Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fessenheim peut et doit être fermée maintenant !

Actualités

Lettre ouverte aux 13 élus demandant le report de l’arrêt de la centrale de Fessenheim à l’horizon 2021

9 février 2018 |




Lettre ouverte des associations :

 CSFR ‐ Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin
 Stop Transports
 Halte au Nucléaire
 Stop Fessenheim
 Collectif Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim
 Alsace Nature

PDF - 169.9 ko
Télécharger la lettre


Mesdames Brigitte Klinkert et Catherine Troendle, Messieurs Jean‐Marie Bockel, Claude Brender, Jacques Cattin, René Danesi, Michel Habig, Gérard Hug, Fabian Jordan, Gilbert Meyer, Jean Rottner, Raphaël Schellenberger, Eric Straumann

Dans la lettre ouverte adressée ce 6 février à Monsieur Sébastien Lecornu, vous demandez de ne "pas procéder à la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim avant [..] juillet 2021 [..] et avril 2023".

Vous prenez pour argument la sûreté de l’EPR et les autorisations d’exploiter pour dix ans délivrées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire en 2011 (réacteur 1) et 2013 (réacteur 2). Mais vous semblez oublier que la même Autorité de Sûreté Nucléaire a exigé la mise à l’arrêt du réacteur n°2 depuis le 13 juin 2016 en raison d’irrégularités de fabrication et de falsifications mettant en cause "le vieillissement et les propriétés mécaniques" de l’un des générateurs de vapeur de ce réacteur. Vous envisageriez donc sans broncher le fonctionnement d’une centrale dont la sûreté n’est plus avérée ? Dans votre lettre, vous semblez n’accorder plus aucune importance à l’utilité de cette centrale pour l’approvisionnement de l’Alsace. Il s’agissait pourtant de votre cheval de bataille favori durant ces dernières années... Nous ne pouvons que vous comprendre, lorsque l’on mesure que l’année 2017 a été la pire depuis le démarrage des réacteurs en 1977 et 1978 : 5700 GWh produits, et pourtant une trentaine d’incidents rapportés par la centrale. Vous envisageriez donc avec sérénité la présence sur notre sol d’une structure nucléaire inutile, dangereuse pour notre environnement, tant humain que naturel ?

Représentantes et représentants des électeurs, vous êtes censés faire les lois, et êtes aussi garants de leur respect. Auriez‐vous oublié la loi de Transition Energétique de 2015 (que certains d’entre vous ont votée) qui limite la capacité de production nucléaire dans notre pays ? Faites‐vous peu de cas du décret du 8 avril 2017 qui abroge l’autorisation d’exploiter la centrale de Fessenheim avec effet au premier jour de l’EPR ? A n’en pas douter, vous avez une étrange conception de la continuité de l’Etat...

Il y a quelques années, ce sont soixante –dix communes d’Alsace –représentant plus de 600 000 habitants – qui ont pris des motions exigeant l’arrêt définitif de la centrale de Fessenheim. Ce sont 422 élus alsaciens de tous bords qui ont signé une pétition avec la même exigence. Il est triste de voir que treize élus ont perdu toute idée du respect de l’engagement.

Dans votre lettre, vous invoquez le délai nécessaire à "définir collectivement et sereinement les projets et dispositifs nécessaires au maintien d’une ambition industrielle en Alsace [...]". Oubliez‐vous la nomination dès 2012 de Monsieur Rol‐ Tanguy, puis de Monsieur Malerba comme "délégué[s] interministériel[s] à la fermeture de la centrale nucléaire et à la reconversion du site de Fessenheim". Lors des visites en Alsace de ces délégués, qu’avez‐vous fait pour l’ambition industrielle de l’Alsace que vous revendiquez aujourd’hui ? Vous n’avez rien proposé, rien demandé, refusant toute discussion. Et vous vous en vantiez, "sereinement"...

Aujourd’hui, alors que douze des treize signataires de votre lettre siègent (et à quel titre ?) au sein du Comité de Pilotage installé par Monsieur Lecornu, votre première initiative est donc de tenter de saboter ce comité avant même qu’il n’ait commencé à travailler ? Belle conception du dialogue et de la démocratie...

Depuis près de quarante ans, la centrale de Fessenheim a déversé sans compter une manne financière sur une partie du territoire alsacien. Et ceci quelles que soient les performances en terme de production. Et durant ces quarante ans, vous ne vous êtes visiblement pas préoccupés de l’avenir économique de la région de Fessenheim. Vous n’avez rien fait pour attirer de nouvelles activités pourvoyeuses d’emplois au voisinage du site nucléaire, pourtant parfaitement inoffensif à vous entendre. Vous vous êtes assis sur une rente financière, pensant qu’elle allait durer toujours, au moins durant le temps de votre mandat. Vous ne pouviez ignorer que la centrale ne serait pas éternelle... Nous voudrions vous rappeler la phrase d’Emile de Girardin : "Gouverner, c’est prévoir". Il serait bon que vous l’appreniez par cœur, cela pourrait bien vous resservir...

Mesdames et Messieurs les treize élus, par votre lettre vous incarnez une certaine classe politique toute entière tournée vers le passé, vous montrez votre incapacité d’être acteur de l’avenir de l’Alsace, vous ne pensez visiblement qu’à prolonger un état d’aveuglement et d’assistanat béat sans vous interroger sur l’image que vous donnez de notre région.

Mesdames et Messieurs les treize élus, vous ne faites pas honneur à votre mandat. Vous ne faites pas honneur à l’Alsace.

Sans attendre aucun retour de votre part, nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs les élus, en l’expression de notre engagement pour une Alsace tournée vers un avenir sans nucléaire.

Pour les Associations

Jean‐Marie Brom (06 08 98 79 40)

P.S. Si d’aventure, poussés par votre engagement, vous envisagiez d’occuper la centrale de Fessenheim pour y créer une Zone A Défendre, permettez‐nous de vous rappeler que le site présente de "légères" traces de radioactivité...

Jean‐Jacques RETTIG

Président du Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin

Rémi VERDET

Président de l’association Stop Transports Halte au Nucléaire

André HATZ

Président de l’association Stop Fessenheim

Lucien JENNY

Collectif Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim

Jean‐Paul LACOTE

Président de la fédération Alsace Nature – section Haut‐Rhin

Mesdames Brigitte Klinkert et Catherine Troendle, Messieurs Jean‐Marie Bockel, Claude Brender, Jacques Cattin, René Danesi, Michel Habig, Gérard Hug, Fabian Jordan, Gilbert Meyer, Jean Rottner, Raphaël Schellenberger, Eric Straumann

Dans la lettre ouverte adressée ce 6 février à Monsieur Sébastien Lecornu, vous demandez de ne "pas procéder à la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim avant [..] juillet 2021 [..] et avril 2023".

Vous prenez pour argument la sûreté de l’EPR et les autorisations d’exploiter pour dix ans délivrées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire en 2011 (réacteur 1) et 2013 (réacteur 2). Mais vous semblez oublier que la même Autorité de Sûreté Nucléaire a exigé la mise à l’arrêt du réacteur n°2 depuis le 13 juin 2016 en raison d’irrégularités de fabrication et de falsifications mettant en cause "le vieillissement et les propriétés mécaniques" de l’un des générateurs de vapeur de ce réacteur. Vous envisageriez donc sans broncher le fonctionnement d’une centrale dont la sûreté n’est plus avérée ? Dans votre lettre, vous semblez n’accorder plus aucune importance à l’utilité de cette centrale pour l’approvisionnement de l’Alsace. Il s’agissait pourtant de votre cheval de bataille favori durant ces dernières années... Nous ne pouvons que vous comprendre, lorsque l’on mesure que l’année 2017 a été la pire depuis le démarrage des réacteurs en 1977 et 1978 : 5700 GWh produits, et pourtant une trentaine d’incidents rapportés par la centrale. Vous envisageriez donc avec sérénité la présence sur notre sol d’une structure nucléaire inutile, dangereuse pour notre environnement, tant humain que naturel ?

Représentantes et représentants des électeurs, vous êtes censés faire les lois, et êtes aussi garants de leur respect. Auriez‐vous oublié la loi de Transition Energétique de 2015 (que certains d’entre vous ont votée) qui limite la capacité de production nucléaire dans notre pays ? Faites‐vous peu de cas du décret du 8 avril 2017 qui abroge l’autorisation d’exploiter la centrale de Fessenheim avec effet au premier jour de l’EPR ? A n’en pas douter, vous avez une étrange conception de la continuité de l’Etat...

Il y a quelques années, ce sont soixante –dix communes d’Alsace –représentant plus de 600 000 habitants – qui ont pris des motions exigeant l’arrêt définitif de la centrale de Fessenheim. Ce sont 422 élus alsaciens de tous bords qui ont signé une pétition avec la même exigence. Il est triste de voir que treize élus ont perdu toute idée du respect de l’engagement.

Dans votre lettre, vous invoquez le délai nécessaire à "définir collectivement et sereinement les projets et dispositifs nécessaires au maintien d’une ambition industrielle en Alsace [...]". Oubliez‐vous la nomination dès 2012 de Monsieur Rol‐ Tanguy, puis de Monsieur Malerba comme "délégué[s] interministériel[s] à la fermeture de la centrale nucléaire et à la reconversion du site de Fessenheim". Lors des visites en Alsace de ces délégués, qu’avez‐vous fait pour l’ambition industrielle de l’Alsace que vous revendiquez aujourd’hui ? Vous n’avez rien proposé, rien demandé, refusant toute discussion. Et vous vous en vantiez, "sereinement"...

Aujourd’hui, alors que douze des treize signataires de votre lettre siègent (et à quel titre ?) au sein du Comité de Pilotage installé par Monsieur Lecornu, votre première initiative est donc de tenter de saboter ce comité avant même qu’il n’ait commencé à travailler ? Belle conception du dialogue et de la démocratie...

Depuis près de quarante ans, la centrale de Fessenheim a déversé sans compter une manne financière sur une partie du territoire alsacien. Et ceci quelles que soient les performances en terme de production. Et durant ces quarante ans, vous ne vous êtes visiblement pas préoccupés de l’avenir économique de la région de Fessenheim. Vous n’avez rien fait pour attirer de nouvelles activités pourvoyeuses d’emplois au voisinage du site nucléaire, pourtant parfaitement inoffensif à vous entendre. Vous vous êtes assis sur une rente financière, pensant qu’elle allait durer toujours, au moins durant le temps de votre mandat. Vous ne pouviez ignorer que la centrale ne serait pas éternelle... Nous voudrions vous rappeler la phrase d’Emile de Girardin : "Gouverner, c’est prévoir". Il serait bon que vous l’appreniez par cœur, cela pourrait bien vous resservir...

Mesdames et Messieurs les treize élus, par votre lettre vous incarnez une certaine classe politique toute entière tournée vers le passé, vous montrez votre incapacité d’être acteur de l’avenir de l’Alsace, vous ne pensez visiblement qu’à prolonger un état d’aveuglement et d’assistanat béat sans vous interroger sur l’image que vous donnez de notre région.

Mesdames et Messieurs les treize élus, vous ne faites pas honneur à votre mandat. Vous ne faites pas honneur à l’Alsace.

Sans attendre aucun retour de votre part, nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs les élus, en l’expression de notre engagement pour une Alsace tournée vers un avenir sans nucléaire.

Pour les Associations

Jean‐Marie Brom (06 08 98 79 40)

P.S. Si d’aventure, poussés par votre engagement, vous envisagiez d’occuper la centrale de Fessenheim pour y créer une Zone A Défendre, permettez‐nous de vous rappeler que le site présente de "légères" traces de radioactivité...

Jean‐Jacques RETTIG

Président du Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin

Rémi VERDET

Président de l’association Stop Transports Halte au Nucléaire

André HATZ

Président de l’association Stop Fessenheim

Lucien JENNY

Collectif Les Citoyens Vigilants des environs de Fessenheim

Jean‐Paul LACOTE

Président de la fédération Alsace Nature – section Haut‐Rhin

Documents à télécharger

  Télécharger la lettre


MENU
Actualités