Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Le nucléaire en Union européenne

Carte d’Europe du nucléaire html




Liste des pays de l’Union européenne sans nucléaire (entre parenthèse : millions d’habitants. Total : 147 millions)

  • Italie (60) : deux référendums en 1987 et 2011 contre le nucléaire. 4 centrales mises en fonctionnement avant le premier référendum ont été arrêtées entre 1987 et 1990.
  • Pologne (38,1) : un premier projet de centrale actuellement "suspendu" depuis le 11 mars 2011. Le gouvernement reste pro-nucléaire et selon les sondages (juin 2011), c’est le seul pays européen où une majorité de la population est encore pour le nucléaire.
  • Grèce (11,2) : un programme nucléaire abandonné à la fin des années 70 suite au risque séismique jugé trop important.
  • Portugal (10,6) : programme nucléaire a peine envisagé dans les années 70.
  • Autriche (8,3), programme nucléaire stoppé par référendum en 1978 alors qu’une première centrale était construite et prête à démarrer. Le recours au nucléaire est interdit dans la constitution autrichienne.
  • Danemark (5,5) : programme nucléaire abandonné au début des années 80 par suite de manifestations importantes dans le pays.
  • Irlande (4,5)  : programme nucléaire abandonné au début des années 80 par suite de manifestations importantes dans le pays.
  • Lituanie (3,3) : un réacteur arrêté en 2009 comme condition d’entrée dans l’Union européenne. En octobre 2012, les lituaniens ont refusé par référendum un nouveau projet de centrale.
  • Lettonie (2,3) : un réacteur de recherche arrêté.
  • Estonie (1,3) : deux réacteurs nucléaires arrêtés.
  • Chypre (0,8) : pas de programme nucléaire.
  • Luxembourg (0,5) : pas de programme nucléaire. Mais les Luxembourgeois protestent contre les problèmes de sûreté de la centrale de Cattenom, implantée à leur frontière.
  • Malte (0,4) : pas de programme nucléaire.

Liste des pays de l’Union européenne ayant prévu de sortir du nucléaire (entre parenthèse : millions d’habitants. Total : 142 millions)

  • Allemagne (82,4) : Programme nucléaire stoppé dans les années 1990 ; puis décision de sortie du nucléaire adoptée en 2000, remise en cause en 2010, puis de nouveau votée en 2011. Sur les 17 réacteurs en fonctionnement début 2011, 8 ont été arrêtés définitivement après le 11 mars 2011, le dernier devant être arrêté d’ici 2022. Contrairement aux idées reçues, ces fermetures de réacteurs n’ont pas provoqué de blackout, et n’empêchent pas les Allemands de rester exportateurs nets d’électricité, ni de respecter leurs engagements de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Les énergies renouvelables, qui emploient 380 000 personnes, progressent et couvrent déjà 25 % des consommations électriques. Selon l’Agence des Énergies Renouvelables, elles pourraient représenter 47 % des consommations d’électricité en 2020.
  • Espagne (40,2) : 6 réacteurs encore en route. Programme nucléaire stoppé et vote de la sortie du nucléaire en 1984 (gouvernement socialiste). Sortie remise en cause par un amendement voté en février 2011 remplaçant "arrêt des centrales à 40 ans" par "arrêt des centrales après 40 ans de fonctionnement" (comme une centrale est à l’arrêt a peu près 20 % du temps, cela signifie un report de dix ans pour le dernier réacteur fermé. Mais le coût des travaux post-Fukushima a changé la donne, et a notamment conduit à une décision d’arrêt de la centrale de Santa Maria de Garona d’ici juillet 2013.
  • Belgique (10,3) Un moratoire sur le programme a été adopté en 1988. Un accord gouvernemental entre les écologistes et la gauche avait prévu une sortie du nucléaire en 2025. La situation politique du pays est aujourd’hui floue. Cependant, suite à la découverte en août 2012 de fissures sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2, ces unités sont à l’arrêt pour plusieurs mois, et leur remise en marche n’ira pas de soi.
  • Suède (8,9) Un référendum en 1980 avait obligé le gouvernement à adopter un programme de sortie du nucléaire d’ici 2010. Deux réacteurs ont été fermés en 1999 et 2002. Puis cela a été remis en cause et la sortie a été abandonnée en février 2009… avant de redevenir d’actualité aujourd’hui.

Liste des pays de l’Union européenne qui devraient sortir du nucléaire (entre parenthèse : millions d’habitants. Total : 204 millions)

  • France (64,7) : 58 réacteurs en fonctionnement, 9 arrêtés, 1 en construction. Entre 65 et 77 % des Français sont pour la sortie du nucléaire. Le pays étant démocratique, cela devrait entraîner une décision rapide de sortie du nucléaire.
  • Grande-Bretagne (59,9) : 19 réacteurs en fonctionnement. Depuis 1995, le programme nucléaire est gelé. EDF a fortement investi dans le pays pour essayer d’y construire de nouveaux réacteurs, mais le fait que l’Etat ne veut pas aider financièrement bloque pour le moment les projets, preuve que sans subventions, le nucléaire n’est pas rentable. Les investisseurs privés misent aujourd’hui sur l’éolien offshore dans la Mer du Nord où des projets de plusieurs milliers de MW sont à l’étude.
  • Finlande (5,2) 4 réacteurs en fonctionnement à Loviisa et Olkiluoto, 1 EPR construction sur le site d’Olkiluoto, dont le chantier connaît de nombreux déboires. Réacteurs privés et subventionnés. Un sixième réacteur était prévu sur la côté Ouest de la Finlande, mais le retrait du groupe allemand E.ON risque de compromettre sa construction.
  • Pays-Bas (16,2) Deux réacteurs construits, un arrêté en 1997, l’autre devait l’être en 2003 mais cela a été remis en cause. En février 2011, le gouvernement avait annoncé vouloir relancer la construction d’une nouvelle centrale. Le projet est gelé depuis mars 2011. Le dernier réacteur est pour le moment autorisé à fonctionner jusqu’en 2033.
  • Hongrie (10), 4 réacteurs en fonctionnement. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Roumanie (22,2), 2 réacteurs en fonctionnement, deux en construction. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Slovaquie (5,4) ; 2 réacteurs en fonctionnement, 3 arrêtés. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
    République Tchèque (10,2), 6 réacteurs en fonctionnement. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Slovénie (1,9), 1 réacteur partagé avec la Croatie. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Bulgarie (7,7) 4 réacteurs arrêtés, 2 en fonctionnement, 1 en construction. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.

Liste des pays de l’Union européenne sans nucléaire (entre parenthèse : millions d’habitants. Total : 147 millions)

  • Italie (60) : deux référendums en 1987 et 2011 contre le nucléaire. 4 centrales mises en fonctionnement avant le premier référendum ont été arrêtées entre 1987 et 1990.
  • Pologne (38,1) : un premier projet de centrale actuellement "suspendu" depuis le 11 mars 2011. Le gouvernement reste pro-nucléaire et selon les sondages (juin 2011), c’est le seul pays européen où une majorité de la population est encore pour le nucléaire.
  • Grèce (11,2) : un programme nucléaire abandonné à la fin des années 70 suite au risque séismique jugé trop important.
  • Portugal (10,6) : programme nucléaire a peine envisagé dans les années 70.
  • Autriche (8,3), programme nucléaire stoppé par référendum en 1978 alors qu’une première centrale était construite et prête à démarrer. Le recours au nucléaire est interdit dans la constitution autrichienne.
  • Danemark (5,5) : programme nucléaire abandonné au début des années 80 par suite de manifestations importantes dans le pays.
  • Irlande (4,5)  : programme nucléaire abandonné au début des années 80 par suite de manifestations importantes dans le pays.
  • Lituanie (3,3) : un réacteur arrêté en 2009 comme condition d’entrée dans l’Union européenne. En octobre 2012, les lituaniens ont refusé par référendum un nouveau projet de centrale.
  • Lettonie (2,3) : un réacteur de recherche arrêté.
  • Estonie (1,3) : deux réacteurs nucléaires arrêtés.
  • Chypre (0,8) : pas de programme nucléaire.
  • Luxembourg (0,5) : pas de programme nucléaire. Mais les Luxembourgeois protestent contre les problèmes de sûreté de la centrale de Cattenom, implantée à leur frontière.
  • Malte (0,4) : pas de programme nucléaire.

Liste des pays de l’Union européenne ayant prévu de sortir du nucléaire (entre parenthèse : millions d’habitants. Total : 142 millions)

  • Allemagne (82,4) : Programme nucléaire stoppé dans les années 1990 ; puis décision de sortie du nucléaire adoptée en 2000, remise en cause en 2010, puis de nouveau votée en 2011. Sur les 17 réacteurs en fonctionnement début 2011, 8 ont été arrêtés définitivement après le 11 mars 2011, le dernier devant être arrêté d’ici 2022. Contrairement aux idées reçues, ces fermetures de réacteurs n’ont pas provoqué de blackout, et n’empêchent pas les Allemands de rester exportateurs nets d’électricité, ni de respecter leurs engagements de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Les énergies renouvelables, qui emploient 380 000 personnes, progressent et couvrent déjà 25 % des consommations électriques. Selon l’Agence des Énergies Renouvelables, elles pourraient représenter 47 % des consommations d’électricité en 2020.
  • Espagne (40,2) : 6 réacteurs encore en route. Programme nucléaire stoppé et vote de la sortie du nucléaire en 1984 (gouvernement socialiste). Sortie remise en cause par un amendement voté en février 2011 remplaçant "arrêt des centrales à 40 ans" par "arrêt des centrales après 40 ans de fonctionnement" (comme une centrale est à l’arrêt a peu près 20 % du temps, cela signifie un report de dix ans pour le dernier réacteur fermé. Mais le coût des travaux post-Fukushima a changé la donne, et a notamment conduit à une décision d’arrêt de la centrale de Santa Maria de Garona d’ici juillet 2013.
  • Belgique (10,3) Un moratoire sur le programme a été adopté en 1988. Un accord gouvernemental entre les écologistes et la gauche avait prévu une sortie du nucléaire en 2025. La situation politique du pays est aujourd’hui floue. Cependant, suite à la découverte en août 2012 de fissures sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2, ces unités sont à l’arrêt pour plusieurs mois, et leur remise en marche n’ira pas de soi.
  • Suède (8,9) Un référendum en 1980 avait obligé le gouvernement à adopter un programme de sortie du nucléaire d’ici 2010. Deux réacteurs ont été fermés en 1999 et 2002. Puis cela a été remis en cause et la sortie a été abandonnée en février 2009… avant de redevenir d’actualité aujourd’hui.

Liste des pays de l’Union européenne qui devraient sortir du nucléaire (entre parenthèse : millions d’habitants. Total : 204 millions)

  • France (64,7) : 58 réacteurs en fonctionnement, 9 arrêtés, 1 en construction. Entre 65 et 77 % des Français sont pour la sortie du nucléaire. Le pays étant démocratique, cela devrait entraîner une décision rapide de sortie du nucléaire.
  • Grande-Bretagne (59,9) : 19 réacteurs en fonctionnement. Depuis 1995, le programme nucléaire est gelé. EDF a fortement investi dans le pays pour essayer d’y construire de nouveaux réacteurs, mais le fait que l’Etat ne veut pas aider financièrement bloque pour le moment les projets, preuve que sans subventions, le nucléaire n’est pas rentable. Les investisseurs privés misent aujourd’hui sur l’éolien offshore dans la Mer du Nord où des projets de plusieurs milliers de MW sont à l’étude.
  • Finlande (5,2) 4 réacteurs en fonctionnement à Loviisa et Olkiluoto, 1 EPR construction sur le site d’Olkiluoto, dont le chantier connaît de nombreux déboires. Réacteurs privés et subventionnés. Un sixième réacteur était prévu sur la côté Ouest de la Finlande, mais le retrait du groupe allemand E.ON risque de compromettre sa construction.
  • Pays-Bas (16,2) Deux réacteurs construits, un arrêté en 1997, l’autre devait l’être en 2003 mais cela a été remis en cause. En février 2011, le gouvernement avait annoncé vouloir relancer la construction d’une nouvelle centrale. Le projet est gelé depuis mars 2011. Le dernier réacteur est pour le moment autorisé à fonctionner jusqu’en 2033.
  • Hongrie (10), 4 réacteurs en fonctionnement. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Roumanie (22,2), 2 réacteurs en fonctionnement, deux en construction. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Slovaquie (5,4) ; 2 réacteurs en fonctionnement, 3 arrêtés. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
    République Tchèque (10,2), 6 réacteurs en fonctionnement. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Slovénie (1,9), 1 réacteur partagé avec la Croatie. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.
  • Bulgarie (7,7) 4 réacteurs arrêtés, 2 en fonctionnement, 1 en construction. Pas de remise en cause du nucléaire pour le moment, mais population majoritairement hostile.


Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don