Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fessenheim peut et doit être fermée maintenant !

Communiqué inter-associatif

Nouvelle embrouille à Fessenheim !

19 mai 2015 | EDF cache un grave problème, puis rafistole son circuit de sauvegarde en catimini.




Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et les associations Alsace Nature, CSFR, Stop Fessenheim, Stop Transports-Halte au Nucléaire et le Réseau Fukussenheim viennent de découvrir que des événements extrêmement graves se sont passés à la centrale nucléaire de Fessenheim la nuit du 12 au 13 décembre 2014. Or le sujet a été tu lors de la réunion de la CLIS (Commission Locale d’Information et de Surveillance) qui s’ensuivit le 10 mars 2015. L’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) est-elle seulement au courant qu’EDF a du faire appel à sa Task-force nationale pour gérer cet événement ?



Que s’est-il passé le 13 décembre à 0h 37 ?

  • Lorsque des pompes gigantesques capables de vider une piscine olympique en une heure s’emballent et se mettent à tourner à plus de 5200 tours par minute...
  • Lorsque plusieurs soupapes BP (basse pression) se dégradent...
  • Lorsqu’il y a rupture de 4 tuyaux d’admission de soupapes, par fatigue vibratoire...
  • Lorsque la gravité de la situation amène EDF Fessenheim à faire appel à sa Task-force nationale...

... alors, on n’est, de loin, pas dans le cas d’un petit incident pouvant se résumer par ces simples mots, comme EDF l’a fait  [1] :

« ...Le 13 décembre 2014 à 00h39, l’unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim s’est arrêtée automatiquement suite à un écart de fonctionnement au niveau de pompes de circulation en eau, situées en salle des machines (partie non nucléaire de l’installation). Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations.... »

« ... Les équipes de la centrale se sont mobilisées pour retrouver les conditions permettant de redémarrer l’unité de production N°2 en toute sûreté ; un capteur de pression des pompes à l’origine de cet écart a été remplacé et plusieurs contrôles ont été réalisés en salle des machines. »

Une fois de plus, EDF a minimisé les graves problèmes de la centrale nucléaire de Fessenheim et a menti par omission :

  • Aux citoyens, qui vivent sous la menace de cette vieille centrale nucléaire et ont le droit d’être informés ;
  • À la CLIS, dont le rôle devrait être de diffuser une information complète aux populations et de surveiller le fonctionnement de la centrale ;
  • Et peut-être à l’ASN ? En tous cas, ces événements ne se trouvaient pas à la date du 10 mai 2015 sur son site internet.

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et les associations locales en lutte pour la fermeture de Fessenheim :

  • CSFR (Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin)
  • Stop Transports – Halte au Nucléaire
  • Stop Fessenheim
  • Fédération Alsace Nature
  • Réseau Fukussenheim

appuient leurs déclarations sur des documents internes d’EDF qu’ils tiennent à la disposition des médias.

Pour ne pas avouer aux populations que la centrale nucléaire de Fessenheim est à bout de course, EDF cache la vérité ! La "culture de sûreté de l’industrie nucléaire" n’existe vraiment pas à EDF et en particulier à Fessenheim.

Contact presse :

  • André HATZ, porte parole de Stop Fessenheim andre.hatz@wanadoo.fr 06.82.02.69.79
  • Marc Saint-Aroman, 05 61 35 11 06

Chargée de communication : Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

 

Télécharger notre synthèse explicative
PDF - 362.6 ko
Note explicative

Que s’est-il passé le 13 décembre à 0h 37 ?

  • Lorsque des pompes gigantesques capables de vider une piscine olympique en une heure s’emballent et se mettent à tourner à plus de 5200 tours par minute...
  • Lorsque plusieurs soupapes BP (basse pression) se dégradent...
  • Lorsqu’il y a rupture de 4 tuyaux d’admission de soupapes, par fatigue vibratoire...
  • Lorsque la gravité de la situation amène EDF Fessenheim à faire appel à sa Task-force nationale...

... alors, on n’est, de loin, pas dans le cas d’un petit incident pouvant se résumer par ces simples mots, comme EDF l’a fait  [1] :

« ...Le 13 décembre 2014 à 00h39, l’unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim s’est arrêtée automatiquement suite à un écart de fonctionnement au niveau de pompes de circulation en eau, situées en salle des machines (partie non nucléaire de l’installation). Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations.... »

« ... Les équipes de la centrale se sont mobilisées pour retrouver les conditions permettant de redémarrer l’unité de production N°2 en toute sûreté ; un capteur de pression des pompes à l’origine de cet écart a été remplacé et plusieurs contrôles ont été réalisés en salle des machines. »

Une fois de plus, EDF a minimisé les graves problèmes de la centrale nucléaire de Fessenheim et a menti par omission :

  • Aux citoyens, qui vivent sous la menace de cette vieille centrale nucléaire et ont le droit d’être informés ;
  • À la CLIS, dont le rôle devrait être de diffuser une information complète aux populations et de surveiller le fonctionnement de la centrale ;
  • Et peut-être à l’ASN ? En tous cas, ces événements ne se trouvaient pas à la date du 10 mai 2015 sur son site internet.

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et les associations locales en lutte pour la fermeture de Fessenheim :

  • CSFR (Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin)
  • Stop Transports – Halte au Nucléaire
  • Stop Fessenheim
  • Fédération Alsace Nature
  • Réseau Fukussenheim

appuient leurs déclarations sur des documents internes d’EDF qu’ils tiennent à la disposition des médias.

Pour ne pas avouer aux populations que la centrale nucléaire de Fessenheim est à bout de course, EDF cache la vérité ! La "culture de sûreté de l’industrie nucléaire" n’existe vraiment pas à EDF et en particulier à Fessenheim.

Contact presse :

  • André HATZ, porte parole de Stop Fessenheim andre.hatz@wanadoo.fr 06.82.02.69.79
  • Marc Saint-Aroman, 05 61 35 11 06

Chargée de communication : Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

 

Télécharger notre synthèse explicative
PDF - 362.6 ko
Note explicative