Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Dampierre-en-Burly : Sortie du domaine d’exploitation « pression-température »




25 septembre 2013


Le 25 septembre 2013, alors que le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Dampierre était en phase de redémarrage suite à son arrêt pour maintenance, la température du circuit primaire a atteint une valeur supérieure au domaine de fonctionnement autorisé.


Ce que dit EDF :

Non respect du seuil de température de l’eau du circuit primaire sur l’unité de production n° 1
03/10/2013

Depuis le 17 août 2013, l’unité de production n° 1 est en arrêt programmé pour recharger une partie de son combustible et réaliser des opérations de maintenance.

Le 25 septembre, dans le cadre du nettoyage préventif des générateurs de vapeur, les équipes d’intervention sont amenées à stabiliser la température du circuit primaire (initialement 127°C) en arrêtant deux pompes de ce circuit, sur les 3 en fonctionnement.

Ces pompes assurent la circulation de l’eau dans le circuit primaire. Lors de cette manoeuvre, la baisse en température de l’eau du circuit primaire a été plus rapide que celle programmée pour atteindre 115°C. Dès la détection de cet écart, les équipes de la centrale ont immédiatement engagé les actions nécessaires pour faire remonter la température du circuit primaire afin de retrouver celle fixée par les règles générales d’exploitation, à 120°C.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations et l’environnement. Il a été déclaré, le 30 septembre 2013, à l’Autorité de sûreté nucléaire au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

https://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales-nucleaires/evenements-45889.html

Ce que dit l’ASN :

Sortie du domaine d’exploitation « pression – température »
Paris, le 11 Octobre 2013

Le 25 septembre 2013, alors que le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Dampierre était en phase de redémarrage suite à son arrêt pour maintenance, la température du circuit primaire a atteint une valeur supérieure au domaine de fonctionnement autorisé.

Sur les réacteurs à eau pressurisée exploités par EDF, le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression qui s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Les règles générales d’exploitation définissent les limites autorisées pour la pression et la température du circuit primaire qui doivent être suivies en permanence notamment pendant les opérations de mise à l’arrêt ou de redémarrage du réacteur.

Lors de l’événement, le circuit primaire du réacteur 1 est fermé, pressurisé à 27 bars, à 127°C. Dans cette configuration, l’exploitant doit s’assurer que la température du circuit primaire ne descende pas sous 120°C.

Afin de s’assurer de l’élimination de résidus détectés dans les générateurs de vapeur lors de l’arrêt pour maintenance, les opérateurs arrêtent deux des trois pompes primaires pour limiter la vitesse de montée en température du circuit primaire. Pour cette activité, les opérateurs ont focalisé leur attention sur la pression du circuit primaire et non sur sa température.

Or l’arrêt des deux pompes a conduit à un refroidissement non prévu du circuit primaire, et à une sortie du domaine autorisé. Les opérateurs ont détecté cet écart au bout de six minutes. Ils ont alors relancé les deux pompes pour réchauffer le circuit primaire. Sa température est remontée au-dessus du seuil de 120° C une heure trente plus tard.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

Toutefois, en raison d’un non respect d’une prescription permanente des règles générales d’exploitation, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Sortie-du-domaine-d-exploitation-pression-temperature2


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Dampierre-en-Burly

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
65