Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Blayais : EDF coupe le courant de son réacteur par erreur

Perte des sources électriques externes durant 24 heures, EDF minimise




27 juin 2022


C’est un mois après l’incident que le public sera informé : fin mai 2022, lors d’une intervention de maintenance, EDF a par erreur coupé toute l’alimentation électrique du réacteur 3 de la centrale nucléaire du Blayais (Gironde). EDF a déclaré l’incident au plus bas niveau de gravité [1] , mais l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé son reclassement.


Pas un mot de l’exploitant sur le pourquoi du comment : pourquoi les sources électriques externes ont été coupées alors qu’il s’agissait de faire un essai sur un circuit électrique ? Comment une anomalie sur un disjoncteur peut provoquer un black out total sur un réacteur nucléaire ? Comment l’intervention a été préparée ? Pourquoi le disjoncteur a-t-il tout fait sauter ? Mauvais matériel ? Mauvais branchement ?

Pas un mot non plus sur les suites et les conséquences : les groupes électrogènes de secours à moteur diesels de secours ont-ils démarrés automatiquement ? En combien de temps ? Tous les circuits ont-ils pu être alimentés ? Y-a-t-il eu des coupures sur des systèmes importants ?
"Aucune conséquence réelle sur la sûreté des installations" affirme EDF [2] . Le réacteur a quand même été alimenté par un groupe électrogène de secours pendant 24 heures et selon les propres termes de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), les faits ont affectés la sûreté en dégradant les fonctions supports du réacteur 3 et ont affaiblit la défense en profondeur. Un réacteur nucléaire, même arrêté, doit en permanence être alimenté en électricité pour garantir le refroidissement du combustible nucléaire (qu’il soit dans la cuve ou entreposé en piscine) et le fonctionnement des équipements (surveillance, commandes, alarmes, ventilation, systèmes de secours, etc.). Pas étonnant que l’Autorité de sûreté nucléaire ait insisté pour qu’EDF reclasse l’incident au niveau 1 et non au niveau 0, comme l’industriel l’avait fait initialement.

Ce que dit EDF :

Perte des sources électriques externes dans le cadre de la maintenance du réacteur n°3

Publié le 27/06/2022

En France, chaque réacteur nucléaire comporte deux sources électriques externes (transformateur de soutirage et transformateur auxiliaire), deux sources électriques internes (deux groupes électrogènes de secours), et un diesel d’ultime secours.

Le 28 mai 15h54, l’unité de production n°3 est à l’arrêt pour visite partielle dans le cadre de sa maintenance programmée. Lors d’un essai de fonctionnement sur un circuit d’alimentation électrique, une anomalie au niveau d’un disjoncteur engendre la déconnexion de l’unité de production de ses deux sources d’alimentations électriques externes, dont le transformateur de soutirage. Dans cette configuration, un diesel de secours assure l’alimentation électrique de l’unité de production n°3. Le 29 mai 2022 à 15h25, après remplacement d’un disjoncteur, l’alimentation par le transformateur de soutirage est rétablie.

Cet événement n’a eu aucune conséquence réelle sur la sûreté des installations : les équipes de la centrale ont respecté la conduite à tenir dans le cas d’une perte des sources électriques externes. La direction de la centrale nucléaire du Blayais a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire, le 7 juin 2022, un événement significatif de niveau 0 sur l’échelle INES [3] qui en compte 7.

Après analyse, l’événement a été reclassé, à la demande de l’Autorité de sureté nucléaire, au niveau 1 le 24 juin 2022.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-du-blayais/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-du-blayais/perte-des-sources-electriques-externes-dans-le-cadre-de-la-maintenance-du-reacteur-ndeg3


Ce que dit l’ASN :

Perte des sources électriques externes sur le réacteur 3 nécessitant le fonctionnement d’un groupe électrogène de secours à moteur diesel.

Publié le 12/07/2022

Centrale nucléaire du Blayais Réacteurs de 900 MWe - EDF

L’exploitant de la centrale nucléaire du Blayais a informé l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le 28 mai 2022, puis déclaré le 8 juin 2022, un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité des deux alimentations électriques externes du réacteur 3 pendant une durée de 23 heures et 31 minutes, à la suite d’un dysfonctionnement matériel survenu au cours d’un essai périodique. Cette situation a nécessité la mise en fonctionnement d’un groupe électrogène de secours pour alimenter des tableaux électriques.

Chaque réacteur à eau sous pression est équipé de deux lignes électriques externes en provenance du réseau national (sources électriques externes constituées d’un transformateur principal de soutirage et d’un transformateur auxiliaire). En cas de défaillance de ces alimentations externes, chaque réacteur est équipé de deux sources électriques internes (groupes électrogènes de secours à moteur diesel). En situation normale le réacteur est alimenté par l’une des deux sources électriques externes. En cas d’indisponibilité des deux sources électriques externes, les groupes électrogènes de secours à moteur diesel sont utilisés afin d’alimenter en électricité et permettre le fonctionnement des systèmes nécessaires pour assurer les fonctions de sûreté du réacteur. Enfin, à la suite de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, un troisième groupe électrogène de secours, plus résistant aux agressions externes, a été installé sur chaque réacteur : il s’agit du diesel d’ultime secours.

Le 28 mai 2022, le réacteur 3 de la centrale nucléaire du Blayais était à l’arrêt pour maintenance et renouvellement du combustible. Le cœur du réacteur était totalement déchargé dans la piscine du bâtiment combustible, dont le refroidissement doit être assuré en continu par des systèmes alimentés électriquement. L’exploitant a réalisé un essai périodique réglementaire visant à basculer l’alimentation électrique du transformateur principal vers le transformateur auxiliaire.

Au cours de cet essai, le dysfonctionnement d’un disjoncteur a provoqué un court-circuit entre les deux sources électriques externes. Le démarrage du groupe électrogène de secours à moteur diesel a permis de réalimenter électriquement les équipements dont le fonctionnement était requis. L’alimentation électrique a été assurée par le groupe électrogène de secours pendant une durée de 23 heures et 31 minutes.

Pendant la durée de l’évènement, l’exploitant pouvait également mobiliser d’autres sources électriques pour alimenter des équipements nécessaires à la circulation de l’eau et à son refroidissement, ainsi que des moyens d’appoint autonomes en eau visant à alimenter, si nécessaire, la piscine combustible.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, l’événement a affecté la fonction de sûreté liée aux fonctions support du réacteur.

En raison de l’affaiblissement de la défense en profondeur du réacteur 3 de la centrale nucléaire du Blayais, cet événement a été classé à la demande de l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Le 29 mai 2022, après avoir identifié l’origine du dysfonctionnement et préparé une intervention de maintenance pour y remédier, l’exploitant a remplacé le disjoncteur défaillant. A 15h25, l’exploitant a été en mesure de basculer l’alimentation électrique du réacteur 3 sur la source électrique externe principale, permettant le retour de l’installation dans sa configuration normale.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/perte-des-sources-electriques-externes-sur-le-reacteur-3


[1INES : International nuclear and radiological event scale (Échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques) - Description et niveaux ici - https://www.asn.fr/Lexique/I/INES

[2La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire

[3International Nuclear Event Scale


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Blayais

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
109