Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Agenda

15
mai
Projection

[PROJECTION-DÉBAT] Étape stéphanoise de l’Atomik Tour

Saint-Étienne (42) - Rhône-Alpes


Mercredi 15 mai 2019


Une caravane, une cinquantaine d’étapes de 2 ou 3 jours : 8 mois. Pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.

L’Atomik Tour, c’est un voyage à travers la France, plus de 50 étapes pour se rencontrer, s’interroger sur la France nucléaire (et son monde), et sortir du cadre imposé par le (faux) débat public uniquement au sujet de ses déchets.

La caravane poursuit son périple à Saint-Étienne ce mercredi 15 mai à 20h pour une projection-discussion autour de la thématique nucléaire au Dix Sept (17 rue de la mulatière).



Au programme :

  • Un film court présentant la lutte en cours contre l’enfouissement des déchets nucléaires (35 minutes) ;
  • Suivi d’un autre documentaire Nucléaire : la fin d’un mythe qui nous rappelle comment la France, par choix politique, s’est rendue totalement dépendante du nucléaire jusqu’à se mettre dans une dangereuse impasse… (54 minutes) ;
  • Les projections seront suivies ou intercalées de temps d’échange avec l’équipe de l’Atomik Tour pendant lesquels la participation est ouverte à tou·tes.

On a parfois tendance à l’oublier, mais Saint-Étienne est la grande ville française la plus proche d’une centrale nucléaire : Saint-Alban-les-eaux se situe à moins de 25km des limites de la ville. Le plan particulier d’intervention (PPI) est depuis peu limité à 20 kilomètres autour des installations nucléaires, c’est dans ce périmètre que l’on fournit aux riverains notamment des pastilles d’iode nécessaires pour saturer la thyroïde en cas d’accident nucléaire. Alors que le Gier vient tout juste d’entrer dans ce périmètre (Saint-Chamond et Rive-de-Gier notamment), la métropole stéphanoise en est exclue. Pourtant en cas d’accident nucléaire grave à Saint-Alban, force est de constater que Sainté pourrait bien être aux premières loges des retombées radioactives…
La Loire est par ailleurs un département qui porte encore les cicatrices de plusieurs mines d’uranium dans le Nord du département (Saint-Priest-la-Prugne) où Areva/Orano entasse les résidus miniers d’exploitation – des millions de tonnes de déchets radioactifs immergés dans un lac artificiel qui contamine déjà les cours d’eaux.

Et si on en parlait ?

Rendez-vous mercredi 15 mai à partir de 20h au Dix-Sept !

Au programme :

  • Un film court présentant la lutte en cours contre l’enfouissement des déchets nucléaires (35 minutes) ;
  • Suivi d’un autre documentaire Nucléaire : la fin d’un mythe qui nous rappelle comment la France, par choix politique, s’est rendue totalement dépendante du nucléaire jusqu’à se mettre dans une dangereuse impasse… (54 minutes) ;
  • Les projections seront suivies ou intercalées de temps d’échange avec l’équipe de l’Atomik Tour pendant lesquels la participation est ouverte à tou·tes.

On a parfois tendance à l’oublier, mais Saint-Étienne est la grande ville française la plus proche d’une centrale nucléaire : Saint-Alban-les-eaux se situe à moins de 25km des limites de la ville. Le plan particulier d’intervention (PPI) est depuis peu limité à 20 kilomètres autour des installations nucléaires, c’est dans ce périmètre que l’on fournit aux riverains notamment des pastilles d’iode nécessaires pour saturer la thyroïde en cas d’accident nucléaire. Alors que le Gier vient tout juste d’entrer dans ce périmètre (Saint-Chamond et Rive-de-Gier notamment), la métropole stéphanoise en est exclue. Pourtant en cas d’accident nucléaire grave à Saint-Alban, force est de constater que Sainté pourrait bien être aux premières loges des retombées radioactives…
La Loire est par ailleurs un département qui porte encore les cicatrices de plusieurs mines d’uranium dans le Nord du département (Saint-Priest-la-Prugne) où Areva/Orano entasse les résidus miniers d’exploitation – des millions de tonnes de déchets radioactifs immergés dans un lac artificiel qui contamine déjà les cours d’eaux.

Et si on en parlait ?

Rendez-vous mercredi 15 mai à partir de 20h au Dix-Sept !




Depuis plus de 20 ans Le Réseau "Sortir du nucléaire" apporte son soutien aux groupes antinucléaires. Ils sont le fondement de notre association et du mouvement antinucléaire en France. Chaque année, le Réseau relaie massivement leurs actions et les soutient financièrement. Nous souhaitons pouvoir continuer à impulser et amplifier cette dynamique d’actions contre le nucléaire, et ce sera grâce à votre soutien :

Faire un don


Ajoutez votre événement antinucléaire à l’agenda



Recevez par mail les infos sur les actions antinucléaires dans votre département :