Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

La sortie du nucléaire marque des points

La sortie du nucléaire de nouveau d’actualité en Belgique

3 novembre 2011 |




Les partis politiques belges se sont accordés pour fermer d’ici 2015 trois des plus anciens réacteurs du pays sur les sept en activité. L’arrêt définitif serait donc fixé à 2025.



Les partis politiques belges se sont accordés pour fermer d’ici 2015 trois des plus anciens réacteurs du pays sur les sept en activité. L’arrêt définitif serait fixé à 2025 à condition de trouver les alternatives suffisantes pour pallier l’arrêt des centrales qui produisent actuellement 55 % de l’électricité belge. Reste également à fixer les formalités de ce démantèlement et notamment, les mesures de sécurité à mettre en place. Sous l’impulsion des écologistes, les Belges avaient pris dès 2003 la décision de fermer d’ici 2025 les sept plus vieux réacteurs du pays au moment où ils atteindraient leurs 40 ans de service. Cependant, à la suite d’un accord passé avec l’exploitant des centrales en 2009, trois réacteurs devaient bénéficier d’une prolongation de 10 ans. La crise politique belge a empêché le parlement de légiférer sur cet accord, désormais remis en cause.

Les partis politiques belges se sont accordés pour fermer d’ici 2015 trois des plus anciens réacteurs du pays sur les sept en activité. L’arrêt définitif serait fixé à 2025 à condition de trouver les alternatives suffisantes pour pallier l’arrêt des centrales qui produisent actuellement 55 % de l’électricité belge. Reste également à fixer les formalités de ce démantèlement et notamment, les mesures de sécurité à mettre en place. Sous l’impulsion des écologistes, les Belges avaient pris dès 2003 la décision de fermer d’ici 2025 les sept plus vieux réacteurs du pays au moment où ils atteindraient leurs 40 ans de service. Cependant, à la suite d’un accord passé avec l’exploitant des centrales en 2009, trois réacteurs devaient bénéficier d’une prolongation de 10 ans. La crise politique belge a empêché le parlement de légiférer sur cet accord, désormais remis en cause.



MENU