Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Campagnes et mobilisations 2012

Campagnes et mobilisations nationales du Réseau "Sortir du nucléaire" en 2012


Changeons d’ère, sortons du nucléaire ! > Présidentielles 2012 > Les positions des candidats

UMP

Nicolas Sarkozy




Au moins, sa position a le mérite d’être claire : pour Nicolas Sarkozy, le nucléaire, c’est sacré ! " Le nucléaire est « l’intérêt supérieur de la France », il représente le « progrès » face au « retour au Moyen-Age », déclamait-il dans son discours de Pierrelatte, en novembre dernier. « On ne va pas retourner à la bougie ! [...] Devons nous être le seul pays qui tourne le dos au progrès ?" ».

Il aime par ailleurs se faire le porte-voix des fausses vérités : indépendance énergétique de la France, emploi, infériorité des énergies renouvelables... tous les clichés sont revisités par le président candidat.

Il tient à montrer son attachement à l’EPR, "des réacteurs de nouvelle génération, qui, par nature, sont plus sûrs que les réacteurs plus anciens". Évidemment pour le maintien de l’EPR de Penly, il considère le lancement de nouveaux projets en France comme "une condition absolument indispensable pour projeter notre savoir-faire à l’exportation". Il souhaite notamment développer la 4ème génération (réacteurs au plutonium, comme "Astrid").

Même si Nicolas Sarkozy prétend soutenir les énergies renouvelables, les faits ont prouvé que son gouvernement s’est bien plus appliqué à les brider qu’à les développer ; par ailleurs, il ne souhaite en aucun cas qu’elles remplacent le nucléaire.

« Je ne renoncerai pas à l’arme nucléaire », avait-il rappelé en 2010, à Washington, en plein congrès sur le désarmement.

Au moins, sa position a le mérite d’être claire : pour Nicolas Sarkozy, le nucléaire, c’est sacré ! " Le nucléaire est « l’intérêt supérieur de la France », il représente le « progrès » face au « retour au Moyen-Age », déclamait-il dans son discours de Pierrelatte, en novembre dernier. « On ne va pas retourner à la bougie ! [...] Devons nous être le seul pays qui tourne le dos au progrès ?" ».

Il aime par ailleurs se faire le porte-voix des fausses vérités : indépendance énergétique de la France, emploi, infériorité des énergies renouvelables... tous les clichés sont revisités par le président candidat.

Il tient à montrer son attachement à l’EPR, "des réacteurs de nouvelle génération, qui, par nature, sont plus sûrs que les réacteurs plus anciens". Évidemment pour le maintien de l’EPR de Penly, il considère le lancement de nouveaux projets en France comme "une condition absolument indispensable pour projeter notre savoir-faire à l’exportation". Il souhaite notamment développer la 4ème génération (réacteurs au plutonium, comme "Astrid").

Même si Nicolas Sarkozy prétend soutenir les énergies renouvelables, les faits ont prouvé que son gouvernement s’est bien plus appliqué à les brider qu’à les développer ; par ailleurs, il ne souhaite en aucun cas qu’elles remplacent le nucléaire.

« Je ne renoncerai pas à l’arme nucléaire », avait-il rappelé en 2010, à Washington, en plein congrès sur le désarmement.



Dt

Ça peut aussi vous intéresser


Hommages aux militants antinucléaires - oct 2020
Hommage à Benoît Potel
Agenda - nov 2020
Contre la réintoxication du monde à Tours - TOURS (37000)
Agenda - nov 2020
[APPEL À MOBILISATION] Contre la réintoxication du monde - DANS TOUTE LA FRANCE

Suivez-nous

               je m'inscris à la newsletter         

Réseau "Sortir du nucléaire"
9 rue Dumenge - 69317 Lyon cedex 04
Tél : 04 78 28 29 22



qui sommes-nous ? | plan du site | contact