Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

La face cachée du nucléaire français

Février 2013 : Réactions de la société civile nigérienne




Les organisations de la société civile nigérienne expriment leur mécontentement croissant par rapport à la situation sanitaire catastrophique et dénoncent l’irresponsabilité d’Areva. Nous publions ici leur communiqué :



COMMUNIQUE DE PRESSE SYNERGIE OSC ARLIT

ARLIT, le 03 février 2013, le bureau exécutif de la Synergie des organisations de la société civile d’Arlit (SOSC) élargie à la fédération de Femmes d’Arlit (Matan Dagan), s’est réuni dans la salle habituelle des réunions à l’effet d’examiner la situation sanitaire qui prévaut autour des sites d’exploitations des mines d’Arlit.

Il ressort aux termes des débats la déclaration suivante :

Depuis plus de quarante-cinq années, AREVA à travers ses filiales exploite l’uranium sous le sous-sol d’Arlit au Niger. Cette exploitation minière, au lieu de renforcer l’espoir d’un monde meilleur auprès de la population locale, au contraire, expose chaque jour un peu plus cette population aux risques des maladies liés à l’exposition aux rayonnements ionisants, à la poussière radioactive, à l’exposition des ferrailles et des résidus contaminés mais aussi aux risques de contamination des nappes d’eau fossiles d’Arlit.

  • Face à cette situation embarrassante et juridiquement confuse, voilà que l’observatoire de la santé de la région d’Agadez (OSRA) qui doit apporter une solution à cette problématique s’est vidé de sa subsistance suite au retrait de SHERPA des accords de 2009 par la faute d’AREVA.
  • En réaction, la Synergie à travers une lettre de préalable à l’AG de l’OSRA 2013 adressée à monsieur LUC OURSEL DG AREVA a interpellé AREVA et l’opinion sur les conséquences qui devaient en découler suite à cette sortie de SHERPA si AREVA ne modifie pas sa démarche de renonciation, d’usure et de corruption des certains ONG transformées en sous-traitant de circonstance.

Force est de constater que depuis quelques jours la population d’Arlit s’interroge et se préoccupe par rapport à la succession des douze décès enregistrés parmi les travailleurs actifs de la COMINAK durant ces douze derniers mois. Parmi ces décès la plus part fleure la retraite et ne sont ni tombés malade.

En plus de cette situation préoccupante on enregistre aussi les décès des quelques anciens travailleurs de mines durant la même année.

Face à cette saccade des décès de fois subites, l’on doit de se poser la question sur la situation sanitaire et environnementale dans les mines et aux tours des mines d’exploitations d’uranium à Arlit.

La Synergie et la population d’Arlit s’interrogent du fait, que si AREVA admet que tous ces travailleurs sont suivis, ont-ils eu connaissance du contenu de leur dossier sanitaire ?

  • Si oui, nous exigeons la publication de ces dossiers à leurs ayants droit et à la population afin de dissiper cette inquiétude.

En tout état de cause, la Synergie OSC, la Fédération des Femmes d’Arlit tout en s’est préoccupant de la santé des travailleurs actifs, anciens et de la population riveraine exige :

  1. la réalisation à cours termes d’une étude transparente d’impact sanitaire autours du site d’exploitation d’uranium à Arlit.
  2. La mise en place sans condition aucune d’un observatoire de l’environnement
  3. la sensibilisation des populations riveraines sur les dangers liés à l’exploitation minières
  4. La révision (mise à jour et vulgarisation) du tableau des maladies professionnelles
  5. La révision du projet plan compteur à Arlit.
  6. La suspension (jusqu’à satisfaction des cinq premiers points ci-dessus) du projet ramassage de souffre à Arlit.

Faute de quoi, la Synergie des Organisations de la Société Civile, la Fédération des Femmes et la population d’Arlit, tout en restant fidele à ces principes de dialogue, prend l’opinion nationale et internationale et rend AREVA seule responsable quant aux conséquences de tous ce qui adviendraient.

Ont signés :

Pour la Synergie
Le coordinateur
Azaoua Mahamane

Pour la fédération des femmes (mattan Daga)
Madame TINAOU Chami

Fait à Arlit le 3 Février 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE SYNERGIE OSC ARLIT

ARLIT, le 03 février 2013, le bureau exécutif de la Synergie des organisations de la société civile d’Arlit (SOSC) élargie à la fédération de Femmes d’Arlit (Matan Dagan), s’est réuni dans la salle habituelle des réunions à l’effet d’examiner la situation sanitaire qui prévaut autour des sites d’exploitations des mines d’Arlit.

Il ressort aux termes des débats la déclaration suivante :

Depuis plus de quarante-cinq années, AREVA à travers ses filiales exploite l’uranium sous le sous-sol d’Arlit au Niger. Cette exploitation minière, au lieu de renforcer l’espoir d’un monde meilleur auprès de la population locale, au contraire, expose chaque jour un peu plus cette population aux risques des maladies liés à l’exposition aux rayonnements ionisants, à la poussière radioactive, à l’exposition des ferrailles et des résidus contaminés mais aussi aux risques de contamination des nappes d’eau fossiles d’Arlit.

  • Face à cette situation embarrassante et juridiquement confuse, voilà que l’observatoire de la santé de la région d’Agadez (OSRA) qui doit apporter une solution à cette problématique s’est vidé de sa subsistance suite au retrait de SHERPA des accords de 2009 par la faute d’AREVA.
  • En réaction, la Synergie à travers une lettre de préalable à l’AG de l’OSRA 2013 adressée à monsieur LUC OURSEL DG AREVA a interpellé AREVA et l’opinion sur les conséquences qui devaient en découler suite à cette sortie de SHERPA si AREVA ne modifie pas sa démarche de renonciation, d’usure et de corruption des certains ONG transformées en sous-traitant de circonstance.

Force est de constater que depuis quelques jours la population d’Arlit s’interroge et se préoccupe par rapport à la succession des douze décès enregistrés parmi les travailleurs actifs de la COMINAK durant ces douze derniers mois. Parmi ces décès la plus part fleure la retraite et ne sont ni tombés malade.

En plus de cette situation préoccupante on enregistre aussi les décès des quelques anciens travailleurs de mines durant la même année.

Face à cette saccade des décès de fois subites, l’on doit de se poser la question sur la situation sanitaire et environnementale dans les mines et aux tours des mines d’exploitations d’uranium à Arlit.

La Synergie et la population d’Arlit s’interrogent du fait, que si AREVA admet que tous ces travailleurs sont suivis, ont-ils eu connaissance du contenu de leur dossier sanitaire ?

  • Si oui, nous exigeons la publication de ces dossiers à leurs ayants droit et à la population afin de dissiper cette inquiétude.

En tout état de cause, la Synergie OSC, la Fédération des Femmes d’Arlit tout en s’est préoccupant de la santé des travailleurs actifs, anciens et de la population riveraine exige :

  1. la réalisation à cours termes d’une étude transparente d’impact sanitaire autours du site d’exploitation d’uranium à Arlit.
  2. La mise en place sans condition aucune d’un observatoire de l’environnement
  3. la sensibilisation des populations riveraines sur les dangers liés à l’exploitation minières
  4. La révision (mise à jour et vulgarisation) du tableau des maladies professionnelles
  5. La révision du projet plan compteur à Arlit.
  6. La suspension (jusqu’à satisfaction des cinq premiers points ci-dessus) du projet ramassage de souffre à Arlit.

Faute de quoi, la Synergie des Organisations de la Société Civile, la Fédération des Femmes et la population d’Arlit, tout en restant fidele à ces principes de dialogue, prend l’opinion nationale et internationale et rend AREVA seule responsable quant aux conséquences de tous ce qui adviendraient.

Ont signés :

Pour la Synergie
Le coordinateur
Azaoua Mahamane

Pour la fédération des femmes (mattan Daga)
Madame TINAOU Chami

Fait à Arlit le 3 Février 2013



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don