Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

La sortie du nucléaire marque des points

mars 2013 - USA : le réacteur de Kewaunee ferme avec 20 ans d’avance !

21 mars 2013 |




Fermeture anticipée pour un réacteur américain !



Le site de production électronucléaire de Kewaunee, qui comporte un unique réacteur à eau sous pression fabriqué par Westinghouse, est situé dans le Wisconsin à 250 km au nord de Chicago. Raccordé au réseau électrique en 1974, il sera définitivement fermé par son propriétaire, la société Dominion, pendant le second trimestre 2013, alors même qu’en février 2011, l’autorité de sûreté nucléaire américaine, la NRC, avait renouvelé pour 20 ans son autorisation de fonctionnement, jusqu’en 2033.

Notons avec amusement qu’il semble difficile de connaître la puissance exacte de ce réacteur. Dans son communiqué du 24/02/11, Dominion indique une puissance de 574 MW alors que son communiqué du 22/10/12 indique 556 MW. Quant à la base de données PRIS de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, elle indique 566 MW. Allez comprendre...

Mais voilà qui explique peut-être qu’on puisse lire, dans le communiqué de Dominion du 22/10/12, que "le risque associé à l’exploitation des installations nucléaires" figure au nombre des "incertitudes qui peuvent affecter sensiblement nos résultats effectifs et qui sont souvent au-delà de notre capacité de contrôle ou d’estimation précise" !!

Malgré l’autorisation de la NRC, dès avril 2011, Dominion décidait de mettre en vente le réacteur de Kewaunee ; le 22 octobre 2012, il annonçait sa décision de le fermer définitivement et de le démanteler, n’ayant trouvé aucun repreneur. Selon Thomas F. Farrell, PDG de Dominion, "cette décision est purement basée sur une analyse économique. Dominion n’a pas réussi à mener à bien son projet d’accroître son parc électronucléaire dans le Midwest afin de réaliser des économies d’échelle."

Rod Adams, promoteur du nucléaire au travers de son blog Atomic Insights, commente cette décision :

"[…] l’entreprise n’a pas non plus été capable de convaincre l’État du Wisconsin de mettre fin à son moratoire virtuel sur tout nouveau réacteur nucléaire. Ce moratoire virtuel, à l’instar des lois en vigueur dans à peu près vingt États du pays, n’interdit pas complètement de nouveaux réacteurs nucléaires ; il dit simplement qu’aucun nouveau réacteur nucléaire ne peut être construit jusqu’à ce que le gouvernement fédéral ait mis en place une installation opérationnelle d’entreposage à long terme des déchets. Bien qu’il y ait eu une période au début des années 2000 pendant laquelle le gouvernement fédéral semblait progresser concrètement sur ce front, le "projet" actuel est moins avancé qu’il ne l’était en 1996."

À notre grand plaisir, Adams conclut : "Les forces du mal qui sont déterminées à rendre l’énergie nucléaire non rentable sont actuellement plus fortes que ceux d’entre nous qui sont déterminés à garantir que la population mondiale actuelle et future dispose d’une alternative viable, propre, abondante et fiable à la combustion aussi rapide que possible de la richesse que représentent les hydrocarbures stockés dans le sol."

Quant au blog Gen4.fr, il affirme "avoir pointé environ une trentaine de réacteurs américains (sur 104) implantés sur autant de sites de production à réacteur unique qui pourraient se retrouver éteints et démantelés si cette logique comptable s’étend".

Sources : dom.com, atomicinsights.com, gen4.fr

Le site de production électronucléaire de Kewaunee, qui comporte un unique réacteur à eau sous pression fabriqué par Westinghouse, est situé dans le Wisconsin à 250 km au nord de Chicago. Raccordé au réseau électrique en 1974, il sera définitivement fermé par son propriétaire, la société Dominion, pendant le second trimestre 2013, alors même qu’en février 2011, l’autorité de sûreté nucléaire américaine, la NRC, avait renouvelé pour 20 ans son autorisation de fonctionnement, jusqu’en 2033.

Notons avec amusement qu’il semble difficile de connaître la puissance exacte de ce réacteur. Dans son communiqué du 24/02/11, Dominion indique une puissance de 574 MW alors que son communiqué du 22/10/12 indique 556 MW. Quant à la base de données PRIS de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, elle indique 566 MW. Allez comprendre...

Mais voilà qui explique peut-être qu’on puisse lire, dans le communiqué de Dominion du 22/10/12, que "le risque associé à l’exploitation des installations nucléaires" figure au nombre des "incertitudes qui peuvent affecter sensiblement nos résultats effectifs et qui sont souvent au-delà de notre capacité de contrôle ou d’estimation précise" !!

Malgré l’autorisation de la NRC, dès avril 2011, Dominion décidait de mettre en vente le réacteur de Kewaunee ; le 22 octobre 2012, il annonçait sa décision de le fermer définitivement et de le démanteler, n’ayant trouvé aucun repreneur. Selon Thomas F. Farrell, PDG de Dominion, "cette décision est purement basée sur une analyse économique. Dominion n’a pas réussi à mener à bien son projet d’accroître son parc électronucléaire dans le Midwest afin de réaliser des économies d’échelle."

Rod Adams, promoteur du nucléaire au travers de son blog Atomic Insights, commente cette décision :

"[…] l’entreprise n’a pas non plus été capable de convaincre l’État du Wisconsin de mettre fin à son moratoire virtuel sur tout nouveau réacteur nucléaire. Ce moratoire virtuel, à l’instar des lois en vigueur dans à peu près vingt États du pays, n’interdit pas complètement de nouveaux réacteurs nucléaires ; il dit simplement qu’aucun nouveau réacteur nucléaire ne peut être construit jusqu’à ce que le gouvernement fédéral ait mis en place une installation opérationnelle d’entreposage à long terme des déchets. Bien qu’il y ait eu une période au début des années 2000 pendant laquelle le gouvernement fédéral semblait progresser concrètement sur ce front, le "projet" actuel est moins avancé qu’il ne l’était en 1996."

À notre grand plaisir, Adams conclut : "Les forces du mal qui sont déterminées à rendre l’énergie nucléaire non rentable sont actuellement plus fortes que ceux d’entre nous qui sont déterminés à garantir que la population mondiale actuelle et future dispose d’une alternative viable, propre, abondante et fiable à la combustion aussi rapide que possible de la richesse que représentent les hydrocarbures stockés dans le sol."

Quant au blog Gen4.fr, il affirme "avoir pointé environ une trentaine de réacteurs américains (sur 104) implantés sur autant de sites de production à réacteur unique qui pourraient se retrouver éteints et démantelés si cette logique comptable s’étend".

Sources : dom.com, atomicinsights.com, gen4.fr



MENU