Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Sortir du nucléaire n°62

Août 2014

Editorial : Sans sortie du nucléaire, pas de vraie transition énergétique !

Août 2014




Le "nouveau modèle énergétique français" : c’est ainsi que se nommera finalement le projet de loi de transition énergétique qui a été dévoilé aux médias en juin et sur lequel vont devoir se pencher les parlementaires cet automne. On cherchera vainement ce que cette proposition de loi apporte de "nouveau". Aucune disposition pour fermer des réacteurs, rien de précis sur les économies d’électricité, pas de limitation de la durée de fonctionnement des centrales : le gouvernement, feignant d’oublier que l’État est le premier actionnaire d’EDF, a proposé un texte sur mesure pour contenter l’industriel. Celui-ci pourra continuer ses activités en toute liberté, sans la moindre prise en compte de l’intérêt des citoyens, qui ont pourtant droit à une vie sans menace nucléaire (voir p.8) !

"Je refuse qu’on oppose les énergies entre elles", a décrété Ségolène Royal, élevant le nucléaire au statut d’ "atout" pour réussir la transition énergétique. C’est refuser de voir que le nucléaire, de fait, s’oppose à une vraie transition. Comment parler de sobriété tant que l’on continue la surproduction d’électricité ? Comment prétendre soutenir les énergies renouvelables tant que l’on prévoit de dilapider des milliards pour rafistoler les réacteurs vieillissants (voir p.16) ?

Non seulement ce "nouveau modèle énergétique" ne permet pas le tournant dont nous avons besoin, mais son texte recelait une désagréable surprise : deux articles sur les déchets radioactifs, dont un autorisant la création par décret du site d’enfouissement CIGÉO, à Bure, dans la Meuse ! Après un "débat public" bidon sur un projet déjà décidé (voir p.24), CIGÉO aurait donc pu être mis en place sans faire l’objet d’une loi spécifique ? Heureusement, la mobilisation rapide du Réseau “Sortir du nucléaire“, au côté d’autres associations, a permis de retirer cet article du texte. Une preuve que la lutte peut payer !

Dans les prochains mois, les débats autour de la loi promettent d’être animés et riches en rebondissements. Tout l’été et à la rentrée, restons vigilants, luttons contre ce cancer nucléaire qui paralyse les institutions et continuons à nous battre pour une vraie transition, sans CIGÉO, qui nous fera passer de l’ère nucléaire à l’ère du renouvelable, des économies d’énergie et de l’efficacité énergétique. Interpellations des députés, actions dans le cadre de la campagne "Bure 365" (voir p.22), manifestations régionales : les temps forts ne manqueront pas dans les mois à venir. Nous comptons sur vous !

Le Réseau "Sortir du nucléaire"

Le "nouveau modèle énergétique français" : c’est ainsi que se nommera finalement le projet de loi de transition énergétique qui a été dévoilé aux médias en juin et sur lequel vont devoir se pencher les parlementaires cet automne. On cherchera vainement ce que cette proposition de loi apporte de "nouveau". Aucune disposition pour fermer des réacteurs, rien de précis sur les économies d’électricité, pas de limitation de la durée de fonctionnement des centrales : le gouvernement, feignant d’oublier que l’État est le premier actionnaire d’EDF, a proposé un texte sur mesure pour contenter l’industriel. Celui-ci pourra continuer ses activités en toute liberté, sans la moindre prise en compte de l’intérêt des citoyens, qui ont pourtant droit à une vie sans menace nucléaire (voir p.8) !

"Je refuse qu’on oppose les énergies entre elles", a décrété Ségolène Royal, élevant le nucléaire au statut d’ "atout" pour réussir la transition énergétique. C’est refuser de voir que le nucléaire, de fait, s’oppose à une vraie transition. Comment parler de sobriété tant que l’on continue la surproduction d’électricité ? Comment prétendre soutenir les énergies renouvelables tant que l’on prévoit de dilapider des milliards pour rafistoler les réacteurs vieillissants (voir p.16) ?

Non seulement ce "nouveau modèle énergétique" ne permet pas le tournant dont nous avons besoin, mais son texte recelait une désagréable surprise : deux articles sur les déchets radioactifs, dont un autorisant la création par décret du site d’enfouissement CIGÉO, à Bure, dans la Meuse ! Après un "débat public" bidon sur un projet déjà décidé (voir p.24), CIGÉO aurait donc pu être mis en place sans faire l’objet d’une loi spécifique ? Heureusement, la mobilisation rapide du Réseau “Sortir du nucléaire“, au côté d’autres associations, a permis de retirer cet article du texte. Une preuve que la lutte peut payer !

Dans les prochains mois, les débats autour de la loi promettent d’être animés et riches en rebondissements. Tout l’été et à la rentrée, restons vigilants, luttons contre ce cancer nucléaire qui paralyse les institutions et continuons à nous battre pour une vraie transition, sans CIGÉO, qui nous fera passer de l’ère nucléaire à l’ère du renouvelable, des économies d’énergie et de l’efficacité énergétique. Interpellations des députés, actions dans le cadre de la campagne "Bure 365" (voir p.22), manifestations régionales : les temps forts ne manqueront pas dans les mois à venir. Nous comptons sur vous !

Le Réseau "Sortir du nucléaire"