Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Lignes THT

Enquête citoyenne "Vivre avec une ligne THT ?"

Résultat de l’enquête citoyenne "Vivre avec une ligne THT ?"




Samedi 24 janvier 2009
Des résultats qui appellent à une prise de conscience sociétale et une initiative gouvernementale.



Pour un moratoire sur toute nouvelle ligne THT et sur la ligne Cotentin-Maine !

Téléchargez la synthèse de l’enquête (1.4 Mo, format pdf)

L’enquête « Vivre avec une ligne THT ? », commanditée par la Coordination interrégionale Stop-THT au Criirem (Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques) a pour objectif de déterminer la qualité des conditions de vie des personnes à proximité des lignes Très Haute Tension. Les réponses de 2 868 personnes exposées, réparties dans une zone de 300 m de part et d’autre de plus de 250 km lignes THT, sont analysées comparativement à celles de 976 personnes non exposées.

Les résultats sont éloquents : les conditions de vie des riverains des lignes THT sont significativement détériorées.

  • les fréquences de gêne (visuelle et sonore) et de perturbations (radioélectriques et décharges électriques) sont très fréquentes chez les personnes vivant à proximité d’une ligne ;
  • la fréquence de 12 symptômes et pathologies (état dépressif, vertiges, nausées, problèmes cutanés, perturbations auditives, irritabilité, sommeil perturbé, maux de tête, troubles digestifs, difficultés de concentration, pertes de mémoire et perturbations visuelles) est supérieure chez les riverains de ligne THT ;
  • concernant les exploitations agricoles, la fréquence de 7 manifestations pathologiques sur les animaux d’élevages augmente fortement avec la proximité et la puissance de la ligne.

Ce constat confirme nos craintes pour les riverains potentiels du projet de ligne THT Cotentin-Maine, destinée à évacuer l’électricité produite par le futur EPR en construction à Flamanville (Manche), ainsi que pour toutes les personnes vivant aujourd’hui à proximité de lignes électriques THT, dont le nombre est estimé au minimum en France à 360 000.

Les résultats de cette enquête, tout comme de nombreuses références scientifiques, doivent amener la société française et ses représentants élus à reconnaître que les dangers des lignes THT sont une réalité mal connue et non prise en compte. Il faut d’urgence et par une initiative politique gouvernementale suspendre tout nouveau projet de ligne THT et approfondir la recherche dans ce domaine. Ce constat confirme la nécessité d’une révision réglementaire telle que le préconise la résolution du Parlement européen datant 4 septembre 2008.

La Coordination interrégionale Stop-THT attend du rapport de la mission parlementaire présidée par le sénateur Raoul ( Maine et Loire) qu’il rende compte non seulement de l’état et de la limite des connaissances actuelles mais aussi de ce que vivent quotidiennement les riverains des lignes THT.

Aussi, la Coordination interrégionale Stop-THT demande-t-elle un moratoire suspensif sur toute nouvelle construction de ligne THT. La décision de ce moratoire doit correspondre au lancement d’études d’impact et d’études épidémiologiques, étape préalable et indispensable à l’adoption d’une législation de protection des riverains pertinente.

Le 31 janvier 2009, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Mortain dans la Manche leur opposition au projet d’une nouvelle ligne Très Haute Tension, liée à la construction de l’EPR à Flamanville.

Photos et compte rendu : https://www.sortirdunucleaire.org/agenda/basse-normandie/article/manifestation-contre-les-tht

https://www.stop-tht.org/

Coordination Interrégionale Stop-THT
Ille et Vilaine sous Tension
Manche Sous Tension
Mayenne SurVOLTée
Mairie, rue des Landes
53380 St Hilaire du Maine

S. Rozé (35) : 06 72 87 40 01
C. Gosselin (50) : 06 71 58 48 24
H. Morand (53) : 06 24 76 24 65

Pour un moratoire sur toute nouvelle ligne THT et sur la ligne Cotentin-Maine !

Téléchargez la synthèse de l’enquête (1.4 Mo, format pdf)

L’enquête « Vivre avec une ligne THT ? », commanditée par la Coordination interrégionale Stop-THT au Criirem (Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques) a pour objectif de déterminer la qualité des conditions de vie des personnes à proximité des lignes Très Haute Tension. Les réponses de 2 868 personnes exposées, réparties dans une zone de 300 m de part et d’autre de plus de 250 km lignes THT, sont analysées comparativement à celles de 976 personnes non exposées.

Les résultats sont éloquents : les conditions de vie des riverains des lignes THT sont significativement détériorées.

  • les fréquences de gêne (visuelle et sonore) et de perturbations (radioélectriques et décharges électriques) sont très fréquentes chez les personnes vivant à proximité d’une ligne ;
  • la fréquence de 12 symptômes et pathologies (état dépressif, vertiges, nausées, problèmes cutanés, perturbations auditives, irritabilité, sommeil perturbé, maux de tête, troubles digestifs, difficultés de concentration, pertes de mémoire et perturbations visuelles) est supérieure chez les riverains de ligne THT ;
  • concernant les exploitations agricoles, la fréquence de 7 manifestations pathologiques sur les animaux d’élevages augmente fortement avec la proximité et la puissance de la ligne.

Ce constat confirme nos craintes pour les riverains potentiels du projet de ligne THT Cotentin-Maine, destinée à évacuer l’électricité produite par le futur EPR en construction à Flamanville (Manche), ainsi que pour toutes les personnes vivant aujourd’hui à proximité de lignes électriques THT, dont le nombre est estimé au minimum en France à 360 000.

Les résultats de cette enquête, tout comme de nombreuses références scientifiques, doivent amener la société française et ses représentants élus à reconnaître que les dangers des lignes THT sont une réalité mal connue et non prise en compte. Il faut d’urgence et par une initiative politique gouvernementale suspendre tout nouveau projet de ligne THT et approfondir la recherche dans ce domaine. Ce constat confirme la nécessité d’une révision réglementaire telle que le préconise la résolution du Parlement européen datant 4 septembre 2008.

La Coordination interrégionale Stop-THT attend du rapport de la mission parlementaire présidée par le sénateur Raoul ( Maine et Loire) qu’il rende compte non seulement de l’état et de la limite des connaissances actuelles mais aussi de ce que vivent quotidiennement les riverains des lignes THT.

Aussi, la Coordination interrégionale Stop-THT demande-t-elle un moratoire suspensif sur toute nouvelle construction de ligne THT. La décision de ce moratoire doit correspondre au lancement d’études d’impact et d’études épidémiologiques, étape préalable et indispensable à l’adoption d’une législation de protection des riverains pertinente.

Le 31 janvier 2009, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Mortain dans la Manche leur opposition au projet d’une nouvelle ligne Très Haute Tension, liée à la construction de l’EPR à Flamanville.

Photos et compte rendu : https://www.sortirdunucleaire.org/agenda/basse-normandie/article/manifestation-contre-les-tht

https://www.stop-tht.org/

Coordination Interrégionale Stop-THT
Ille et Vilaine sous Tension
Manche Sous Tension
Mayenne SurVOLTée
Mairie, rue des Landes
53380 St Hilaire du Maine

S. Rozé (35) : 06 72 87 40 01
C. Gosselin (50) : 06 71 58 48 24
H. Morand (53) : 06 24 76 24 65




Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don