Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Saint-Laurent-des-Eaux : Erreur de positionnement de grappes de commande




20 juillet 2013


Le 20 juillet 2013, lors des opérations de redémarrage du réacteur B2 de la centrale de Saint-Laurent, l’exploitant a détecté qu’un groupe de grappes de commande n’était pas positionné conformément aux spécifications techniques d’exploitation (STE).


Ce que dit EDF :

Détection tardive du mauvais positionnement de grappes de commande sur l’unité de production n° 2
24/07/2013

Le 19 juillet, lors des opérations de redémarrage de l’unité de production n° 2, à l’arrêt depuis le 23 février pour réaliser des opérations de maintenance, des essais ont été menés afin de contrôler le bon fonctionnement des grappes de commande, alors que la réaction en chaîne dans le réacteur n’était pas encore initiée.

Ces grappes de commande sont utilisées pour piloter la réaction nucléaire dans le réacteur, en s’introduisant au niveau du coeur à un niveau prédéfini. Elles contiennent des matériaux permettant de gérer la réaction en chaîne, en absorbant les neutrons.

Après la réalisation de ces essais, les équipes de la centrale ont constaté, lors d’un contrôle, le mauvais positionnement d’un groupe de grappes de commandes. Celui-ci ne correspondait pas très exactement au positionnement requis par les spécifications techniques d’exploitation.

Dès détection, les grappes de commande ont alors été remises dans la bonne position.Cet événement n’a pas eu de conséquence sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement.

Toutefois, le non respect des spécifications techniques requises et la détection tardive du mauvais positionnement des grappes de commande ont amené la direction de la centrale à déclarer cet événement à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le 23 juillet, au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7.

https://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales-nucleaires/evenements-45967.html

Ce que dit l’ASN :

Détection tardive d’une erreur de positionnement de grappes de commande

Le 20 juillet 2013, lors des opérations de redémarrage du réacteur B2 de la centrale de Saint-Laurent, l’exploitant a détecté qu’un groupe de grappes de commande n’était pas positionné conformément aux spécifications techniques d’exploitation (STE). Le réacteur avait été mis à l’arrêt depuis le 23 février 2013 pour procéder, dans le cadre d’une visite décennale, au rechargement en combustible et effectuer des opérations de maintenance.

Le 20 juillet 2013, lors des opérations de redémarrage du réacteur B2 de la centrale de Saint-Laurent, l’exploitant a détecté qu’un groupe de grappes de commande n’était pas positionné conformément aux spécifications techniques d’exploitation (STE). Le réacteur avait été mis à l’arrêt depuis le 23 février 2013 pour procéder, dans le cadre d’une visite décennale, au rechargement en combustible et effectuer des opérations de maintenance.

Les grappes de commande, qui contiennent des matériaux absorbant les neutrons, sont l’un des deux moyens principaux de contrôler la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur. Il convient, en marche normale du réacteur, de maintenir certaines grappes à un niveau fixé par les STE, d’une part pour que leur chute puisse étouffer la réaction nucléaire en cas d’arrêt d’urgence, et d’autre part pour assurer la bonne répartition du flux de neutrons.

Le 19 juillet 2013, pendant le quart d’après-midi, des essais de fonctionnement des grappes de commande ont été réalisés. Un groupe de grappes de commande a été mal repositionné à la fin de ces essais. L’écart de positionnement n’a été détecté que le lendemain lors d’un contrôle réalisé pendant le quart du matin. Les grappes sont restées dans une position non requise pendant une durée d’environ dix heures trente minutes. Dès la détection de l’écart, les grappes de commande ont été remises dans une position conforme.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence sur la sûreté de l’installation dans la mesure où l’exploitant disposait de marges de sécurité pour assurer le contrôle de la réaction nucléaire en cas d’arrêt d’urgence. Toutefois, en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation ainsi que de la détection tardive de l’écart, cet incident a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Detection-tardive-d-une-erreur-de-positionnement-de-grappes-de-commande


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Saint-Laurent

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
36