Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Usine de fabrication du combustible Framatome Romans : Double dose dans les pastilles




1er décembre 2020


Problème à l’usine de fabrication de combustible nucléaire de Romans-sur-Isère (Drôme), exploitée par Framatome. On ne sait comment, le 25 novembre 2020, une double dose d’additifs a été ajoutée au mélange utilisé pour fabriquer les pastilles de combustible. Une défaillance manifeste dans un système de production qui utilise des matières dangereuses.


C’est en effet un risque de criticité qui est généré par une telle erreur. Lorsqu’une quantité de matière fissile trop importante est rassemblée, une réaction nucléaire peut se déclencher spontanément. L’incident a d’ailleurs été déclaré comme significatif pour la sûreté le 1er décembre 2020. Selon Framatome et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), il n’a pas eu de conséquences, cette erreur de double charge d’additifs dans les pastilles de combustible avait été prise en compte comme une possibilité. Il n’empêche qu’il y a eu un problème dans le processus de fabrication du combustible nucléaire. "Les causes ont été identifiées et corrigées immédiatement" affirme Framatome. Sans toutefois les nommer ni les expliquer. Le respect des consignes lors de la fabrication de pastilles d’uranium enrichi et la culture des enjeux de criticité sont manifestement des points à améliorer dans l’usine Framatome, où les incidents liés au risque de criticité ne sont pas rares [1]. Quant aux pastilles trop chargées en additifs, les lots ont été isolés précise l’exploitant, mais on ne sait rien de leur quantité ni de leur devenir..

Ce que dit Framatome :

Framatome Romans : détection d’une anomalie à l’atelier pastillage

Sur le site Framatome de Romans-sur-Isère, l’installation des combustibles de puissance est dédiée à la fabrication d’assemblages combustibles pour alimenter les réacteurs de production d’électricité. Dans cette installation, l’atelier pastillage permet de transformer la poudre d’uranium en pastilles. Pour cela, la poudre est notamment mélangée avec des additifs [2] pour ensuite être compactée sous forme de pastilles.

Le 27 novembre, lors d’une opération systématique de contrôle qualité de deux lots de fabrication, une anomalie sur la densité des pastilles est détectée. Les quantités d’additifs de ces deux lots n’étaient pas conformes aux exigences d’exploitation de l’atelier. Les lots de pastilles concernés par cette anomalie ont été isolées. Les causes ont été identifiées et corrigées immédiatement.

Cet évènement, pris en compte dans l’analyse du référentiel de sûreté de l’installation, est sans conséquence sur la sûreté d’exploitation. Les quantités d’additifs utilisées sont largement inférieures aux limites autorisées par les règles générales d’exploitation du site.

Framatome Romans a proposé à l’Autorité de Sûreté Nucléaire de classer cet évènement, sans conséquence sur le personnel et l’environnement, au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires (INES [3]) graduée jusqu’à 7.

https://www.framatome.com/FR/businessnews-2029/framatome-romans-detection-d-une-anomalie-a-l-atelier-pastillage.html


Ce que dit l’ASN :

Non-respect d’une consigne de maîtrise de la criticité

Publié le 03/12/2020

Usines Framatome de fabrication de combustibles nucléaires - Fabrication de substances radioactives - Framatome

La société Framatome a déclaré le 1er décembre 2020 à l’ASN un événement significatif relatif à la maîtrise du risque de de criticité [4] dans son usine de Romans-sur-Isère.

L’événement est survenu dans l’installation nucléaire de base (INB) 98, dédiée à la fabrication d’éléments combustibles standards utilisés dans les réacteurs à eau sous pression. La matière nucléaire utilisée dans cette installation est de l’uranium à un taux d’enrichissement maximal de 5 %.

L’atelier de pastillage a pour objectif de transformer la poudre d’oxyde d’uranium en pastilles de combustible nucléaire, qui sont ensuite insérées dans les crayons des combustibles nucléaires des réacteurs.

Lors des contrôles réalisés sur la production en cours, il a été détecté que la qualité des pastilles ne correspondait pas à celle attendue. Après investigations, il s’avère qu’une double charge d’additifs a été introduite par erreur dans la fabrication du mélange, le 25 novembre 2020. Les quantités d’additifs sont limitées et surveillées pour la maîtrise de la criticité du mélange.

Cette double charge d’additifs est prévue dans le référentiel de dimensionnement de l’installation et n’a pas eu d’incidence sur la sûreté, la sécurité des personnes ou l’environnement de l’installation. Toutefois, ceci constitue un écart au fonctionnement normal de l’installation, qui prévoit une seule dose d’additifs par mélange.

En raison du non-respect du référentiel de sûreté de l’installation relatif à la prévention du risque de criticité, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-d-une-consigne-de-maitrise-de-la-criticite


[1voir la liste des incidents de cette installation à droite de cet article ou cliquez directement ici

[2Les additifs, matières hydrogénées prises en compte dans l’analyse de sûreté-criticité, sont utilisés pour améliorer la densité des pastilles.

[3L’échelle INES (International Nuclear Event Scale) comprend 8 niveaux de gravité croissante. Elle est graduée de 0 à 7. En France, plusieurs centaines d’incidents sont classés chaque année au niveau 0 ou 1.

[4Le risque de criticité est défini comme le risque de démarrage d’une réaction nucléaire en chaine lorsqu’une masse de matière fissile trop importante est rassemblée au même endroit. Pour prévenir ce risque, les règles générales d’exploitation de l’installation prévoient, notamment, la limitation de la masse de matière présente à chaque étape de fabrication et le contrôle de la géométrie de la matière fissile.


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

FBFC

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
26