Faire un don

Transports nucléaires

Parce que le transport des matières radioactives est une activité inutile, absurde et dangereuse, le Réseau "Sortir du nucléaire" se mobilise !


Deux fois la radioactivité de Tchernobyl va traverser la France en train (Univers Nature)

3 novembre 2010 |




Les 5 et 6 novembre prochains, le plus important convoi de déchets nucléaires connu à ce jour va traverser une partie de la France à destination de l’Allemagne. Les onze conteneurs, contenant des déchets radioactifs d’origine allemande, acheminés en camion de l’usine de traitement de déchets nucléaires de la Hague à la gare de Valognes, quitteront le département de la Manche le 5 novembre, pour arriver en Basse-Saxe, en Allemagne, le lendemain.

Grâce à l’intervention d’un député allemand, le réseau ’Sortir du nucléaire’ a obtenu l’inventaire officiel de radioactivité de ce transport, pour lequel il avait eu une fin de non-recevoir française. Il est vrai qu’avec une concentration de radioactivité plus de deux fois supérieures au total des pollutions radioactives émises lors de la catastrophe de Tchernobyl, on imagine les autorités hexagonales peut enclines à communiquer dessus. En effet, alors que l’agence américaine en charge de l’énergie estime la radioactivité émise lors de l’accident de Tchernobyl à quelque 1900 Pbq (1), la quantité acheminée entre la France et l’Allemagne, par trains et camions, s’élèverait à 3917,4 péta becquerels (Pbq).

Un tel transport n’est évidemment pas sans risque notamment pour les régions traversées et les salariés y œuvrant, que cela soit en cas d’accident, de fuite radioactive accidentelle, voire d’attentat ... Comme le rappelle le réseau antinucléaire, ’aucune solution satisfaisante n’existe aujourd’hui pour la gestion des déchets radioactifs’ et si la Hague n’est pas un lieu de stockage satisfaisant, le site de Gorleben où les déchets vont être stockés, ne l’est pas davantage.

Pour dénoncer ce transport et l’industrie nucléaire, tout en informant sur la dangerosité de ces flux de déchets radioactifs réguliers, ’Sortir du nucléaire’ appelle avec Greenpeace à une vingtaine d’actions, dont des rassemblements à Caen, Rouen, Amiens, Arras, Nancy et Strasbourg, qui ont pour particularités d’être traversées par le convoi nucléaire.

Pascal Farcy

1- Péta becquerels ou millions de milliards de becquerels !

Article également repris sur le site Echo Nature

Les 5 et 6 novembre prochains, le plus important convoi de déchets nucléaires connu à ce jour va traverser une partie de la France à destination de l’Allemagne. Les onze conteneurs, contenant des déchets radioactifs d’origine allemande, acheminés en camion de l’usine de traitement de déchets nucléaires de la Hague à la gare de Valognes, quitteront le département de la Manche le 5 novembre, pour arriver en Basse-Saxe, en Allemagne, le lendemain.

Grâce à l’intervention d’un député allemand, le réseau ’Sortir du nucléaire’ a obtenu l’inventaire officiel de radioactivité de ce transport, pour lequel il avait eu une fin de non-recevoir française. Il est vrai qu’avec une concentration de radioactivité plus de deux fois supérieures au total des pollutions radioactives émises lors de la catastrophe de Tchernobyl, on imagine les autorités hexagonales peut enclines à communiquer dessus. En effet, alors que l’agence américaine en charge de l’énergie estime la radioactivité émise lors de l’accident de Tchernobyl à quelque 1900 Pbq (1), la quantité acheminée entre la France et l’Allemagne, par trains et camions, s’élèverait à 3917,4 péta becquerels (Pbq).

Un tel transport n’est évidemment pas sans risque notamment pour les régions traversées et les salariés y œuvrant, que cela soit en cas d’accident, de fuite radioactive accidentelle, voire d’attentat ... Comme le rappelle le réseau antinucléaire, ’aucune solution satisfaisante n’existe aujourd’hui pour la gestion des déchets radioactifs’ et si la Hague n’est pas un lieu de stockage satisfaisant, le site de Gorleben où les déchets vont être stockés, ne l’est pas davantage.

Pour dénoncer ce transport et l’industrie nucléaire, tout en informant sur la dangerosité de ces flux de déchets radioactifs réguliers, ’Sortir du nucléaire’ appelle avec Greenpeace à une vingtaine d’actions, dont des rassemblements à Caen, Rouen, Amiens, Arras, Nancy et Strasbourg, qui ont pour particularités d’être traversées par le convoi nucléaire.

Pascal Farcy

1- Péta becquerels ou millions de milliards de becquerels !

Article également repris sur le site Echo Nature



Ça peut aussi vous intéresser


Suivez-nous


     
Nous connaître | Le Réseau en action | À vous d'agir | Informez vous | Presse |

Abonnez-vous à notre newsletter :

Réseau
Sortir du nucléaire

9 rue Dumenge
69317 Lyon cedex 04
04 78 28 29 22
Contact mail