Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Mai 2006 : Document "Confidentiel-défense" sur le réacteur nucléaire EPR

Déclarations de Mme Lauvergeon (Areva)




Déclarations mensongères de Mme Lauvergeon (PDG d’Areva) sur le réacteur nucléaire EPR



Parmi de nombreuses déclarations orales (TV, radio), on note cette déclaration lors qu’un grand colloque internationale sur le risque terroriste :

Dimanche 10 juillet 2005, 11h44

https://fr.biz.yahoo.com/050710/299/4hw7y.html

Terrorisme : préoccupation quotidiennepour les patrons UE et Etats-Unis

Les grands patrons européens et américains ont pris en compte après le 11 septembre 2001 la menace d’attentats terroristes, devenue une préoccupation quotidienne en Europe et aux Etats-Unis, ont-ils expliqué lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

Le terrorisme est "un sujet commun", a rappelé Anne Lauvergeon, PDG du groupe nucléaire français Areva (Paris : FR0004275832 - actualité) en marge des débats qui se sont tenus ce week-end sur le thème "Europe et Etats-Unis". Le groupe a déjà "intégré (la) problématique attentats de manière complète après le 11 septembre", assure-t-elle.

Mme Lauvergeon fait ainsi valoir que le réacteur de troisième génération EPR a été "conçu pour résister à tout, y compris les chutes d’avions".

Le PDG du groupe français d’énergie et d’environnement Suez, Gérard Mestrallet, rappelle que son entreprise, dont une des activités est la distribution de l’eau, cible potentielle d’attentats, a "depuis un certain temps augmenté les niveaux de sécurité".

Le matin même des attentats à Londres jeudi, le PDG de France Télécom Didier Lombard réunissait justement un groupe de travail sur "les risques du réseau".

Preuve d’un "travail permanent" sur la sécurité, le réseau Orange des téléphones portables a pu fonctionner jeudi à Londres car France Télécom (Paris : FR0000133308 - actualité) a "télécommandé depuis Bristol", dans l’ouest du Royaume-uni, "le re-routage" des liaisons, explique-t-il.

Pour les entreprises de télécommunications, les logiciels sont aussi "le véhicule à leur insu de tout ce qui est terrorisme, donc on est très vigilants", ajoute le PDG du groupe allemand de logiciels SAP (Xetra : 716460.DE - actualité) , Leo Apotheker.

"Le risque terroriste, on le vit car on a du monde partout", explique M. Apotheker, qui était à Madrid le jour des attentats du 11 mars 2004, et dont le groupe emploie 1.000 ingénieurs en Israël, théâtre de nombreux attentats.

Le fabricant américain d’ordinateurs Dell (NASDAQ : DELL - actualité) respecte des mesures de sécurité "très strictes" depuis le 11 septembre, affirme son vice-président en Europe, Paul Bell.

La sécurité a déjà donné lieu à "de gros investissements", ajoute la présidente du groupe informatique américain Hewlett Packard (NYSE : HPQ - actualité) , Patricia Dunn.

Mais "ni Madrid ni Londres ne changent la donne", pour le PDG du groupe français d’électronique Thomson (Paris : FR0000184533 - actualité) , Franck Dangeard, dont l’entreprise est "exposée" dans tous "les lieux où se produisent les images, c’est-à-dire les grandes capitales".

Parmi de nombreuses déclarations orales (TV, radio), on note cette déclaration lors qu’un grand colloque internationale sur le risque terroriste :

Dimanche 10 juillet 2005, 11h44

https://fr.biz.yahoo.com/050710/299/4hw7y.html

Terrorisme : préoccupation quotidiennepour les patrons UE et Etats-Unis

Les grands patrons européens et américains ont pris en compte après le 11 septembre 2001 la menace d’attentats terroristes, devenue une préoccupation quotidienne en Europe et aux Etats-Unis, ont-ils expliqué lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

Le terrorisme est "un sujet commun", a rappelé Anne Lauvergeon, PDG du groupe nucléaire français Areva (Paris : FR0004275832 - actualité) en marge des débats qui se sont tenus ce week-end sur le thème "Europe et Etats-Unis". Le groupe a déjà "intégré (la) problématique attentats de manière complète après le 11 septembre", assure-t-elle.

Mme Lauvergeon fait ainsi valoir que le réacteur de troisième génération EPR a été "conçu pour résister à tout, y compris les chutes d’avions".

Le PDG du groupe français d’énergie et d’environnement Suez, Gérard Mestrallet, rappelle que son entreprise, dont une des activités est la distribution de l’eau, cible potentielle d’attentats, a "depuis un certain temps augmenté les niveaux de sécurité".

Le matin même des attentats à Londres jeudi, le PDG de France Télécom Didier Lombard réunissait justement un groupe de travail sur "les risques du réseau".

Preuve d’un "travail permanent" sur la sécurité, le réseau Orange des téléphones portables a pu fonctionner jeudi à Londres car France Télécom (Paris : FR0000133308 - actualité) a "télécommandé depuis Bristol", dans l’ouest du Royaume-uni, "le re-routage" des liaisons, explique-t-il.

Pour les entreprises de télécommunications, les logiciels sont aussi "le véhicule à leur insu de tout ce qui est terrorisme, donc on est très vigilants", ajoute le PDG du groupe allemand de logiciels SAP (Xetra : 716460.DE - actualité) , Leo Apotheker.

"Le risque terroriste, on le vit car on a du monde partout", explique M. Apotheker, qui était à Madrid le jour des attentats du 11 mars 2004, et dont le groupe emploie 1.000 ingénieurs en Israël, théâtre de nombreux attentats.

Le fabricant américain d’ordinateurs Dell (NASDAQ : DELL - actualité) respecte des mesures de sécurité "très strictes" depuis le 11 septembre, affirme son vice-président en Europe, Paul Bell.

La sécurité a déjà donné lieu à "de gros investissements", ajoute la présidente du groupe informatique américain Hewlett Packard (NYSE : HPQ - actualité) , Patricia Dunn.

Mais "ni Madrid ni Londres ne changent la donne", pour le PDG du groupe français d’électronique Thomson (Paris : FR0000184533 - actualité) , Franck Dangeard, dont l’entreprise est "exposée" dans tous "les lieux où se produisent les images, c’est-à-dire les grandes capitales".