Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Blayais : Pas assez d’eau dans le réacteur 3 pour le refroidir




15 septembre 2020


EDF est restée plusieurs jours en aveugle quant au niveau d’eau dans la cuve et le circuit primaire du réacteur 3 de la centrale nucléaire du Blayais (Nouvelle Aquitaine). Parce qu’une intervention a été mal préparée. Les données fournies par le capteur de niveau d’eau étaient erronées mais l’exploitant ne s’est rendu compte de rien.

Durant 4 jours, du 4 au 8 septembre 2020, il n’y avait en réalité pas assez d’eau pour que le réacteur soit correctement refroidi, alors qu’il était chargé de combustible et que son exploitant s’apprêtait à lancer la réaction nucléaire. Quand la désorganisation d’EDF engendre des risques d’accidents sévères.


Ce que dit EDF :

Déclaration d’un événement significatif de sûreté de niveau 1 (échelle INES) lié au non-respect des spécifications techniques d’exploitation de l’unité de production n°3

Publié le 15/09/2020

Le 10 août 2020, l’unité de production n°3 est à l’arrêt dans le cadre de sa maintenance annuelle programmée (visite partielle). Préalablement aux activités de rechargement du combustible, les intervenants réalisent la mise sous vide du circuit primaire qui consiste à extraire l’air du circuit et à le remplir complètement en eau. À la fin de cette activité, l’intervenant ne repositionne pas le bon obturateur au niveau de l’un des capteurs de niveau d’eau du circuit primaire, entraînant l’indisponibilité de ce capteur.

Le 4 septembre, à la suite du rechargement du combustible et de la fermeture du couvercle de la cuve du réacteur, ce capteur de niveau d’eau est requis mais reste indisponible.

Le 8 septembre, les équipes procèdent au repositionnement d’une portion de tuyauterie (appelée manchette) reliant le couvercle de la cuve à l’une des tuyauteries du circuit primaire. Pour réaliser cette activité, l’obturateur précédemment positionné est retiré. Le capteur de niveau, de nouveau fonctionnel, indique alors un niveau d’eau non conforme aux spécifications techniques d’exploitation*, signalé par une alarme en salle de commande. Immédiatement, les équipes de conduite déterminent l’origine de cette alarme et procèdent au réajustement du niveau d’eau.

Cette situation n’a pas eu de conséquence sur la sûreté des installations et l’environnement. Cet événement constituant un non-respect des spécifications techniques d’exploitation*, la direction de la centrale nucléaire du Blayais a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire, le 14 septembre 2020, un événement au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

* Modes opératoires à respecter pour la conduite des installations.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-blayais/actualites/declaration-d-un-evenement-significatif-de-surete-de-niveau-1-echelle-ines-lie-au-non-respect-des-specifications-techniques-d-exploitation


Ce que dit l’ASN :

Indisponibilité d’un capteur de mesure du niveau d’eau dans la cuve du réacteur 3

Publié le 18/09/2020

Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 14 septembre 2020, l’exploitant de la centrale nucléaire du Blayais a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité d’un capteur de mesure du niveau d’eau de la cuve [1] et du circuit de l’eau primaire sous pression [2].

Le 10 août 2020, le réacteur 3 de la centrale nucléaire du Blayais était à l’arrêt pour maintenance et renouvellement du combustible. Pour permettre l’ouverture du couvercle de la cuve du réacteur, le capteur de mesure de niveau a été déconnecté par l’exploitant. Au moment de placer le capteur de niveau dans une configuration temporaire, adaptée aux phases d’arrêt du réacteur, un matériel inadapté a été utilisé, conduisant à rendre inopérant le capteur de niveau.

Lors des phases de préparation au redémarrage, les règles générales d’exploitation [3] prévoient que ce capteur soit opérationnel au cours des opérations de mise en place du couvercle sur la cuve du réacteur, ce qui n’a pas été le cas. L’information du capteur ne permettait pas de retranscrire le niveau d’eau réel de la cuve en salle de commande. Le 8 septembre 2020, en reconnectant le capteur dans sa configuration normale d’exploitation en prévision du redémarrage du réacteur, l’exploitant l’a rendu de nouveau disponible. A ce moment, il a pu détecter d’une part que le capteur de niveau indiquait jusqu’alors une valeur erronée et d’autre part que le niveau d’eau dans la cuve, trop bas, ne respectait pas la valeur prévue par les règles générales d’exploitation.

Ce capteur de mesure du niveau de la cuve du réacteur 3 n’a pas été disponible du 4 septembre au 8 septembre 2020, contrairement aux exigences fixées dans les règles générales d’exploitation.

Cet événement n’a pas eu de conséquences sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée au refroidissement du réacteur.

En raison de sa détection tardive par l’exploitant et du non-respect des règles générales d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Les 8 et 9 septembre 2020, les équipes de conduite ont procédé à la vérification du fonctionnement du capteur et ont ajusté le niveau d’eau dans le circuit primaire pour respecter à nouveau les règles générales d’exploitation.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Indisponibilite-d-un-capteur-de-mesure-du-niveau-d-eau-dans-la-cuve-du-reacteur-3


[1Enceinte métallique étanche de forte épaisseur en acier renfermant le cœur du réacteur et ses systèmes de contrôle de la réaction (structures de support du cœur et structures de guidage des grappes de contrôle) dans laquelle circule l’eau primaire sous pression

[2Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression. Il permet de refroidir le combustible contenu dans la cuve du réacteur

[3Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées.


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Blayais

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
72