Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Anomalie générique : Non tenue au séisme de certains robinets




19 janvier 2015


Non tenue au séisme de certains robinets des réacteurs de Bugey, Chooz, Gravelines, Dampierre, Tricastin, Cruas, Saint-Laurent, Golfech, Cattenom, Fessenheim, Chinon, Belleville, Blayais, Saint-Alban, Penly, Nogent-sur-Seine, Flamanville. Ces problèmes auraient dû être corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010 par EDF.


Ce que dit l’ASN :

Mise à jour d’un évènement significatif pour la sûreté à caractère générique : non tenue au séisme de certains robinets
19/01/2015

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire - Réacteurs de 1300 MWe - EDF
Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Chooz B - Réacteurs de 1450 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Fessenheim - Réacteurs de 900 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Golfech - Réacteurs de 1300 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Gravelines - Réacteurs de 900 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Penly - Réacteurs de 1300 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Saint-Alban - Réacteurs de 1300 MWe - EDF
Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux - Réacteurs de 900 MWe - EDF
Centrale nucléaire du Tricastin - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Anomalie générique

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées [1] sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Les écarts rencontrés concernaient l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance étaient à l’origine de ces anomalies. Ces anomalies étaient susceptibles de remettre en cause la qualification des vannes.

Pour traiter ces écarts, EDF a défini un programme de contrôle en 2010 de l’ensemble des réacteurs du parc. Tout écart constaté à l’issue de ces contrôles devait être remis en conformité.

Le 10 août 2012, l’exploitant de la centrale nucléaire de Bugey a déclaré un événement significatif à la suite de la découverte de nouveaux écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées. Ces écarts auraient dû être corrigés dans le cadre du programme de contrôle défini en 2010. Une surveillance insuffisante et l’utilisation de documents opératoires erronés lors du déploiement du programme de contrôle seraient à l’origine de ces écarts.

A l’instar de Bugey, les exploitants des centrales nucléaires de Chooz (mars 2013), Gravelines (juin 2013), Dampierre (juin 2013 et octobre 2014), Tricastin (juin 2013), Cruas (juillet 2013), Saint-Laurent (septembre 2013), Golfech (octobre 2013 et décembre 2014), Cattenom (novembre 2013), Fessenheim (novembre 2013), Chinon (novembre 2013, mai et juillet 2014), Belleville (novembre 2013), Blayais (décembre 2013 et mars 2014), Saint-Alban (mars 2014), Penly (juillet 2014), Nogent-sur-Seine (juillet 2014) et Flamanville (novembre 2014) ont également déclaré des événements significatifs concernant des écarts qui auraient dû être définitivement corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010.

EDF continue les contrôles des autres réacteurs du parc afin de vérifier si d’autres erreurs auraient pu être commises dans le cadre du programme de contrôle en 2010. L’ASN a demandé à l’exploitant de renforcer sa surveillance lors des nouveaux contrôles et lors des opérations de maintenance régulière des vannes. La persistance des écarts confirme le caractère encore perfectible de la surveillance renforcée mise en œuvre par EDF.

Cet événement significatif générique pour la sûreté n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais révèle une dégradation des dispositions de la défense en profondeur.

Il a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES.

En savoir plus

 Lire l’avis d’incident du 09 octobre 2014 "Non tenue au séisme de certains robinets".

[1] Un matériel est dit « qualifié » au séisme lorsqu’a été vérifiée son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Anomalie-generique-non-tenue-au-seisme-de-certains-robinets3


Mise à jour d’un évènement significatif pour la sûreté à caractère générique : non tenue au séisme de certains robinets
09/10/2014

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées [1] sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Les écarts rencontrés concernaient l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance étaient à l’origine de ces anomalies. Ces anomalies étaient susceptibles de remettre en cause la qualification des vannes.

Pour traiter ces écarts, EDF a défini un programme de contrôle en 2010 de l’ensemble des réacteurs du parc. Tout écart constaté à l’issue de ces contrôles devait être remis en conformité.

Le 10 août 2012, l’exploitant de la centrale nucléaire de Bugey a déclaré un événement significatif à la suite de la découverte de nouveaux écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées. Ces écarts auraient dû être corrigés dans le cadre du programme de contrôle défini en 2010. Une surveillance insuffisante et l’utilisation de documents opératoires erronés lors du déploiement du programme de contrôle seraient à l’origine de ces écarts.

A l’instar de Bugey, les exploitants des centrales nucléaires de Chooz (mars 2013), Gravelines (juin 2013), Dampierre (juin 2013 et octobre 2014), Tricastin (juin 2013), Cruas (juillet 2013), Saint-Laurent (septembre 2013), Golfech (octobre 2013), Cattenom (novembre 2013), Fessenheim (novembre 2013), Chinon (novembre 2013, mai et juillet 2014), Belleville (novembre 2013), Blayais (décembre 2013 et mars 2014), Saint-Alban (mars 2014), Penly (juillet 2014) et Nogent-sur-Seine (juillet 2014) ont également déclaré des événements significatifs concernant des écarts qui auraient dû être définitivement corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010.

EDF continue les contrôles des autres réacteurs du parc afin de vérifier si d’autres erreurs auraient pu être commises dans le cadre du programme de contrôle en 2010. L’ASN a demandé à l’exploitant de renforcer sa surveillance lors des nouveaux contrôles et lors des opérations de maintenance régulière des vannes. La persistance des écarts confirme le caractère encore perfectible de la surveillance renforcée mise en œuvre par EDF.

Cet événement significatif générique pour la sûreté n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais révèle une dégradation des dispositions de la défense en profondeur. Il a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES.

En savoir plus

 Lire l’avis d’incident du 30 juin 2014 "Non tenue au séisme de certains robinets".

1. Un matériel est dit « qualifié » au séisme lorsqu’a été vérifiée son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Anomalie-generique-non-tenue-au-seisme-de-certains-robinets2


Mise à jour d’un évènement significatif pour la sûreté à caractère générique : non tenue au séisme de certains robinets.
30/06/2014

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées [1] sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Les écarts rencontrés concernaient l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance étaient à l’origine de ces anomalies. Ces anomalies étaient susceptibles de remettre en cause la qualification des vannes.

Pour traiter ces écarts, EDF a défini un programme de contrôle en 2010 de l’ensemble des réacteurs du parc. Tout écart constaté à l’issue de ces contrôles devait être remis en conformité.

Le 10 août 2012, l’exploitant de la centrale nucléaire de Bugey a déclaré un événement significatif à la suite de la découverte de nouveaux écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées. Ces écarts auraient dû être corrigés dans le cadre du programme de contrôle défini en 2010. Une surveillance insuffisante et l’utilisation de documents opératoires erronés lors du déploiement du programme de contrôle seraient à l’origine de ces écarts.

A l’instar de Bugey, les exploitants des centrales nucléaires de Chooz, Gravelines, Dampierre, Tricastin, Cruas, Saint-Laurent, Cattenom, Fessenheim, Chinon, Belleville, Blayais, Saint-Alban et de Penly ont également déclaré des événements significatifs en février, mars, juin, juillet, septembre, novembre 2013 et juin 2014 concernant des écarts qui auraient dû être définitivement corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010.

EDF continue les contrôles des autres réacteurs du parc afin de vérifier si d’autres erreurs auraient pu être commises dans le cadre du programme de contrôle en 2010. L’ASN a demandé à l’exploitant de renforcer sa surveillance lors de ces nouveaux contrôles.

Cet événement significatif générique pour la sûreté n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais révèle une dégradation des dispositions de la défense en profondeur. Il a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES.

1. Un matériel est dit « qualifié » au séisme lorsqu’a été vérifiée son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Anomalie-generique-non-tenue-au-seisme-de-certains-robinets


Mise à jour d’un évènement significatif pour la sûreté à caractère générique : non tenue au séisme de certains robinets
19/06/2014

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées [1] sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Les écarts rencontrés concernaient l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance étaient à l’origine de ces anomalies. Ces anomalies étaient susceptibles de remettre en cause la qualification des vannes.

Pour traiter ces écarts, EDF a défini un programme de contrôle en 2010 de l’ensemble des réacteurs du parc. Tout écart constaté à l’issue de ces contrôles devait être remis en conformité.

Le 10 août 2012, l’exploitant de la centrale nucléaire de Bugey a déclaré un événement significatif à la suite de la découverte de nouveaux écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées. Ces écarts auraient dû être corrigés dans le cadre du programme de contrôle défini en 2010. Une surveillance insuffisante et l’utilisation de documents opératoires erronés lors du déploiement du programme de contrôle seraient à l’origine de ces écarts.

A l’instar de Bugey, les exploitants des centrales nucléaires de Chooz, Gravelines, Dampierre, Tricastin, Cruas, Saint-Laurent, Cattenom, Fessenheim, Chinon, Belleville, Blayais et de Saint-Alban ont également déclaré des événements significatifs en février, mars, juin, juillet, septembre, novembre 2013 et juin 2014 concernant des écarts qui auraient dû être définitivement corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010.

EDF continue les contrôles des autres réacteurs du parc afin de vérifier si d’autres erreurs auraient pu être commises dans le cadre du programme de contrôle en 2010. L’ASN a demandé à l’exploitant de renforcer sa surveillance lors de ces nouveaux contrôles.

Cet événement significatif générique pour la sûreté n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais révèle une dégradation des dispositions de la défense en profondeur. Il a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES.

1. Un matériel est dit « qualifié » au séisme lorsqu’a été vérifiée son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Non-tenue-au-seisme-de-certains-robinets2


Mise à jour d’un évènement significatif pour la sûreté à caractère générique : non tenue au séisme de certains robinets
06/03/2014

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Les écarts rencontrés concernaient l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées [3] au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance étaient à l’origine de ces anomalies. Ces anomalies étaient susceptibles de remettre en cause la qualification des vannes.

Pour traiter ces écarts, EDF a défini un programme de contrôle en 2010 de l’ensemble des réacteurs du parc. Tout écart constaté à l’issue de ces contrôles devait être remis en conformité.

Le 10 août 2012, l’exploitant de la centrale nucléaire de Bugey a déclaré un événement significatif à la suite de la découverte de nouveaux écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées. Ces écarts auraient dû être corrigés dans le cadre du programme de contrôle défini en 2010. Une surveillance insuffisante et l’utilisation de documents opératoires erronés lors du déploiement du programme de contrôle seraient à l’origine de ces écarts.

A l’instar de Bugey, les exploitants des centrales nucléaires de Chooz, Gravelines, Dampierre, Tricastin, Cruas, Saint-Laurent, Cattenom, Fessenheim, Chinon, Belleville et Blayais ont également déclaré des événements significatifs en février, mars, juin, juillet, septembre et novembre 2013 concernant des écarts qui auraient dû être définitivement corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010.

EDF continue les contrôles des autres réacteurs du parc afin de vérifier si d’autres erreurs auraient pu être commises dans le cadre du programme de contrôle en 2010. L’ASN a demandé à l’exploitant de renforcer sa surveillance lors de ces nouveaux contrôles.

Cet événement significatif générique pour la sûreté n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais révèle une dégradation des dispositions de la défense en profondeur. Il a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES.

[1] Un matériel est dit « qualifié » au séisme lorsqu’a été vérifiée son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Non-tenue-au-seisme-de-certains-robinets-mise-a-jour-du-06-03-2014


Mise à jour d’un événement significatif pour la sûreté à caractère générique : non tenue au séisme de certains robinets
Paris, le 05 Décembre 2013

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Les écarts rencontrés concernaient l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées [1] au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance étaient à l’origine de ces anomalies. Ces anomalies étaient susceptibles de remettre en cause la qualification des vannes.

Pour traiter ces écarts, EDF a défini un programme de contrôle en 2010 de l’ensemble des réacteurs du parc. Tout écart constaté à l’issue de ces contrôles devait être remis en conformité.

Le 10 août 2012, l’exploitant de la centrale nucléaire de Bugey a déclaré un événement significatif à la suite de la découverte de nouveaux écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées. Ces écarts auraient dû être corrigés dans le cadre du programme de contrôle défini en 2010. Une surveillance insuffisante et l’utilisation de documents opératoires erronés lors du déploiement du programme de contrôle seraient à l’origine de ces écarts.

A l’instar de Bugey, les exploitants des centrales nucléaires de Chooz, Gravelines, Dampierre, Tricastin, Cruas, Cattenom et Fessenheim ont également déclaré des événements significatifs en février, mars, juin, juillet et novembre 2013 concernant des écarts qui auraient dû être définitivement corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010.

EDF continue les contrôles des autres réacteurs du parc afin de vérifier si d’autres erreurs auraient pu être commises dans le cadre du programme de contrôle en 2010. L’ASN a demandé à l’exploitant de renforcer sa surveillance lors de ces nouveaux contrôles.

Cet événement significatif générique pour la sûreté n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais révèle une dégradation des dispositions de en profondeur. Il a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle .

[1] Un matériel est dit « qualifié » au séisme lorsqu’a été vérifiée son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Mise-a-jour-d-un-evenement-significatif-pour-la-surete-a-caractere-generique-non-tenue-au-seisme-de-certains-robinets2


Non tenue au séisme de certains robinets
01/08/2013

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement [1] relatif à des écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe. A la suite de vérifications menées sur les autres réacteurs, EDF avait mis à jour [2] le 28 juin 2010 sa déclaration initiale en l’étendant aux réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Les écarts rencontrés concernaient l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées [3] au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance étaient à l’origine de ces anomalies. Ces anomalies étaient susceptibles de remettre en cause la qualification des vannes.

Pour traiter ces écarts, EDF a défini un programme de contrôle en 2010 de l’ensemble des réacteurs du parc. Tout écart constaté à l’issue de ces contrôles devait être remis en conformité.

Le 10 août 2012, l’exploitant de la centrale nucléaire de Bugey a déclaré un événement significatif à la suite de la découverte de nouveaux écarts de serrage de la visserie de vannes qualifiées. Ces écarts auraient dû être corrigés dans le cadre du programme de contrôle défini en 2010. Une surveillance insuffisante et l’utilisation de documents opératoires erronés lors du déploiement du programme de contrôle seraient à l’origine de ces écarts.

A l’instar de Bugey, les exploitants des centrales nucléaires de Chooz, Gravelines, Dampierre, Tricastin et Cruas ont également déclaré des événements significatifs en février, mars, juin et juillet 2013 concernant des écarts qui auraient dû être définitivement corrigés lors du programme de contrôle défini en 2010.

EDF continue les contrôles des autres réacteurs du parc afin de vérifier si d’autres erreurs auraient pu être commises dans le cadre du programme de contrôle en 2010. L’ASN a demandé à l’exploitant de renforcer sa surveillance lors de ces nouveaux contrôles.

Cet événement significatif générique pour la sûreté n’a pas eu d’impact sur les travailleurs ni sur l’environnement mais révèle une dégradation des dispositions de défense en profondeur. Il a été classé par l’ASN au niveau 1 de l’échelle INES.

[1] Voir l’avis d’incident du 6 octobre 2009 " Anomalie générique concernant la tenue au séisme de vannes du palier N4 ".

[2] Voir avis d’incident du 10 septembre 2010 " Mise à jour d’un événement significatif pour la sûreté à caractère générique : défauts de serrage de la visserie de vannes qualifiées au séisme ".

[3] Un matériel est dit « qualifié » au séisme lorsqu’a été vérifiée son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Non-tenue-au-seisme-de-certains-robinets


Mise à jour d’un événement significatif pour la sûreté à caractère générique : défauts de serrage de la visserie de vannes qualifiées au séisme
10/09/2010

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement relatif à des défauts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les centrales nucléaires de 1450 MWe (CNPE de Chooz et de Civaux).

Les défauts rencontrés consistent en l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie des vannes qualifiées [1] au séisme. Des erreurs de montage initiales ou commises lors d’opérations de maintenance seraient à l’origine de ces anomalies qui remettent en cause la qualification des vannes.

A la suite de cet événement, EDF avait engagé en 2009 des actions de vérification et de remise en conformité des anomalies constatées sur les réacteurs de Chooz et de Civaux. En février 2010, l’ASN a demandé à EDF de mettre en œuvre des dispositions complémentaires afin de prévenir la récurrence des écarts sur les réacteurs du palier N4 mais également sur les réacteurs de 900 et 1300 MWe.

En conséquence, EDF a mis à jour le 28 juin 2010 sa déclaration d’incident et a défini un programme de contrôle qui prend en compte l’ensemble des réacteurs exploités par EDF qui s’applique à compter de septembre 2010. EDF a défini ce programme de contrôle sur la base d’une priorisation des matériels à vérifier issue d’une analyse de sûreté. EDF s’est engagé à remettre en conformité tout écart constaté à l’issue de ces contrôles.

Cette anomalie a été classée au niveau 1 de l’échèle INES, qui en compte 7.

[1] Un matériel est dit « qualifié » au séisme quand qu’il a été vérifié son aptitude à remplir les missions qui lui sont confiées, notamment dans des conditions accidentelles, lors d’un éventuel séisme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Mise-a-jour-d-un-evenement-significatif-pour-la-surete-a-caractere-generique-defauts-de-serrage-de-la-visserie-de-vannes-qualifiees-au-seisme


Anomalie générique concernant la tenue au séisme de vannes du palier N4
06/10/2009

Le 7 septembre 2009, EDF a déclaré à l’ASN une anomalie relative à des défauts de serrage de la visserie de vannes qualifiées sur les réacteurs de Chooz et Civaux.

Les centrales nucléaires sont conçues pour résister au plus fort séisme que l’on estime pouvoir se manifester sur le site, compte tenu des observations historiques sur le dernier millénaire et en prenant une marge de sécurité. Le fonctionnement des matériels ayant un rôle pour assurer la sûreté du réacteur doit être garanti en cas de séisme et sont dits « qualifiés ».

Les défauts rencontrés consistent en l’absence de dispositifs de serrage ou la présence de dispositifs inadaptés sur la visserie de vannes qualifiées au séisme. Des erreurs de montage initiales ou issues d’opérations de maintenance sont à l’origine de ces anomalies.

EDF a mis en place des actions de contrôle et de remise en conformité des anomalies constatées. L’ensemble des contrôles et des réparations sera achevé fin 2010. La mise en œuvre de ces actions est contrôlée par l’ASN, notamment lors des arrêts pour rechargement des réacteurs.

Cette anomalie a été classée au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-des-installations-nucleaires/Anomalie-generique-concernant-la-tenue-au-seisme-de-vannes-du-palier-N4


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener ! Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don