Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°48

Hiver 2010-2011

Actions et vie des groupes

ça bouge dans le Réseau ! Quelques moments forts sur le terrain

Hiver 2010-2011




Impossible de parler de tout, mais voici en bref quelques événements saillants de cet automne 2010 riche en événements. Pour alimenter cette rubrique, merci d’écrire par mail à mobilisations@sortirdunucleaire.fr



Savoie : soutien au GANVA

Les 5-6 novembre, des militants du GANVA (Groupe d’actions non-violentes antinucléaires) ont bloqué le passage d’un train transportant des déchets radioactifs de La Hague (Manche) à Gorleben en Allemagne ; ils sont passés en procès le 8 décembre à Caen. La veille du procès, une cinquantaine de Savoyards d’une quinzaine d’organisations associatives, politiques et syndicales locales se sont rassemblés devant la gare SNCF de Chambéry, répondant à un appel initié par Sortir du nucléaire 73. L’objectif ? Afficher leur solidarité avec les "inculpés" du GANVA et rappeler que l’activisme et la non-violence ne sont pas un crime dans une démocratie.

Drôme-Ardèche : porte fermée !

Sortir du nucléaire Ardèche et Drôme distribue aux commerçants l’autocollant "porte fermée" qui doit les inciter à ne pas laisser leur porte grande ouverte, et doit inciter leurs clients à comprendre pourquoi elle est fermée (et surtout à se poser des questions sur les économies d’énergies, d’électricité...). Le Conseil général subventionne l’impression de ces autocollants ; le graphisme a été réalisé par un membre du groupe (voir ci-contre).

Manche : déboulonnage d’un pylône THT

Le 25 septembre 2010, une centaine de personnes ont manifesté leur opposition à la construction de l’EPR de Flamanville et au projet de ligne THT (Très Haute Tension) "Cotentin-Maine" en participant à une action de déboulonnage sur un pylône de la Ligne à Très Haute Tension "Flamanville-Donloup", à Isigny-le-Buais (Manche). Cette action fait suite à la signature par le gouvernement de la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) pour le projet de ligne à 400 00 volts "Cotentin-Maine", qui devrait, si elle est construite, acheminer l’électricité produite par le futur réacteur de Flamanville. L’Etat et RTE (Réseau de Transport d’Electricité) faisant fi des inquiétudes de la population, des recours juridiques en cours et de la mobilisation de la Coordination "STOP THT", des associations locales et du collectif des élus, les militants ont décidé de multiplier les actions de désobéissance civile pour lutter contre ce projet. Cette action de déboulonnage ne sera sans doute pas la dernière !

Touraine : action au Forum AREVA

Le 16 octobre, à l’occasion du forum AREVA à Tours, le groupe local Sortir du nucléaire-Touraine, avec le renfort des Désobéissants et d’associations locales, a organisé une action de sensibilisation et une diffusion de tracts sur les alternatives au nucléaire en terme d’énergie, d’électricité et d’emplois.

Action du Collectif "STOP EPR, Ni à Penly, ni ailleurs"

Le 9 novembre, à Saint-Martin-en-Campagne (Seine Maritime) se tenait une réunion d’information non publique sur les grands chantiers en perspective dans la région Haute-Normandie : le réacteur EPR à Penly et le parc éolien en mer du Tréport. Le collectif "STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs", composé de nombreuses associations, partis politiques et syndicats, y était présent avec banderoles et drapeaux, pour manifester son opposition au projet Penly 3. Les militants ont pu questionner publiquement le président du Conseil régional sur les choix énergétiques de la région. Le collectif a également organisé une distribution de tracts lors du forum des métiers du nucléaire de Rouen le 19 novembre.

Stop au gaspillage électrique : "action néon" dans les rues de Lyon

Le Conseil d’administration et les salariés du Réseau "Sortir du nucléaire", réunis à Lyon pour un week-end de travail les 5 et 6 décembre, ont organisé une "action-néon" dans la soirée du 5 décembre. Rejoints par quelques militants lyonnais et équipés de perruques, tracts et crochets, ils ont arpenté les rues de la ville pour éteindre, à l’aide de perches, les lumières et enseignes restées inutilement allumées. Cette action visait à protester contre le gaspillage énergétique et à dénoncer l’absurdité du recours au chauffage électrique. Mais surtout, nous souhaitions passer un moment convivial entre salariés, membres du Conseil d’administration et militants locaux. Certains d’entre nous ont arpenté les rues jusqu’au petit matin, pour finalement rejoindre le stade Gerland et distribuer des tracts à l’arrivée de la course athlétique SaintéLyon.

Non au sponsoring par AREVA de la SaintéLyon !

Lyon, nuit du 4 au 5 décembre. La SaintéLyon est une course d’endurance nocturne créée en 1951, qui relie Saint-Étienne à Lyon. Mais depuis quelques années, l’image de ce rassemblement est ternie par AREVA qui tente de s’acheter une bonne image et de banaliser le nucléaire, en sponsorisant des événements sportifs. Afin de protester contre cette récupération, plusieurs coureurs ont décoré leur sac-à-dos et dossards d’autocollants antinucléaires. L’un d’eux a même passé la ligne d’arrivée avec le drapeau du Réseau ! Des militants de Rhône -Alpes sans nucléaire et du Réseau "Sortir du nucléaire" ont également distribué des tracts afin d’informer les coureurs et le public de la réalité des activités d’AREVA tout au long de la chaîne nucléaire.

Le secrétariat du Réseau cambriolé

Dimanche 12 décembre, un cambriolage a eu lieu dans les locaux lyonnais de notre secrétariat national, où travaille une partie des salarié-e-s du Réseau "Sortir du nucléaire". Une vitre anti-effraction a été démontée. Du matériel informatique et audiovisuel a été dérobé.
Cadarache : jusqu’ici tout va bien
Parmi les groupes qui viennent de rejoindre le Réseau : le collectif Agir Santé Environnement, nouvellement créé dans le Vaucluse. Une de ses priorités : la lutte contre les installations de Cadarache, toutes proches. Le collectif a analysé pour nous le compte rendu de l’inspection de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) à l’usine de combustible au plutonium de Cadarache, effectuée le 6 septembre 2010. Trois problèmes ont été pointés.
1 : Présence de 36 fûts non susceptibles d’être stockés en surface dont :
- 15 fûts non déclarés
- 13 “en cours de comptage”
- 8 entreposés sur une aire banalisée sans respect des distances de sécurité
L’étiquetage des fûts est incomplet, parfois inexistant.
2 : Malgré les rapports d’expertise antérieurs relevant de très nombreux écarts sur l’état des tuyauteries
véhiculant les fluides toxiques radiologiques inflammables corrosifs explosifs, aucune action correctrice n’a été engagée.
3 : En violation du Code du travail et de la santé publique : seize sources radioactives n’ont pu être contrôlées en 2009. Les contrôles d’étanchéité ont été abandonnés. Ils avaient été planifiés à la suite des événements d’octobre 2009, lorsque 35 kg de poussière de plutonium puis 10 kg d’uranium enrichi avaient été découverts fortuitement sur ce site. L’intégralité du rapport de l’ASN (cinq pages) est disponible sur internet.
Bon courage à ce nouveau collectif, qui ne restera pas isolé dans son combat pour exiger, a minima, le respect de la loi.

Nouveau : lettre électronique
Nouveau : chaque mois des nouvelles du Réseau "Sortir du nucléaire" dans ma boîte électronique, c’est possible ! Nous avons maintenant une lettre d’information électronique mensuelle qui vous permet de recevoir l’essentiel de l’actualité antinucléaire directement sur votre ordinateur. Pour s’inscrire depuis notre site, voir www.sortirdunucleaire.org/dossiers/rezo-info.html

Savoie : soutien au GANVA

Les 5-6 novembre, des militants du GANVA (Groupe d’actions non-violentes antinucléaires) ont bloqué le passage d’un train transportant des déchets radioactifs de La Hague (Manche) à Gorleben en Allemagne ; ils sont passés en procès le 8 décembre à Caen. La veille du procès, une cinquantaine de Savoyards d’une quinzaine d’organisations associatives, politiques et syndicales locales se sont rassemblés devant la gare SNCF de Chambéry, répondant à un appel initié par Sortir du nucléaire 73. L’objectif ? Afficher leur solidarité avec les "inculpés" du GANVA et rappeler que l’activisme et la non-violence ne sont pas un crime dans une démocratie.

Drôme-Ardèche : porte fermée !

Sortir du nucléaire Ardèche et Drôme distribue aux commerçants l’autocollant "porte fermée" qui doit les inciter à ne pas laisser leur porte grande ouverte, et doit inciter leurs clients à comprendre pourquoi elle est fermée (et surtout à se poser des questions sur les économies d’énergies, d’électricité...). Le Conseil général subventionne l’impression de ces autocollants ; le graphisme a été réalisé par un membre du groupe (voir ci-contre).

Manche : déboulonnage d’un pylône THT

Le 25 septembre 2010, une centaine de personnes ont manifesté leur opposition à la construction de l’EPR de Flamanville et au projet de ligne THT (Très Haute Tension) "Cotentin-Maine" en participant à une action de déboulonnage sur un pylône de la Ligne à Très Haute Tension "Flamanville-Donloup", à Isigny-le-Buais (Manche). Cette action fait suite à la signature par le gouvernement de la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) pour le projet de ligne à 400 00 volts "Cotentin-Maine", qui devrait, si elle est construite, acheminer l’électricité produite par le futur réacteur de Flamanville. L’Etat et RTE (Réseau de Transport d’Electricité) faisant fi des inquiétudes de la population, des recours juridiques en cours et de la mobilisation de la Coordination "STOP THT", des associations locales et du collectif des élus, les militants ont décidé de multiplier les actions de désobéissance civile pour lutter contre ce projet. Cette action de déboulonnage ne sera sans doute pas la dernière !

Touraine : action au Forum AREVA

Le 16 octobre, à l’occasion du forum AREVA à Tours, le groupe local Sortir du nucléaire-Touraine, avec le renfort des Désobéissants et d’associations locales, a organisé une action de sensibilisation et une diffusion de tracts sur les alternatives au nucléaire en terme d’énergie, d’électricité et d’emplois.

Action du Collectif "STOP EPR, Ni à Penly, ni ailleurs"

Le 9 novembre, à Saint-Martin-en-Campagne (Seine Maritime) se tenait une réunion d’information non publique sur les grands chantiers en perspective dans la région Haute-Normandie : le réacteur EPR à Penly et le parc éolien en mer du Tréport. Le collectif "STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs", composé de nombreuses associations, partis politiques et syndicats, y était présent avec banderoles et drapeaux, pour manifester son opposition au projet Penly 3. Les militants ont pu questionner publiquement le président du Conseil régional sur les choix énergétiques de la région. Le collectif a également organisé une distribution de tracts lors du forum des métiers du nucléaire de Rouen le 19 novembre.

Stop au gaspillage électrique : "action néon" dans les rues de Lyon

Le Conseil d’administration et les salariés du Réseau "Sortir du nucléaire", réunis à Lyon pour un week-end de travail les 5 et 6 décembre, ont organisé une "action-néon" dans la soirée du 5 décembre. Rejoints par quelques militants lyonnais et équipés de perruques, tracts et crochets, ils ont arpenté les rues de la ville pour éteindre, à l’aide de perches, les lumières et enseignes restées inutilement allumées. Cette action visait à protester contre le gaspillage énergétique et à dénoncer l’absurdité du recours au chauffage électrique. Mais surtout, nous souhaitions passer un moment convivial entre salariés, membres du Conseil d’administration et militants locaux. Certains d’entre nous ont arpenté les rues jusqu’au petit matin, pour finalement rejoindre le stade Gerland et distribuer des tracts à l’arrivée de la course athlétique SaintéLyon.

Non au sponsoring par AREVA de la SaintéLyon !

Lyon, nuit du 4 au 5 décembre. La SaintéLyon est une course d’endurance nocturne créée en 1951, qui relie Saint-Étienne à Lyon. Mais depuis quelques années, l’image de ce rassemblement est ternie par AREVA qui tente de s’acheter une bonne image et de banaliser le nucléaire, en sponsorisant des événements sportifs. Afin de protester contre cette récupération, plusieurs coureurs ont décoré leur sac-à-dos et dossards d’autocollants antinucléaires. L’un d’eux a même passé la ligne d’arrivée avec le drapeau du Réseau ! Des militants de Rhône -Alpes sans nucléaire et du Réseau "Sortir du nucléaire" ont également distribué des tracts afin d’informer les coureurs et le public de la réalité des activités d’AREVA tout au long de la chaîne nucléaire.

Le secrétariat du Réseau cambriolé

Dimanche 12 décembre, un cambriolage a eu lieu dans les locaux lyonnais de notre secrétariat national, où travaille une partie des salarié-e-s du Réseau "Sortir du nucléaire". Une vitre anti-effraction a été démontée. Du matériel informatique et audiovisuel a été dérobé.
Cadarache : jusqu’ici tout va bien
Parmi les groupes qui viennent de rejoindre le Réseau : le collectif Agir Santé Environnement, nouvellement créé dans le Vaucluse. Une de ses priorités : la lutte contre les installations de Cadarache, toutes proches. Le collectif a analysé pour nous le compte rendu de l’inspection de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) à l’usine de combustible au plutonium de Cadarache, effectuée le 6 septembre 2010. Trois problèmes ont été pointés.
1 : Présence de 36 fûts non susceptibles d’être stockés en surface dont :
- 15 fûts non déclarés
- 13 “en cours de comptage”
- 8 entreposés sur une aire banalisée sans respect des distances de sécurité
L’étiquetage des fûts est incomplet, parfois inexistant.
2 : Malgré les rapports d’expertise antérieurs relevant de très nombreux écarts sur l’état des tuyauteries
véhiculant les fluides toxiques radiologiques inflammables corrosifs explosifs, aucune action correctrice n’a été engagée.
3 : En violation du Code du travail et de la santé publique : seize sources radioactives n’ont pu être contrôlées en 2009. Les contrôles d’étanchéité ont été abandonnés. Ils avaient été planifiés à la suite des événements d’octobre 2009, lorsque 35 kg de poussière de plutonium puis 10 kg d’uranium enrichi avaient été découverts fortuitement sur ce site. L’intégralité du rapport de l’ASN (cinq pages) est disponible sur internet.
Bon courage à ce nouveau collectif, qui ne restera pas isolé dans son combat pour exiger, a minima, le respect de la loi.

Nouveau : lettre électronique
Nouveau : chaque mois des nouvelles du Réseau "Sortir du nucléaire" dans ma boîte électronique, c’est possible ! Nous avons maintenant une lettre d’information électronique mensuelle qui vous permet de recevoir l’essentiel de l’actualité antinucléaire directement sur votre ordinateur. Pour s’inscrire depuis notre site, voir www.sortirdunucleaire.org/dossiers/rezo-info.html


MENU

Thèmes
Luttes et actions