Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Saint-Alban : Vanne ouverte et baisse de puissance

Erreur de configuration et lenteur de détection, les compétences d’EDF en question




15 mai 2024


Le 10 mai 2024, alors que le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Saint-Alban (Rhône-Alpes) est en fonctionnement, une erreur de configuration est commise. La conséquence est que trop d’eau part du circuit qui refroidit le cœur du réacteur (le circuit primaire [1]) pour être envoyée dans un autre circuit. EDF entamera bien comme imposé une baisse de puissance de son réacteur nucléaire, mais mettra un peu trop de temps à identifier d’où vient le problème.


Crédit photo : André Paris

On ne sait pas exactement combien de temps l’industriel aura pris pour régler ce problème qu’il a lui-même causé. Mais plus de 2 heures, le délai maximal qui lui est octroyé par les règles d’exploitation (les consignes qu’il est censé respecter pour faire fonctionner son installation).
On ne sait pas non plus à quel point cette "ouverture inopportune d’une vanne" a mis en péril le contrôle du réacteur, EDF précise juste que le débit du transit de l’eau du circuit primaire vers le circuit de traitement de cette eau était supérieur au maximum autorisé. On comprend donc que trop d’eau partait du circuit de refroidissement vers l’autre circuit. Lorsque le repli d’un réacteur est engagé, c’est à dire qu’on baisse la température et la pression dans le circuit primaire, c’est pour abaisser la puissance de la réaction nucléaire. C’est de début d’un arrêt de réacteur. Et c’est en général une réponse à un problème sérieux, à une mise en jeu de la fonction de refroidissement. Le communiqué de l’industriel ne dit pas si un apport d’eau dans le circuit primaire a été nécessaire suite à ce transit trop important d’eau de refroidissement vers le circuit de traitement.

Mais malgré le manque de précisions sur le déroulé des faits survenus à Saint-Alban, l’évènement significatif [2] pour la sûreté [3] pointe clairement 2 problèmes distincts : un manque de connaissance et/ou de rigueur dans la configuration des circuits (même quand il s’agit de toucher à des circuits impactant le cœur d’un réacteur nucléaire en fonctionnement), et un manque de surveillance et de réactivité de l’équipe de conduite.
Quand l’exploitant fait des des erreurs de configuration et qu’il ne sait pas les identifier rapidement, comment peut-il contrôler son installation ? Comment EDF peut-il piloter un réacteur nucléaire "en toute sûreté" lorsqu’il met lui-même en péril son refroidissement sans s’en rendre compte ? Quand on commet des erreurs et qu’on n’est pas capable de les repérer, c’est qu’on a encore des choses à apprendre et qu’on n’a pas le niveau nécessaire. Mais EDF n’est pas un étudiant, c’est un exploitant nucléaire.

Ce que dit EDF :

Détection tardive du non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles d’exploitation

Publié le 15/05/2024

10/05/2024 – Sur l’unité n°2, en production, un technicien d’exploitation procède à la mise en configuration d’un circuit d’eau (*), connexe au circuit primaire, dans la partie nucléaire de l’installation.

Quelques heures plus tard, les opérateurs en salle de commande constatent que le débit de transit de l’eau du circuit primaire vers ce circuit connexe est supérieur au seuil fixé par les règles d’exploitation.

Conformément aux procédures, les opérations de repli du réacteur ont été engagées. Les investigations ont mis en évidence que ce phénomène était lié à l’ouverture inopportune d’une vanne du circuit connexe. La remise en configuration des circuits a alors été engagée. Cet événement n’a eu aucun impact réel sur la sûreté de l’installation, ni sur l’environnement.

Cependant, compte-tenu de la détection tardive (supérieure à 2 heures) de l’origine de cette non-conformité ayant entrainé un non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles d’exploitation, la centrale a déclaré cet événement à l’Autorité de sûreté nucléaire le 14 mai 2024, au niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

(*) il s’agit du circuit de traitement en continu de l’eau du circuit primaire

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-saint-alban-saint-maurice/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-saint-alban/detection-tardive-du-non-respect-de-la-conduite-a-tenir-prevue-par-les-regles-dexploitation


[1Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression. Cette eau s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Dans les générateurs de vapeur, elle cède la chaleur acquise à l’eau du circuit secondaire pour produire la vapeur destinée à entraîner le groupe turboalternateur. Le circuit primaire permet de refroidir le combustible contenu dans la cuve du réacteur en cédant sa chaleur par l’intermédiaire des générateurs de vapeur lorsqu’il produit de l’électricité ou par l’intermédiaire du circuit de refroidissement à l’arrêt lorsqu’il est en cours de redémarrage après rechargement en combustible. La température du circuit primaire principal est encadrée par des limites afin de garantir le maintien dans un état sûr des installations en cas d’accident. https://www.asn.fr/Lexique/C/Circuit-primaire

[2Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements

[3La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Saint-Alban

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
77