Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Penly : Le redémarrage du réacteur 1 stoppé en plein élan : erreur sur une chaine de mesure du flux neutronique détectée tardivement




17 janvier 2019


Erreur commise lors d’un réglage et détection tardive sur le site nucléaire de Penly. Du 3 au 12 janvier 2019, une des chaine de mesure neutronique du réacteur 1 ne fonctionnait pas correctement, un commutateur ayant été mal positionné lors d’un réglage du seuil d’alarme sur un capteur le 3 janvier. Un essai périodique avait bien été réalisé le 8 janvier, mais il a conclu au bon fonctionnement de cette chaine qui permet la surveillance de la puissance du réacteur en mesurant le flux de neutrons dans le cœur du réacteur. Ce n’est que le 12 janvier que l’exploitant se rendra compte de l’indisponibilité de ce système fondamental, alors que le réacteur venait de passer à un état de "réacteur en puissance" et était en phase de recherche de criticité. Le redémarrage du réacteur a été stoppé.


Le risque de criticité est le risque de démarrage d’une réaction nucléaire en chaîne lorsqu’une masse de matière fissile trop importante est rassemblée au même endroit. Un milieu contenant un matériau nucléaire fissile devient critique lorsque le taux de production de neutrons (par les fissions de ce matériau) est exactement égal au taux de disparitions des neutrons (absorptions et fuites à l’extérieur) [1]. On comprend alors mieux la nécessité absolue de surveiller le flux de neutrons en permanence, mais encore plus lorsque que le réacteur est en phase de recherche de criticité. Et la gravité de ne pas avoir détecté immédiatement le mauvais fonctionnement de cette chaine de mesure, et ce malgré des vérifications.

Ce que dit l’ASN :

Indisponibilité d’une chaine de mesure de la puissance nucléaire du réacteur 1

Publié le 18/01/2019

Centrale nucléaire de Penly - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 16 janvier 2019, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité d’une chaine de mesure du système de surveillance neutronique du réacteur 1.

Le système de mesure de la puissance nucléaire permet d’assurer la surveillance permanente de la puissance du réacteur. Cette surveillance, qui consiste à mesurer le flux de neutrons issus du cœur du réacteur, est effectuée par l’intermédiaire de capteurs disposés à l’extérieur de la cuve.

Le 3 janvier 2019, l’exploitant a procédé aux réglages des seuils d’alarme des chaînes de mesure neutronique, opération qui a nécessité la manipulation d’un commutateur. Le 8 janvier 2019, un essai périodique hebdomadaire de contrôle de ces mêmes chaînes a été déclaré satisfaisant.

Le 12 janvier 2019, le réacteur 1 était en phase de recherche de criticité à la suite de son passage en état « réacteur en puissance ». L’exploitant a constaté un décalage de la valeur mesurée par une des quatre chaînes de mesure neutronique. Le diagnostic a mis en évidence une mauvaise transmission de la valeur en salle de commande, dû à un défaut de positionnement d’un commutateur. La chaîne a été considérée indisponible et les opérations de démarrage du réacteur ont été stoppées.

Cette situation a conduit EDF à considérer qu’une chaîne de mesure n’était pas disponible du 3 janvier 2019 à 8h30 au 12 janvier 2019 à 12h00. Dès la détection de l’écart, EDF a respecté la conduite à tenir et a remis en conformité le capteur concerné afin que la chaîne de mesure retrouve son fonctionnement normal.

Cet écart n’a pas eu de conséquence sur le personnel et l’environnement. Cependant, compte tenu de sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Indisponibilite-d-une-chaine-de-mesure-de-la-puissance-nucleaire-du-reacteur-1


Ce que dit EDF :

Indisponibilité d’un capteur de mesure de l’unité de production n°1

Publié le 17/01/2019

Le système de mesure de la puissance nucléaire (RPN) permet d’assurer la surveillance permanente de la puissance du réacteur. Cette surveillance, qui consiste à mesurer le flux de neutrons, est effectuée par l’intermédiaire de capteurs disposés à l’extérieur du la cuve.

Le 12 janvier 2019, l’unité de production n°1 est en arrêt programmé et la réaction en chaîne n’est pas amorcée. En phase de redémarrage, les équipes en charge du pilotage du réacteur constatent que l’information transmise par l’un des quatre capteurs de la mesure neutronique est erronée. Des analyses complémentaires, immédiatement réalisées sur ce capteur, démontrent un défaut de retransmission du signal en raison d’un léger « jeu » dans le commutateur. Le commutateur est alors recentré dans une position conforme et le capteur est à nouveau fonctionnel. La surveillance du réacteur, dont la réaction en chaîne n’avait pas encore démarré, est restée opérationnelle.

Toutefois, ce défaut de signal a amené la direction de la centrale de Penly à déclarer à l’Autorité de sûreté nucléaire, le 17 janvier 2019, un événement significatif de sûreté au niveau 1 de l’échelle INES** qui en compte 7.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et les pouvoirs publics ont été informés de cet événement.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-penly/actualites/indisponibilite-d-un-capteur-de-mesure-de-l-unite-de-production-ndeg1






Installations
Penly