Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°48

Hiver 2010-2011

Nucléaire militaire

Insécurité nucléaire : Clinton a perdu les codes de la bombe atomique pendant plusieurs mois

Hiver 2010-2011




Les codes ultra-secrets qui permettent au président des États-Unis de déclencher une frappe nucléaire ont disparu pendant des mois alors que Bill Clinton était à la Maison Blanche, selon son ancien chef d’État-major.

Connus sous l’appellation familière du "biscuit", ces codes, sous la forme d’une carte digitale, sont supposés être en permanence à la disposition du président, sous la responsabilité d’un de ses
collaborateurs.

"À un moment sous l’administration Clinton, les codes ont disparu pendant des mois", écrit le général à la retraite Hugh Shelton. L’aide du président chargé de garder le "biscuit" l’a égaré en 2000. Quand un responsable du Pentagone est venu le voir un jour à la Maison Blanche pour la confirmation des codes – une procédure de routine qui se déroule tous les mois – l’aide en question l’a congédié en lui assurant que le président Clinton les avait en sa possession et qu’il était occupé par une réunion urgente.

"Ce petit jeu s’est poursuivi, sans que le président Clinton n’en soit informé, j’en suis sûr", poursuit le général, jusqu’au moment où il fallut remplacer les codes par un nouveau jeu, ce qui est fait tous les quatre mois.

"À ce moment-là, nous avons découvert que l’aide n’avait aucune idée de l’endroit où se trouvaient les anciens codes, parce qu’ils avaient disparu depuis des mois", révèle le général dans son livre.

"Le président ne les avait jamais eus, mais il pensait, j’en suis certain, que son aide les avait avec lui, ainsi qu’il était prévu", ajoute le général.

L’épisode démontre aux yeux du général qu’aucun système n’est à l’abri d’une erreur humaine : "Vous pouvez faire tout ce que vous voulez et croire que votre système est infaillible, quelqu’un trouvera toujours le moyen de le faire foirer d’une manière ou d’une autre".


Les codes ultra-secrets qui permettent au président des États-Unis de déclencher une frappe nucléaire ont disparu pendant des mois alors que Bill Clinton était à la Maison Blanche, selon son ancien chef d’État-major.

Connus sous l’appellation familière du "biscuit", ces codes, sous la forme d’une carte digitale, sont supposés être en permanence à la disposition du président, sous la responsabilité d’un de ses
collaborateurs.

"À un moment sous l’administration Clinton, les codes ont disparu pendant des mois", écrit le général à la retraite Hugh Shelton. L’aide du président chargé de garder le "biscuit" l’a égaré en 2000. Quand un responsable du Pentagone est venu le voir un jour à la Maison Blanche pour la confirmation des codes – une procédure de routine qui se déroule tous les mois – l’aide en question l’a congédié en lui assurant que le président Clinton les avait en sa possession et qu’il était occupé par une réunion urgente.

"Ce petit jeu s’est poursuivi, sans que le président Clinton n’en soit informé, j’en suis sûr", poursuit le général, jusqu’au moment où il fallut remplacer les codes par un nouveau jeu, ce qui est fait tous les quatre mois.

"À ce moment-là, nous avons découvert que l’aide n’avait aucune idée de l’endroit où se trouvaient les anciens codes, parce qu’ils avaient disparu depuis des mois", révèle le général dans son livre.

"Le président ne les avait jamais eus, mais il pensait, j’en suis certain, que son aide les avait avec lui, ainsi qu’il était prévu", ajoute le général.

L’épisode démontre aux yeux du général qu’aucun système n’est à l’abri d’une erreur humaine : "Vous pouvez faire tout ce que vous voulez et croire que votre système est infaillible, quelqu’un trouvera toujours le moyen de le faire foirer d’une manière ou d’une autre".



MENU

Thèmes
Nucléaire militaire