Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fessenheim peut et doit être fermée maintenant !

La Centrale de Fessenheim à l’arrêt… Une communication indigente qui laisse trop de questions…

3 mars 2015 |




"Depuis dimanche, la centrale de Fessenheim est à l’arrêt. Et depuis dimanche, ni l’Alsace, ni l’Allemagne ou la Suisse voisine ne se sont aperçues de rien… Mais au-delà de l’inutilité désormais avérée de cette trop vieille centrale, on peut se poser la question de la transparence d’EDF, ou de l’ASN"

Communiqué de presse commun d’Alsace Nature, Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin (C.S.F.R.), Collectif Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim, Stop Fessenheim et Stop Transports Halte au Nucléaire au sujet de la mise à l’arrêt de Fessenheim.



COMMUNIQUE DE PRESSE du 3 mars 2015

Depuis dimanche, la centrale de Fessenheim est à l’arrêt. Et depuis dimanche, ni l’Alsace, ni l’Allemagne ou la Suisse voisine ne se sont aperçues de rien… Mais au-delà de l’inutilité désormais avérée de cette trop vieille centrale, on peut se poser la question de la transparence d’EDF, ou de l’ASN :

D’après le communiqué d’EDF : « Le 28 février à 18h55, l’unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim a été mise à l’arrêt suite à un défaut d’étanchéité constaté sur une tuyauterie située en aval du condenseur, dans la salle des machines (hors zone nucléaire)… ». Reste à savoir de quelle tuyauterie il s’agit : s’agit-il du retour de l’eau de refroidissement au Grand Canal d’Alsace, ou du circuit secondaire du réacteur ? La différence est importante, puisque dans le dernier cas, un dégagement de radioactivité a forcément eu lieu, même confiné dans le bâtiment. Mais le communiqué est muet sur ce point…

Et souvenons-nous de la « fuite » survenue sur ce même réacteur n°1 le 9 avril 2014 : « L’unité de production n°1 de la centrale de Fessenheim a été mise à l’arrêt mercredi 9 avril à 18h50 suite à la détection d’une fuite sur une tuyauterie d’alimentation en eau, située dans un bâtiment industriel, partie non nucléaire de l’installation. Cette fuite d’eau a été rapidement stoppée. Il n’y a pas d’impact sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement. » Et en fait d’impact, cette « fuite » a eu pour conséquence un arrêt du réacteur durant plus d’un mois, pour remplacer des matériels électriques abîmés par cette « fuite rapidement stoppée ».

EDF pourrait-il nous expliquer la différence entre « défaut d’étanchéité » et « fuite » ? Et l’Autorité de Sûreté Nucléaire pourrait-elle nous dire pourquoi, 48 heures après la mise à l’arrêt du réacteur, aucune information n’est encore disponible sur son site internet ? Est-ce dû au fait que depuis le 24 février, Messieurs Sordi (député du Haut-Rhin) et Habig (président) de la CLIS de Fessenheim, tous deux ardents défenseurs de la centrale de Fessenheim, et ignorants en matière de nucléaire, ont été nommés au Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sûreté Nucléaire ? Belle entrée en matière en tout cas…

Toujours est-il que depuis deux jours, l’Alsace est privée de nucléaire. Mais les Alsaciens en ont l’habitude : 10 jours d’arrêt total de la centrale nucléaire en 2014, et 31 jours en 2013. Sans que notre région ne manque d’électricité.

Et puisque Monsieur Hollande a bien voulu confirmer cette après-midi que la centrale de Fessenheim sera « fermée à l’horizon de la fin du quinquennat » (alors qu’aucun dossier de fermeture n’a encore été déposé par EDF), nous ne pouvons que l’engager à ne plus attendre pour mettre à l’arrêt cette vieille structure frappée d’incontinence chronique.

Parce que la preuve est aujourd’hui faite que cette centrale, située en zone sismique et sous le niveau du Grand Canal d’Alsace, est définitivement obsolète.

Pour les Associations Jean-Marie Brom

  • Jean-Jacques RETTIG Président du Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin
  • Rémi VERDET Président de l’association Stop Transports Halte au Nucléaire
  • Aline BAUMANN Présidente de l’association Stop Fessenheim
  • Lucien JENNY Collectif Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim
  • Jean-Paul LACOTE Président de la fédération Alsace Nature – section Haut-Rhin

COMMUNIQUE DE PRESSE du 3 mars 2015

Depuis dimanche, la centrale de Fessenheim est à l’arrêt. Et depuis dimanche, ni l’Alsace, ni l’Allemagne ou la Suisse voisine ne se sont aperçues de rien… Mais au-delà de l’inutilité désormais avérée de cette trop vieille centrale, on peut se poser la question de la transparence d’EDF, ou de l’ASN :

D’après le communiqué d’EDF : « Le 28 février à 18h55, l’unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim a été mise à l’arrêt suite à un défaut d’étanchéité constaté sur une tuyauterie située en aval du condenseur, dans la salle des machines (hors zone nucléaire)… ». Reste à savoir de quelle tuyauterie il s’agit : s’agit-il du retour de l’eau de refroidissement au Grand Canal d’Alsace, ou du circuit secondaire du réacteur ? La différence est importante, puisque dans le dernier cas, un dégagement de radioactivité a forcément eu lieu, même confiné dans le bâtiment. Mais le communiqué est muet sur ce point…

Et souvenons-nous de la « fuite » survenue sur ce même réacteur n°1 le 9 avril 2014 : « L’unité de production n°1 de la centrale de Fessenheim a été mise à l’arrêt mercredi 9 avril à 18h50 suite à la détection d’une fuite sur une tuyauterie d’alimentation en eau, située dans un bâtiment industriel, partie non nucléaire de l’installation. Cette fuite d’eau a été rapidement stoppée. Il n’y a pas d’impact sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement. » Et en fait d’impact, cette « fuite » a eu pour conséquence un arrêt du réacteur durant plus d’un mois, pour remplacer des matériels électriques abîmés par cette « fuite rapidement stoppée ».

EDF pourrait-il nous expliquer la différence entre « défaut d’étanchéité » et « fuite » ? Et l’Autorité de Sûreté Nucléaire pourrait-elle nous dire pourquoi, 48 heures après la mise à l’arrêt du réacteur, aucune information n’est encore disponible sur son site internet ? Est-ce dû au fait que depuis le 24 février, Messieurs Sordi (député du Haut-Rhin) et Habig (président) de la CLIS de Fessenheim, tous deux ardents défenseurs de la centrale de Fessenheim, et ignorants en matière de nucléaire, ont été nommés au Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sûreté Nucléaire ? Belle entrée en matière en tout cas…

Toujours est-il que depuis deux jours, l’Alsace est privée de nucléaire. Mais les Alsaciens en ont l’habitude : 10 jours d’arrêt total de la centrale nucléaire en 2014, et 31 jours en 2013. Sans que notre région ne manque d’électricité.

Et puisque Monsieur Hollande a bien voulu confirmer cette après-midi que la centrale de Fessenheim sera « fermée à l’horizon de la fin du quinquennat » (alors qu’aucun dossier de fermeture n’a encore été déposé par EDF), nous ne pouvons que l’engager à ne plus attendre pour mettre à l’arrêt cette vieille structure frappée d’incontinence chronique.

Parce que la preuve est aujourd’hui faite que cette centrale, située en zone sismique et sous le niveau du Grand Canal d’Alsace, est définitivement obsolète.

Pour les Associations Jean-Marie Brom

  • Jean-Jacques RETTIG Président du Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin
  • Rémi VERDET Président de l’association Stop Transports Halte au Nucléaire
  • Aline BAUMANN Présidente de l’association Stop Fessenheim
  • Lucien JENNY Collectif Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim
  • Jean-Paul LACOTE Président de la fédération Alsace Nature – section Haut-Rhin


Thèmes
Incidents / Accidents Fessenheim Fessenheim