Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Dampierre-en-Burly : Sortie du domaine d’exploitation « pression-température »




27 août 2013


Le 27 août 2013, alors que le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Dampierre était en arrêt pour maintenance, la pression du circuit primaire a atteint une valeur située au-dessus du domaine de fonctionnement autorisé.


Ce que dit EDF :

Dépassement du niveau de pression du circuit primaire sur l’unité de production n° 1
03/09/2013

Depuis le 17 août 2013, l’unité de production n° 1 est en arrêt programmé pour recharger une partie de son combustible et réaliser des opérations de maintenance.

Le 27 août, le réacteur est à l’arrêt, le circuit primaire est fermé et rempli d’eau à une pression inférieure à 5 bars conformément aux règles d’exploitation.

Lors d’une manoeuvre inapropriée, une injection supplémentaire d’eau dans le circuit primaire fait monter sa pression au-delà de 5 bars (9,4 bars).

Cet écart est immédiatement détecté par les équipes d’exploitation qui engagent les actions nécessaires consistant à faire baisser la pression du circuit primaire afin de retrouver le niveau fixé.

Cet évènement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations et l’environnement. Il a été déclaré le 28 août à l’Autorité de sûreté nucléaire au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7, en raison du dépassement du niveau de pression fixé par les règles d’exploitation.

https://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales-nucleaires/evenements-45889.html

Ce que dit l’ASN :

Sortie du domaine d’exploitation « pression-température »
Paris, le 06 Septembre 2013

Le 27 août 2013, alors que le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Dampierre était en arrêt pour maintenance, la pression du circuit primaire a atteint une valeur située au-dessus du domaine de fonctionnement autorisé.

Sur les réacteurs à eau pressurisée exploités par EDF, le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression qui s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Les règles générales d’exploitation définissent les limites autorisées pour la pression et la température du circuit primaire qui doivent être suivies en permanence notamment pendant les transitoires de puissance effectués lors des opérations de mise à l’arrêt ou de redémarrage du réacteur.

Lors de l’événement, les interventions de maintenance et le rechargement de la cuve étant terminés, le circuit primaire du réacteur n°1 est fermé et pressurisé à 3 bars dans l’attente des opérations de redémarrage. Dans cette configuration, l’exploitant doit s’assurer que la pression du circuit reste toujours inférieure à 5 bars.

Lors du brassage d’un réservoir d’un circuit annexe, les opérateurs en salle de commande n’identifient pas la présence de vannes ouvertes sur une tuyauterie reliée au circuit primaire. Le circuit primaire étant fermé, l’arrivée d’eau du réservoir provoque l’augmentation rapide de sa pression jusqu’à 10,4 bars. Les opérateurs ont interrompu cette activité dès la détection de la montée en pression du circuit primaire qui a duré 35 secondes. Ils ont dès lors engagé la dépressurisation du circuit.

La pression du circuit primaire a ainsi été supérieure à 5 bars pendant 20 minutes. La pression du circuit primaire est restée dans le domaine de pression et température étudié à la conception. La pression au refoulement de la pompe utilisée dans l’opération initiale de brassage n’aurait pas permis d’atteindre la pression d’ouverture des soupapes de protection des circuits (primaire et annexes).

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

Toutefois, en raison d’un non respect d’une prescription permanente des règles générales d’exploitation, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Sortie-du-domaine-d-exploitation-pression-temperature


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Dampierre-en-Burly

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
65