Faire un don

Transports nucléaires

Parce que le transport des matières radioactives est une activité inutile, absurde et dangereuse, le Réseau "Sortir du nucléaire" se mobilise !


123 tonnes de déchets nucléaires bloqués à Caen par des manifestants (France Info)

5 novembre 2010 |




Le train de déchets nucléaires parti de Valognes à 14h20 était bloqué en milieu d’après-midi à Caen par des militants anti-nucléaires. Il aurait du arrivé à Gorleben, sa gare de destination en Allemagne, dans la journée.

Le convoi de déchets nucléaires a quitté la gare de Valognes, dans la Manche, à 14h20. Il doit livrer son chargement hautement radioactif en Allemagne, où il est attendu en fin de journée.

Il ne devait pas y avoir de blocage, selon Greenpeace. Pourtant, à peine deux heures après son départ de la gare de Valognes, dans la Manche, le convoi transportant 123 tonnes de déchets radioactifs vers l’Allemagne a été stoppé à quelques centaines de mètres avant la gare de Caen par quatre militants anti-nucléaires qui se sont enchaînés à la voie, selon le Réseau sortir du nucléaire. Cent cinquante autres manifestants ont déployé une banderole en allemand en gare de Caen où l’on pouvait lire : "Notre résistance ne connaît pas de frontière."

Retraités par l’usine Areva de la Hague, ces 123 tonnes de déchets hautement radioactifs sont transportées sur 11 wagons équipés de conteneurs spéciaux. Le train est attendu dans la journée au centre de stockage de Gorleben, en Allemagne. Mais son passage ne passera pas inaperçu, avait promis les associations anti-nucléaires.

Plusieurs manifestations sont en effet prévues dans les gares de Caen, où le convoi est actuellement bloqué, mais aussi de Rouen (Seine-Maritime), d’Arras (Pas-de-Calais) et de Metz (Moselle). En Allemagne aussi, la mobilisation des écologistes est massive. Un comité d’accueil de près de 30.000 personnes a ainsi prévu d’attendre le train d’Areva à Gorleben.

Greenpeace, affirme que "ce transport est le convoi nucléaire le plus radioactif de toute l’histoire (…) Nous voulons juste informer que ce train est dangereux et nous allons le faire à chaque gare qui sera traversée", expliquait hier Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

Faux, rétorque Areva, qui souligne au passage des conditions de sécurité optimales. Ce convoi n’est pas plus dangereux que le dernier parti de La Hague pour l’Allemagne il y a deux ans. Il est même "moins radioactif ", affirme le directeur de la communication de l’usine de retraitement, Christophe Neugnot. Et de poursuivre : " C’est un écran de fumée des antinucléaires pour masquer la relance du nucléaire dans quasiment tous les pays européens".

L’Europe compte 143 réacteurs nucléaires, dont 58 en France et 17 en Allemagne. Ils produisent chaque année 7.000 mètres cubes de déchets non retraitables. Capacité de nuisance : un million d’année.

Le train de déchets nucléaires parti de Valognes à 14h20 était bloqué en milieu d’après-midi à Caen par des militants anti-nucléaires. Il aurait du arrivé à Gorleben, sa gare de destination en Allemagne, dans la journée.

Le convoi de déchets nucléaires a quitté la gare de Valognes, dans la Manche, à 14h20. Il doit livrer son chargement hautement radioactif en Allemagne, où il est attendu en fin de journée.

Il ne devait pas y avoir de blocage, selon Greenpeace. Pourtant, à peine deux heures après son départ de la gare de Valognes, dans la Manche, le convoi transportant 123 tonnes de déchets radioactifs vers l’Allemagne a été stoppé à quelques centaines de mètres avant la gare de Caen par quatre militants anti-nucléaires qui se sont enchaînés à la voie, selon le Réseau sortir du nucléaire. Cent cinquante autres manifestants ont déployé une banderole en allemand en gare de Caen où l’on pouvait lire : "Notre résistance ne connaît pas de frontière."

Retraités par l’usine Areva de la Hague, ces 123 tonnes de déchets hautement radioactifs sont transportées sur 11 wagons équipés de conteneurs spéciaux. Le train est attendu dans la journée au centre de stockage de Gorleben, en Allemagne. Mais son passage ne passera pas inaperçu, avait promis les associations anti-nucléaires.

Plusieurs manifestations sont en effet prévues dans les gares de Caen, où le convoi est actuellement bloqué, mais aussi de Rouen (Seine-Maritime), d’Arras (Pas-de-Calais) et de Metz (Moselle). En Allemagne aussi, la mobilisation des écologistes est massive. Un comité d’accueil de près de 30.000 personnes a ainsi prévu d’attendre le train d’Areva à Gorleben.

Greenpeace, affirme que "ce transport est le convoi nucléaire le plus radioactif de toute l’histoire (…) Nous voulons juste informer que ce train est dangereux et nous allons le faire à chaque gare qui sera traversée", expliquait hier Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

Faux, rétorque Areva, qui souligne au passage des conditions de sécurité optimales. Ce convoi n’est pas plus dangereux que le dernier parti de La Hague pour l’Allemagne il y a deux ans. Il est même "moins radioactif ", affirme le directeur de la communication de l’usine de retraitement, Christophe Neugnot. Et de poursuivre : " C’est un écran de fumée des antinucléaires pour masquer la relance du nucléaire dans quasiment tous les pays européens".

L’Europe compte 143 réacteurs nucléaires, dont 58 en France et 17 en Allemagne. Ils produisent chaque année 7.000 mètres cubes de déchets non retraitables. Capacité de nuisance : un million d’année.



Ça peut aussi vous intéresser


Suivez-nous


     
Nous connaître | Le Réseau en action | À vous d'agir | Informez vous | Presse |

Abonnez-vous à notre newsletter :

Réseau
Sortir du nucléaire

9 rue Dumenge
69317 Lyon cedex 04
04 78 28 29 22
Contact mail