Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Gravelines : Fuite d’un robinet du système de production d’eau glacée




3 avril 2014


Le 3 avril, lors de contrôles périodiques d’étanchéité réalisés sur des robinets d’isolement, situés dans la partie nucléaire des installations, les équipes détectent que l’un d’entre eux ne se ferme pas correctement et que son étanchéité n’est pas assurée...


Ce que dit EDF :

Détection tardive d’un défaut d’étanchéité sur un robinet sur l’unité de production n° 1
10/04/2014

Depuis le 22 mars, l’unité de production n° 1 de la centrale nucléaire de Gravelines est en arrêt programmé pour renouveler une partie de son combustible et réaliser des opérations de maintenance.

Le 3 avril, lors de contrôles périodiques d’étanchéité réalisés sur des robinets d’isolement, situés dans la partie nucléaire des installations, les équipes détectent que l’un d’entre eux ne se ferme pas correctement et que son étanchéité n’est pas assurée.

Dès la détection de cet écart, les intervenants réalisent des contrôles du réglage de ce robinet qui révèle que l’anomalie se situe à l’intérieur de celui-ci.

Le 6 avril, le robinet est ouvert, un chiffon est découvert coincé entre le mécanisme de commande et le chapeau du robinet.

Ce chiffon est immédiatement enlevé. Le robinet redevient alors complétement opérationnel et étanche.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur leur fonctionnement.

Cependant, la détection tardive de cet événement a amené la direction de la centrale à déclarer cet événement le 9 avril à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7.

https://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales-nucleaires/evenements-45959.html

Ce que dit l’ASN :

Inétanchéité d’un robinet du système de production d’eau glacée
15/04/2014

Le 9 avril 2014, l’exploitant du centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) de Gravelines a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’inétanchéité d’un robinet du système de production et de distribution d’eau glacée du réacteur.

Le système de production et distribution d’eau glacée (DEL) permet le refroidissement de plusieurs équipements de l’îlot nucléaire, dont certains sont localisés dans le bâtiment réacteur. De ce fait, certains robinets du système DEL sont situés au niveau des traversées de l’enceinte de confinement, entre le bâtiment réacteur (BR) et le bâtiment des auxiliaires nucléaires (BAN). Lors de certaines situations accidentelles, ces robinets participent au maintien de l’intégrité du bâtiment réacteur (troisième barrière de confinement [1] ) en permettant, par leur fermeture, de l’isoler afin de ne pas relâcher d’air potentiellement contaminé dans le BAN.

Le réacteur n° 1 est à l’arrêt pour maintenance et renouvellement d’une partie de son combustible depuis le 22 mars 2014. Le 3 avril 2014, à l’occasion de la réalisation d’un essai périodique, le test d’étanchéité d’un robinet du système de production et de distribution d’eau glacée s’avère non conforme. Lors de l’ouverture de ce robinet afin de déterminer les causes de l’inétanchéité, un chiffon est découvert dans sa structure interne. Ce chiffon, dont la présence n’a pas été détectée lors des contrôles réalisés après la dernière opération de maintenance du robinet lors de l’arrêt du réacteur en mars 2013, empêchait sa fermeture complète.

Après retrait du chiffon et expertise de la structure interne du robinet, le robinet a retrouvé les caractéristiques d’étanchéité requises.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les travailleurs et l’environnement.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES du fait de sa détection tardive et de l’insuffisance des contrôles lors de la dernière opération de maintenance du robinet.

[1] Dans un réacteur nucléaire, ensemble des dispositifs étanches interposés entre les sources de rayonnement (produits de fission présents dans le réacteur) et le milieu extérieur afin d’isoler les radionucléides du combustible de l’environnement.

Dans un réacteur à eau sous pression, la première barrière est la gaine métallique du combustible (tube en zircaloy).

La deuxième barrière est le circuit primaire (qui comprend la cuve en acier abritant le cœur du réacteur et le circuit de refroidissement).

La troisième barrière est l’enceinte de confinement, c’est-à-dire le bâtiment étanche en béton armé à l’intérieur duquel se trouvent la cuve, le cœur du réacteur, les générateurs de vapeur et le pressuriseur. Elle est destinée en cas d’accident à retenir les produits radioactifs qui seraient libérés lors d’une rupture du circuit primaire.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Inetancheite-d-un-robinet-du-systeme-de-production-d-eau-glacee


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Gravelines

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
131