Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Cattenom : Système de contrôle-commande détérioré : le réacteur 3 arrêté, la communication d’EDF lissée




1er septembre 2020


Délabrement avancé du contrôle-commande du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Cattenom (Grand Est). Malgré de signes manifestes de dysfonctionnements plusieurs jours durant, EDF a laisser se détériorer cet équipement important pour la sûreté. Au point qu’il est tombé en panne. Les défauts étaient tels que plusieurs composants ont dû être changés. Le réacteur a été arrêté, mais les réparations étaient telles qu’elles ont pris trop de temps. Beaucoup trop par rapport au maximum autorisé : 50 heures au lieu de 8.


Dès le 26 août 2020, EDF constate des problèmes de fonctionnement sur une armoire contenant plusieurs cartes électroniques du contrôle-commande [1] du réacteur 3. C’est ce système qui surveille les paramètres du réacteurs et déclenche automatiquement les arrêts en urgence et les circuits de secours en cas de problème. On saisi donc tout l’importance de cet équipement pour garder le contrôle et commander le réacteur nucléaire. Mais pour autant, l’exploitant ne réagit pas. Deux jours plus tard c’est la panne. La température et la pression du circuit primaire sont abaissées, la puissance du réacteur est diminuée jusqu’à ce qu’il soit arrêté, conformément à ce qu’imposent règles de l’Autorité de sûreté nucléaire.

Sur le coup, si EDF a effectivement communiqué sur l’arrêt du réacteur 3 "en application de nos règles d’exploitation", l’exploitant n’a rien dit du sérieux de la situation. Dans sa publication, EDF présente l’arrêt comme nécessaire "afin de réaliser un diagnostic et d’intervenir sur une carte électronique". Ni mention du système contrôle-commande, ni des dysfonctionnements constatés les jours précédents. Encore moins du nombre de défauts qui sera constaté sur la carte en question. Une dégradation si importante qu’elle prendra six fois plus de temps que le maximum autorisé.

L’évènement a été déclaré comme significatif pour la sûreté le 1er septembre 2020. Il vient apporter une nouvelle démonstration du fait qu’EDF ne contrôle pas avec le sérieux nécessaire les équipements qui permettent de surveiller le fonctionnement de son installation nucléaire. Des prises de largesses avec l’entretient des matériels, la maintenance préventive et la surveillance qui ont pour conséquences directes d’augmenter les risques déjà générés par ses activités. Des risques qui seront à terme payés par les travailleurs et les populations. Pas si étonnant dès lors qu’EDF n’ait pas donné beaucoup de détails sur l’incident en question et n’ait à aucun moment mentionné qu’il avait été nécessaire de mettre en place des mesures spécifiques pour compenser la perte de sûreté induite par son laisser-aller. L’exploitant chercherait-il à donner au public une vision orientée en ne montrant qu’une image parcellaire et lissée de la réalité ?

Ce que dit EDF :

  • Mise à l’arrêt de l’unité de production n°3 de la centrale de Cattenom

Publié le 29/08/2020

Dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 août, les équipes de la centrale de Cattenom ont procédé à la mise à l’arrêt de l’unité de production n°3 en application de nos règles d’exploitation, afin de réaliser un diagnostic et d’intervenir sur une carte électronique. Un arrêt de cette unité était d’ores et déjà programmé ce week-end pour réaliser d’autres opérations de maintenance.

Les unités n°1 et 4 sont en fonctionnement et alimentent le réseau électrique national.

L’unité de production n°2 est en arrêt programmé pour maintenance et contrôles approfondis depuis le 3 avril 2020.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-cattenom/actualites/mise-a-l-arret-de-l-unite-de-production-ndeg3-de-la-centrale-de-cattenom

  • Déclaration d’un Evénement Significatif Sûreté de niveau 1

Publié le 01/09/2020

Dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 août, les équipes de la centrale de Cattenom ont procédé à la mise à l’arrêt de l’unité de production n°3 en application de nos règles d’exploitation, suite à des dysfonctionnements au niveau d’une armoire automate comportant des cartes électroniques. Un arrêt de cette unité était d’ores et déjà programmé durant le week-end pour réaliser d’autres opérations de maintenance.

Le diagnostic et la réparation des cartes électroniques sont désormais terminés, mais le délai prescrit par nos règles d’exploitation pour effectuer cette intervention a été dépassé. La redondance des matériels a toujours été assurée durant le temps de l’intervention et il n’y a pas eu d’impact sur la sûreté des installations.

Néanmoins, en raison du dépassement du délai prescrit, la centrale de Cattenom a déclaré cet événement le 1er septembre 2020 à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 1 de l’échelle INES qui compte 7 échelons.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-cattenom/actualites/declaration-d-un-evenement-significatif-surete-de-niveau-1-0


Ce que dit l’ASN :

Non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation du réacteur 3

Publié le 09/09/2020

Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 1er septembre 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cattenom a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation (RGE) du réacteur 3 concernant le délai de réparation d’un système de contrôle commande.

Les RGE sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées. Elles prescrivent en outre les délais maximums de réparation en cas de dysfonctionnement de certains matériels.

A partir du 26 août 2020, EDF a constaté des dysfonctionnements au niveau d’une armoire de contrôle commande comportant plusieurs cartes électroniques. Ces cartes permettent d’obtenir des informations pour surveiller le fonctionnement du réacteur et, le cas échéant, engager automatiquement la mise en route d’équipements et d’alarmes de sûreté. Le 28 août 2020, en fin d’après-midi, l’une des cartes électroniques a été touchée par une panne. Des opérations de maintenance ont été engagées pour remettre le matériel en conformité. Ces opérations ont mis en évidence plusieurs défauts, nécessitant le remplacement de différents composants. Elles ont duré au total 50 heures.

Dans cette situation, les RGE imposent l’arrêt du réacteur sous 8 heures et un délai de réparation maximal de 8 heures. Ce dernier délai n’a pas été respecté par l’exploitant ; le repli du réacteur a par contre été réalisé dans la nuit du 28 au 29 août 2020, dans le délai requis.

L’événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté des fonctions concourant à la sûreté du réacteur. En raison du dépassement du délai de réparation prévu par les RGE, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Lors de cet événement, des mesures compensatoires, notamment une surveillance renforcée des installations électriques, ont été mises en place par EDF afin d’atténuer la dégradation des fonctions de sûreté concernées avant un retour à un fonctionnement fiabilisé des matériels concernés le 31 août 2020. EDF mène actuellement une analyse approfondie de cet événement. L’ASN veillera à la qualité de l’analyse approfondie de l’événement et de ses conclusions.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-de-la-conduite-a-tenir-prevue-par-les-regles-generales-d-exploitation-du-reacteur-3


[1Contrôle-commande : le controle-commande est constitué de l’ensemble des systèmes qui, dans une installation nucléaire, effectuent automatiquement des mesures et assurent des fonctions de régulation ou de protection. (...) ils doivent également permettre d’assurer une surveillance accrue des installations - https://www.asn.fr/Lexique/C/Controle-commande


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Cattenom

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
115