Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

FBFC : le premier producteur mondial de combustible nucléaire




Après enrichissement, l’uranium est acheminé vers le site de la FBFC (Franco-belge de fabrication du combustible), où il sera conditionné sous forme de pastille, puis placé dans des tubes, formant ainsi les barres de combustibles. FBFC, filiale d’AREVA, est le premier producteur mondial de combustibles pour les réacteurs nucléaires à Eau sous Pression (REP).

Comment les assemblages de combustibles sont-ils fabriquées ?

La fabrication s’effectue à partir de l’UF6 livré à l’usine. Celui-ci est tout d’abord transformé sous forme de poudre : l’oxyde d’uranium UO2. Cette poudre est ensuite compactée sous forme de pastilles cylindriques, puis cuite dans des fours à très hautes températures. Enfin ces pastilles sont placées dans des tubes appelés crayons, eux-même gainés dans des alliages en zirconium.

D’où provient l’uranium conditionné à la FBFC et où va-t-il ?

La quasi totalité de l’uranium entrant sur le site de Romans-sur-Isère est de l’UF6 provenant de sites d’enrichissement, principalement de France, mais également de Russie et des Pays-Bas.

Les assemblages de combustibles sont ensuite envoyés vers les pays clients de l’usine comme la Belgique, l’Afrique du Sud et la Chine. Mais son principal client reste EDF à 65%.

Une installation pour laquelle la sureté n’est pas le maitre mot et qui stocke des déchets

L’ASN a conduit 12 inspections sur le site au cours de l’année 2011, 15 incidents significatifs ont étés déclaré. En matière de sûreté, l’ASN considère que les performances d’AREVA FBFC doivent être améliorées et le site est en retard dans la mise en œuvre des engagements pris vis-à-vis de l’ASN. Certains déchets produit par l’installation sont entreposés sur le site (1). A titre d’exemple, en 2011, sur les 1282 tonnes de déchets produites 841 tonnes restent présentes sur le site.

Une fois conditionné sous forme d’assemblages combustibles, la FBCF envoie son combustible nucléaire vers les 19 centrales nucléaires françaises, le plus souvent par train dans des conteneurs spéciaux appelés CASTOR.


Note :
1 - AREVA : Rapport d’information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site de Romans 2011, p. 47, Romans-sur-Isère : AREVA Romans, https://www.areva.com/activities/liblocal/docs/BG%20amont/monde/combustible/pdf-FBFC-rsnr-2011.pdf ] [22.11.2012]

Après enrichissement, l’uranium est acheminé vers le site de la FBFC (Franco-belge de fabrication du combustible), où il sera conditionné sous forme de pastille, puis placé dans des tubes, formant ainsi les barres de combustibles. FBFC, filiale d’AREVA, est le premier producteur mondial de combustibles pour les réacteurs nucléaires à Eau sous Pression (REP).

Comment les assemblages de combustibles sont-ils fabriquées ?

La fabrication s’effectue à partir de l’UF6 livré à l’usine. Celui-ci est tout d’abord transformé sous forme de poudre : l’oxyde d’uranium UO2. Cette poudre est ensuite compactée sous forme de pastilles cylindriques, puis cuite dans des fours à très hautes températures. Enfin ces pastilles sont placées dans des tubes appelés crayons, eux-même gainés dans des alliages en zirconium.

D’où provient l’uranium conditionné à la FBFC et où va-t-il ?

La quasi totalité de l’uranium entrant sur le site de Romans-sur-Isère est de l’UF6 provenant de sites d’enrichissement, principalement de France, mais également de Russie et des Pays-Bas.

Les assemblages de combustibles sont ensuite envoyés vers les pays clients de l’usine comme la Belgique, l’Afrique du Sud et la Chine. Mais son principal client reste EDF à 65%.

Une installation pour laquelle la sureté n’est pas le maitre mot et qui stocke des déchets

L’ASN a conduit 12 inspections sur le site au cours de l’année 2011, 15 incidents significatifs ont étés déclaré. En matière de sûreté, l’ASN considère que les performances d’AREVA FBFC doivent être améliorées et le site est en retard dans la mise en œuvre des engagements pris vis-à-vis de l’ASN. Certains déchets produit par l’installation sont entreposés sur le site (1). A titre d’exemple, en 2011, sur les 1282 tonnes de déchets produites 841 tonnes restent présentes sur le site.

Une fois conditionné sous forme d’assemblages combustibles, la FBCF envoie son combustible nucléaire vers les 19 centrales nucléaires françaises, le plus souvent par train dans des conteneurs spéciaux appelés CASTOR.


Note :
1 - AREVA : Rapport d’information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site de Romans 2011, p. 47, Romans-sur-Isère : AREVA Romans, https://www.areva.com/activities/liblocal/docs/BG%20amont/monde/combustible/pdf-FBFC-rsnr-2011.pdf ] [22.11.2012]