Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Saint-Alban : Détection tardive d’une non-qualité de maintenance sur un des deux diesels de secours du réacteur 2




27 septembre 2019


Présence de limaille dans l’huile, absence de rondelle frein sur un écrou ayant engendré le desserrage d’une pompe à huile, c’est tout le moteur diesel censé servir de source électrique de secours qui n’aurait pas fonctionné en cas de besoin. Non seulement l’entretien de l’équipement - fait lors de l’arrêt pour visite décennale en 2018 - a détérioré le diesel, mais qui plus est l’exploitant n’a détecté que très tardivement qu’une de ses sources électrique de secours n’était pas en état de fonctionner.


Ce que dit l’ASN :

Détection tardive d’une non-qualité de maintenance sur un des deux diesels de secours du réacteur 2

Publié le 02/10/2019

Centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 25 septembre 2019, l’exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Alban/Saint-Maurice a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité d’un des deux groupes électrogènes de secours à la suite d’un défaut de maintenance.

Chacun des réacteurs des centrales nucléaires exploitées par EDF dispose de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel. Ces équipements assurent de façon redondante l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes.

Le 14 septembre 2019, le réacteur se trouve en arrêt pour maintenance et rechargement en combustible. Lors d’essais préalables à la maintenance d’un groupe électrogène de secours, un dysfonctionnement est détecté, provocant l’arrêt de ce dernier. Le dysfonctionnement a affecté la turbine d’un des deux turbocompresseurs du groupe électrogène de secours.

L’expertise réalisée par EDF a mis en évidence un desserrage d’une pompe à huile occasionnée par l’absence de rondelle frein sur son écrou de fixation, ainsi que la présence de limaille dans l’huile de cette turbine. Ces défauts résultaient vraisemblablement de la dernière opération de maintenance.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement. Toutefois, en cas de défaillance des alimentations électriques, ce groupe électrogène aurait pu ne pas fonctionner.

En raison d’une non-qualité de maintenance et de la durée entre cette non-qualité et sa détection, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Detection-tardive-d-une-non-qualite-de-maintenance-sur-un-des-deux-diesels-de-secours-du-reacteur-2


Ce que dit EDF :

Détection de l’indisponibilité d’une alimentation électrique de secours sur l’unité de production n°2

Publié le 27/09/2019

Le 14 septembre 2019, dans le cadre de l’arrêt programmé de l’unité de production n°2 pour maintenance et rechargement du combustible, un essai de fonctionnement est réalisé sur l’un des moteurs diesel*. Après une analyse approfondie, les équipes identifient son indisponibilité en cas de fonctionnement prolongé.

Il est alors mis en évidence que ce dysfonctionnement, situé au niveau de l’écrou de fixation de l’une des pompes à huile, remonte à une opération de maintenance réalisée lors de la visite décennale de 2018. Tous les essais périodiques**, effectués depuis cette date conformément aux règles générales d’exploitation, avaient démontré un bon fonctionnement du moteur sur la durée de l’essai.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations car ce dispositif de sauvegarde n’a pas été sollicité. La centrale dispose de cinq sources d’alimentation électriques internes et externes. Une seule est suffisante pour garantir le fonctionnement des matériels de sûreté. Les équipes procèdent actuellement à la remise en conformité de ce matériel.

En raison de la détection tardive de l’indisponibilité de ce matériel, la direction de la centrale de St Alban a déclaré, le 25 septembre 2019, cet événement à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7.

* Il s’agit d’un puissant groupe électrogène prêt à intervenir en cas de défaillance des autres alimentations électriques.

** Sur une centrale, les circuits contribuant à la sûreté des installations sont redondants et régulièrement testés par des essais de bon fonctionnement. Ces essais appelés essais périodiques, répondent à plusieurs critères fixés par les règles générales d’exploitation, qui encadrent le fonctionnement des réacteurs.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-saint-alban/actualites/detection-de-l-indisponibilite-d-une-alimentation-electrique-de-secours-sur-l-unite-de-production-ndeg2


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Saint-Alban

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
19