Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°44

Automne 2009

En bref

Vite, des infos !

Automne 2009




Deux petits chimistes allemands flanquent une frousse atomique

Ils ont 6 ans, et, à eux deux, ils ont fait trembler toute une ville. En jouant à construire une centrale nucléaire en miniature, deux enfants ont provoqué la panique dans la petite ville allemande d’Oelde, dans l’ouest du pays. A l’aide d’un vieux boîtier d’ordinateur, ils ont figuré le réacteur de leur centrale et ont collé sur le côté un panneau avec le symbole de la radioactivité, imprimé sur Internet. Un passant, tombé sur l’objet abandonné par les enfants, a donné l’alerte. Aussitôt, les pompiers ont établi un périmètre de sécurité autour de la zone et la radio locale a appelé les habitants à rester confinés chez eux. Ce sont finalement les parents, reconnaissant l’œuvre de leur progéniture, qui ont rassuré les autorités.

Source : Libération du 24 juin 2009

EDF : Facture salée pour Sarkozy

Nicolas Sarkozy a beau vanter l’industrie nucléaire à travers le monde comme le fleuron de la technologie française, il n’en oublie pas moins de régler ses factures d’électricité. Pour la première fois depuis le XXVIIIe siècle, la Cour des Comptes a pu étudier en 2008 les dépenses présidentielles. Leur enquête a révélé qu’en 2008, EDF a facturé à l’Elysée 2 580 € de pénalités pour retard de paiement, qui ont bien sûr été payés par les contribuables.

Source : Cour des comptes

Allemagne : panne de 7 réacteurs nucléaires

Pendant le mois de juilet, 7 des 17 réacteurs nucléaires allemand ont été arrêtés sans occasionner aucune pénurie d’électricité. Ces arrêts étaient dûs à une série de pannes.
7, c’est justement le nombre de réacteurs nucléaires qui devraient être définitivement arrêtés au cours de la prochaine législature si l’accord contesté de sortie du nucléaire signé en 2000 est respecté.

Source : Courrierinternational.com 28/07/2009

Fermer 7 centrales nucléaires allemandes, c’est possible dès aujourd’hui

Hambourg - Des recherches de Greenpeace démontrent que les 7 centrales nucléaires les plus anciennes d’Allemagne peuvent tout de suite être mises à l’arrêt sans la moindre répercussion sur l’alimentation en électricité de l’industrie et des ménages. La part de ces centrales dans la production allemande est en diminution depuis 2001. Désormais, la production d’électricité procurée par le vent, le soleil et l’eau a tant augmenté que ponctuellement, elle ne peut plus être injectée dans le réseau pour cause de surproduction. La Fédération allemande des énergies renouvelables BEE constate elle aussi dans ses pronostics que la sortie du nucléaire peut être compensée sans problème de transition par l’essor des énergies renouvelables.

Source : Energie & Transparence, n°15

ITER revoit son calendrier et double son budget

Le 18 juin 2009, les dirigeants d’ITER ont annoncé un doublement du coût prévisionnel du projet et un retard de deux ans pour les premières expériences, prévues pour 2018. ITER est un réacteur expérimental sur la fusion, en cours de construction à Cadarache (Bouches-du-Rhône). Voici plus d’un demi-siècle que des physiciens annoncent la maîtrise imminente de cette énergie...

A lire : le dossier Sortir du nucléaire : "ITER, un soleil artificiel à portée de main ?" pour tout savoir sur les mythes et réalités de la recherche sur la fusion nucléaire. Consultable sur :
www.sortirdunucleaire.org/lesdossiers
ou à commander sur notre boutique en ligne : http://boutique.sortirdunucleaire.org


Budget militaire 2010 : 3,55 milliards d’euros pour l’atome

En novembre 2009, les parlementaires français ont adopté un budget militaire pour l’année 2010 qui consacre 21 % des dépenses d’équipement pour l’arme nucléaire, soit 3,55 milliards d’euros. Alors que les nouveaux missiles M51 sont tout juste en cours de déploiement, une ligne budgétaire alloue déjà des financements pour la recherche sur le "Futur moyen océanique de dissuasion", destiné à les remplacer !


Le nucléaire, une énergie du passé selon l’IRENA

La nouvelle agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) a pris position contre le développement du nucléaire lors de la semaine pour le Climat, en septembre 2009 à New York. Selon sa directrice, l’idée d’inclure le nucléaire parmi les solutions de lutte contre le réchauffement climatique serait un "retour en arrière". "Le mécanisme de développement propre ne s’appelle pas "propre" sans raison. Seule une énergie renouvelable à 100 % est propre. (...) De nombreux exemples à travers le monde démontre que l’utilisation des énergies renouvelables devient une réalité. (...). Nous ne devons pas confier notre avenir énergétique aux énergies du passé."
"Le nucléaire vit surtout grâce aux subventions publiques"

Extrait de l’interview de Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie et ancien patron de la banque mondiale : "La prolifération, pire externalité du nucléaire" parue dans Libération du 15/09/2009

"Que pensez-vous du nucléaire comme option pour lutter contre le changement climatique ?
Je pense que le risque de prolifération nucléaire est l’une des pires externalités qui soit pour cette énergie. Selon ce que je sais, jusqu’à présent le nucléaire vit surtout grâce aux subventions publiques, ce qui est totalement anti-économique. A cet égard, la France est un cas d’école. Mais même aux Etats-Unis, c’est au gouvernement fédéral de garantir les prêts faits à l’industrie, d’aider les assureurs à couvrir les risques d’accident, de financer les solutions pour le retraitement des déchets..., il existe 1001 façons de subventionner le nucléaire. Tout cela pour une énergie dont les bénéfices environnementaux, surtout en matière d’émissions de gaz à effet de serre, ne sont pas si évidents que ce que l’on veut bien nous faire croire. Pour construire des centrales, il faut beaucoup de béton, or sa fabrication est l’une des plus émettrices qui soit. L’extraction de l’uranium, son transport et sa transformation sont également générateurs de CO2. Tout comme la gestion des déchets... D’après moi, l’empreinte carbone de l’énergie nucléaire n’est pas si avantageuse que cela. Au vu des problèmes que pose l’industrie nucléaire, je pense qu’il faut se tourner, d’abord et avant tout, vers les énergies renouvelables."

Nicolas Hulot : "Le nucléaire ne peut résoudre le problème énergétique"

"Je n’ai pas la même notion de la propreté que ceux qui considèrent que le nucléaire est une énergie propre. Le nucléaire ne peut résoudre le problème énergétique de la planète et ce, tant qu’il y aura des déchets et des risques liés à la production. La priorité pour moi, c’est de réduire notre consommation énergétique (…), développer massivement les énergies alternatives et réduire la part du nucléaire dans notre production totale. Grâce au soleil, nous recevons, chaque jour, huit mille fois nos besoins en énergie. Il suffirait d’en capter une infime partie pour couvrir nos besoins."
Interview donnée aux lecteurs du journal Métro, le 5 octobre 2009, à l’occasion de la sortie de son film Le Syndrome du Titanic.

"J’ai vu des sabotages extrêmement graves dans des centrales nucléaires"

Extraits de l’interview de Christophe Dejours, psychanalyste, parue dans Le Monde du 16/09/09 : "Si on ne repense pas le travail, il faut s’attendre à pire que des suicides". Propos recueillis par Gaïdz Minassian.

Une personne peut en cas de détresse se suicider mais aussi retourner son arme contre ses collègues, sa hiérarchie ou saboter gravement l’entreprise ? Est-ce déjà arrivé ?

Des tentatives de meurtres ont déjà été enregistrées. J’ai vu un gars armé tenir en joue tout l’état-major de l’entreprise pendant une matinée. J’ai vu aussi des sabotages extrêmement graves, notamment dans des centrales nucléaires.

Ces cas sont-ils récents ?

On a arrêté des sabotages au dernier moment. Mais je ne peux pas vous en dire plus, je suis sous le sceau du secret. Souvenez-vous de ce cas connu à la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritine), où une personne a cassé la 1ère tranche, puis la 2e tranche, puis la 3e tranche en une heure et demie. Il a failli détruire tout le centre de production nucléaire, alors qu’il y a des maîtres-chiens, des contrôles. Comment a-t-il fait ? Si ce n’est au moins avec la passivité des copains. Dans une autre centrale, le gars voulait découpler la centrale du réseau. S’il y était parvenu, la centrale aurait sauté. Ce sont des membres de la CGT qui lui ont "cassé la gueule" pour l’arrêter.

Deux petits chimistes allemands flanquent une frousse atomique

Ils ont 6 ans, et, à eux deux, ils ont fait trembler toute une ville. En jouant à construire une centrale nucléaire en miniature, deux enfants ont provoqué la panique dans la petite ville allemande d’Oelde, dans l’ouest du pays. A l’aide d’un vieux boîtier d’ordinateur, ils ont figuré le réacteur de leur centrale et ont collé sur le côté un panneau avec le symbole de la radioactivité, imprimé sur Internet. Un passant, tombé sur l’objet abandonné par les enfants, a donné l’alerte. Aussitôt, les pompiers ont établi un périmètre de sécurité autour de la zone et la radio locale a appelé les habitants à rester confinés chez eux. Ce sont finalement les parents, reconnaissant l’œuvre de leur progéniture, qui ont rassuré les autorités.

Source : Libération du 24 juin 2009

EDF : Facture salée pour Sarkozy

Nicolas Sarkozy a beau vanter l’industrie nucléaire à travers le monde comme le fleuron de la technologie française, il n’en oublie pas moins de régler ses factures d’électricité. Pour la première fois depuis le XXVIIIe siècle, la Cour des Comptes a pu étudier en 2008 les dépenses présidentielles. Leur enquête a révélé qu’en 2008, EDF a facturé à l’Elysée 2 580 € de pénalités pour retard de paiement, qui ont bien sûr été payés par les contribuables.

Source : Cour des comptes

Allemagne : panne de 7 réacteurs nucléaires

Pendant le mois de juilet, 7 des 17 réacteurs nucléaires allemand ont été arrêtés sans occasionner aucune pénurie d’électricité. Ces arrêts étaient dûs à une série de pannes.
7, c’est justement le nombre de réacteurs nucléaires qui devraient être définitivement arrêtés au cours de la prochaine législature si l’accord contesté de sortie du nucléaire signé en 2000 est respecté.

Source : Courrierinternational.com 28/07/2009

Fermer 7 centrales nucléaires allemandes, c’est possible dès aujourd’hui

Hambourg - Des recherches de Greenpeace démontrent que les 7 centrales nucléaires les plus anciennes d’Allemagne peuvent tout de suite être mises à l’arrêt sans la moindre répercussion sur l’alimentation en électricité de l’industrie et des ménages. La part de ces centrales dans la production allemande est en diminution depuis 2001. Désormais, la production d’électricité procurée par le vent, le soleil et l’eau a tant augmenté que ponctuellement, elle ne peut plus être injectée dans le réseau pour cause de surproduction. La Fédération allemande des énergies renouvelables BEE constate elle aussi dans ses pronostics que la sortie du nucléaire peut être compensée sans problème de transition par l’essor des énergies renouvelables.

Source : Energie & Transparence, n°15

ITER revoit son calendrier et double son budget

Le 18 juin 2009, les dirigeants d’ITER ont annoncé un doublement du coût prévisionnel du projet et un retard de deux ans pour les premières expériences, prévues pour 2018. ITER est un réacteur expérimental sur la fusion, en cours de construction à Cadarache (Bouches-du-Rhône). Voici plus d’un demi-siècle que des physiciens annoncent la maîtrise imminente de cette énergie...

A lire : le dossier Sortir du nucléaire : "ITER, un soleil artificiel à portée de main ?" pour tout savoir sur les mythes et réalités de la recherche sur la fusion nucléaire. Consultable sur :
www.sortirdunucleaire.org/lesdossiers
ou à commander sur notre boutique en ligne : http://boutique.sortirdunucleaire.org


Budget militaire 2010 : 3,55 milliards d’euros pour l’atome

En novembre 2009, les parlementaires français ont adopté un budget militaire pour l’année 2010 qui consacre 21 % des dépenses d’équipement pour l’arme nucléaire, soit 3,55 milliards d’euros. Alors que les nouveaux missiles M51 sont tout juste en cours de déploiement, une ligne budgétaire alloue déjà des financements pour la recherche sur le "Futur moyen océanique de dissuasion", destiné à les remplacer !


Le nucléaire, une énergie du passé selon l’IRENA

La nouvelle agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) a pris position contre le développement du nucléaire lors de la semaine pour le Climat, en septembre 2009 à New York. Selon sa directrice, l’idée d’inclure le nucléaire parmi les solutions de lutte contre le réchauffement climatique serait un "retour en arrière". "Le mécanisme de développement propre ne s’appelle pas "propre" sans raison. Seule une énergie renouvelable à 100 % est propre. (...) De nombreux exemples à travers le monde démontre que l’utilisation des énergies renouvelables devient une réalité. (...). Nous ne devons pas confier notre avenir énergétique aux énergies du passé."
"Le nucléaire vit surtout grâce aux subventions publiques"

Extrait de l’interview de Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie et ancien patron de la banque mondiale : "La prolifération, pire externalité du nucléaire" parue dans Libération du 15/09/2009

"Que pensez-vous du nucléaire comme option pour lutter contre le changement climatique ?
Je pense que le risque de prolifération nucléaire est l’une des pires externalités qui soit pour cette énergie. Selon ce que je sais, jusqu’à présent le nucléaire vit surtout grâce aux subventions publiques, ce qui est totalement anti-économique. A cet égard, la France est un cas d’école. Mais même aux Etats-Unis, c’est au gouvernement fédéral de garantir les prêts faits à l’industrie, d’aider les assureurs à couvrir les risques d’accident, de financer les solutions pour le retraitement des déchets..., il existe 1001 façons de subventionner le nucléaire. Tout cela pour une énergie dont les bénéfices environnementaux, surtout en matière d’émissions de gaz à effet de serre, ne sont pas si évidents que ce que l’on veut bien nous faire croire. Pour construire des centrales, il faut beaucoup de béton, or sa fabrication est l’une des plus émettrices qui soit. L’extraction de l’uranium, son transport et sa transformation sont également générateurs de CO2. Tout comme la gestion des déchets... D’après moi, l’empreinte carbone de l’énergie nucléaire n’est pas si avantageuse que cela. Au vu des problèmes que pose l’industrie nucléaire, je pense qu’il faut se tourner, d’abord et avant tout, vers les énergies renouvelables."

Nicolas Hulot : "Le nucléaire ne peut résoudre le problème énergétique"

"Je n’ai pas la même notion de la propreté que ceux qui considèrent que le nucléaire est une énergie propre. Le nucléaire ne peut résoudre le problème énergétique de la planète et ce, tant qu’il y aura des déchets et des risques liés à la production. La priorité pour moi, c’est de réduire notre consommation énergétique (…), développer massivement les énergies alternatives et réduire la part du nucléaire dans notre production totale. Grâce au soleil, nous recevons, chaque jour, huit mille fois nos besoins en énergie. Il suffirait d’en capter une infime partie pour couvrir nos besoins."
Interview donnée aux lecteurs du journal Métro, le 5 octobre 2009, à l’occasion de la sortie de son film Le Syndrome du Titanic.

"J’ai vu des sabotages extrêmement graves dans des centrales nucléaires"

Extraits de l’interview de Christophe Dejours, psychanalyste, parue dans Le Monde du 16/09/09 : "Si on ne repense pas le travail, il faut s’attendre à pire que des suicides". Propos recueillis par Gaïdz Minassian.

Une personne peut en cas de détresse se suicider mais aussi retourner son arme contre ses collègues, sa hiérarchie ou saboter gravement l’entreprise ? Est-ce déjà arrivé ?

Des tentatives de meurtres ont déjà été enregistrées. J’ai vu un gars armé tenir en joue tout l’état-major de l’entreprise pendant une matinée. J’ai vu aussi des sabotages extrêmement graves, notamment dans des centrales nucléaires.

Ces cas sont-ils récents ?

On a arrêté des sabotages au dernier moment. Mais je ne peux pas vous en dire plus, je suis sous le sceau du secret. Souvenez-vous de ce cas connu à la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritine), où une personne a cassé la 1ère tranche, puis la 2e tranche, puis la 3e tranche en une heure et demie. Il a failli détruire tout le centre de production nucléaire, alors qu’il y a des maîtres-chiens, des contrôles. Comment a-t-il fait ? Si ce n’est au moins avec la passivité des copains. Dans une autre centrale, le gars voulait découpler la centrale du réseau. S’il y était parvenu, la centrale aurait sauté. Ce sont des membres de la CGT qui lui ont "cassé la gueule" pour l’arrêter.