à Tokyo, après les deux explosions à la centrale, était 20 fois supérieure à la normale selon les officiels de la ville, située à 270 km de la centrale nucléaire.[xiv]

Tepco, a évacué 800 des 850 travailleurs de la centrale de Fukushima Daiichi.[xv]

Le refroidissement et l’alimentation électrique des 4 réacteurs de la centrale de Fukushima Daiini seraient assurés selon Tepco, l’exploitant des deux centrales de Fukushima (distantes de 11 km) depuis 12h (heure locale) le 15.03.[xvi]

[i] https://www.reuters.com/article/2011/03/14/us-japan-quake-idUSTRE72A0SS20110314
https://www.facebook.com/notes/international-atomic-energy-agency-iaea/japan-earthquake-update-15-march-2011-0615-cet/201874423175685

[ii] https://edition.cnn.com/2011/WORLD/asiapcf/03/14/japan.nuclear.reactors/index.html
https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[iii] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[iv] https://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-12749444

[v] Journal de Tokyo, 16/03/2011, 01h26 (heure locale)

[vi] Le combustible usé n’est pas un matériau anodin, il est brûlant de radioactivité. S’il n’est pas refroidi en permanence, il peut entrer en fusion et relâcher en masse de la radioactivité. A titre d’exemple, un réacteur de 1300 MW un mois après son arrêt produit encore 6 MW de puissance résiduelle.

[vii] https://english.kyodonews.jp/news/2011/03/78267.html

[viii] https://lewis.armscontrolwonk.com/archive/3663/new-fepc-statement

[ix] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[x] https://edition.cnn.com/2011/WORLD/asiapcf/03/14/japan.nuclear.reactors/index.html
https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp
https://www.facebook.com/notes/international-atomic-energy-agency-iaea/japan-earthquake-update-15-march-2011-0615-cet/201874423175685

[xi] Journal de Tokyo 16/03/2011 01h36 (heure locale)

[xii] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?hp

[xiii] https://www.reuters.com/article/2011/03/15/us-japan-quake-idUSTRE72A0SS20110315

[xiv] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[xv] https://www.facebook.com/notes/international-atomic-energy-agency-iaea/japan-earthquake-update-15-march-2011-0615-cet/201874423175685

[xvi] https://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11031507-e.html

4 accidents nucléaires majeurs sont en cours à la centrale de Fukushima Daiichi au Japon : le Réseau "Sortir du nucléaire" constate avec effroi l’aggravation de la catastrophe nucléaire et l’impuissance des autorités japonaises.

Trois fusions partielles de cœurs, un incendie de combustible usé et quatre explosions d’hydrogène sont survenues dans la centrale nucléaire de Fukushima Daiichii, qui depuis le séisme et le tsunami du 11 mars dernier, relâche des quantités massives de radioactivité dans l’atmosphère.

Le réacteur n°2 de la centrale de Fukushima Daiichi a subi une explosion d’hydrogène le 15.03 à 6h10 (heure locale)[i]. Un réservoir à la base de la cuve du réacteur n°2 a subi des dommages dont on ignore la gravité, selon les officiels japonais.[ii] Ce réservoir fait partie de la barrière entre le combustible extrêmement radioactif et l’environnement.[iii] Les 3 réacteurs (n°1,2,3) qui ont subi des explosions d’hydrogène sont toujours refroidis avec de l’eau de mer injectée dans les cuves où les 3 cœurs ont partiellement fusionné[iv] et les opérateurs abaissent la pression en rejetant régulièrement de la vapeur radioactive dans l’environnement. L’exploitant de la centrale ne communique pas sur le niveau de radioactivité de la vapeur ni sur les radioéléments émis. A 1h26 le 16.03.11 (heure locale), les cœurs nucléaires étaient toujours dénoyés sur deux mètres de haut dans ces 3 réacteurs et la radioactivité dans les salles de contrôle des 4 réacteurs en détresse empêchait les opérateurs d’y séjourner longtemps.[v]

Alors que les réacteurs n°4, 5 et 6 de la centrale de Fukushima Daiichi n’étaient pas en fonctionnement pendant le séisme, la perte de refroidissement de l’eau des piscines des combustibles usés de ces réacteurs devient très problématique.[vi] Une explosion d’hydrogène a frappé le réacteur n°4 à 6h14 (heure locale), 4 minutes après l’explosion d’hydrogène dans le réacteur n°2.[vii] C’est la quatrième explosion dans un réacteur nucléaire à la centrale de Fukushima-Daiichi en quatre jours. L’explosion a créé deux brèches de 8 mètres par 8 mètres, découvrant la piscine de stockage de combustible nucléaire usé extrêmement radioactif et déclenchant un feu qui a duré près de 3 heures dans cette zone.[viii] L’explosion et le feu ont libéré d’importantes quantités de radioactivité dans l’air[ix]. La dose de radioactivité à proximité immédiate du réacteur n°4 a atteint 400 mSv/h selon l’AIEA, soit une dose mortelle pour l’homme en 12 heures d’exposition.[x] Le niveau d’eau de la piscine étant trop bas pour assurer efficacement le refroidissement du combustible usé, Tepco envisage d’asperger d’eau le combustible radioactif par les brèches avec un hélicoptère.[xi] La température de l’eau des piscines des réacteurs 5 et 6 de la centrale de Fukushima Daiichi augmentait dans le même temps et le risque de nouvelles explosions n’était pas exclu.[xii]

Le gouvernement japonais a confirmé que de la radioactivité fuyait des réacteurs accidentés et il a élargi la zone de confinement de 20 à 30 km autour de la centrale de Fukushima Daiichi, 140 000 habitants sont concernés[xiii], alors que 185 000 personnes ont déjà été évacuées du périmètre autour des centrales de Fukushima Daiichi et Fukushima Daiini.

La radioactivité mesurée à Tokyo, après les deux explosions à la centrale, était 20 fois supérieure à la normale selon les officiels de la ville, située à 270 km de la centrale nucléaire.[xiv]

Tepco, a évacué 800 des 850 travailleurs de la centrale de Fukushima Daiichi.[xv]

Le refroidissement et l’alimentation électrique des 4 réacteurs de la centrale de Fukushima Daiini seraient assurés selon Tepco, l’exploitant des deux centrales de Fukushima (distantes de 11 km) depuis 12h (heure locale) le 15.03.[xvi]

[i] https://www.reuters.com/article/2011/03/14/us-japan-quake-idUSTRE72A0SS20110314
https://www.facebook.com/notes/international-atomic-energy-agency-iaea/japan-earthquake-update-15-march-2011-0615-cet/201874423175685

[ii] https://edition.cnn.com/2011/WORLD/asiapcf/03/14/japan.nuclear.reactors/index.html
https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[iii] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[iv] https://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-12749444

[v] Journal de Tokyo, 16/03/2011, 01h26 (heure locale)

[vi] Le combustible usé n’est pas un matériau anodin, il est brûlant de radioactivité. S’il n’est pas refroidi en permanence, il peut entrer en fusion et relâcher en masse de la radioactivité. A titre d’exemple, un réacteur de 1300 MW un mois après son arrêt produit encore 6 MW de puissance résiduelle.

[vii] https://english.kyodonews.jp/news/2011/03/78267.html

[viii] https://lewis.armscontrolwonk.com/archive/3663/new-fepc-statement

[ix] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[x] https://edition.cnn.com/2011/WORLD/asiapcf/03/14/japan.nuclear.reactors/index.html
https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp
https://www.facebook.com/notes/international-atomic-energy-agency-iaea/japan-earthquake-update-15-march-2011-0615-cet/201874423175685

[xi] Journal de Tokyo 16/03/2011 01h36 (heure locale)

[xii] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?hp

[xiii] https://www.reuters.com/article/2011/03/15/us-japan-quake-idUSTRE72A0SS20110315

[xiv] https://www.nytimes.com/2011/03/16/world/asia/16nuclear.html?_r=1&hp

[xv] https://www.facebook.com/notes/international-atomic-energy-agency-iaea/japan-earthquake-update-15-march-2011-0615-cet/201874423175685

[xvi] https://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11031507-e.html