Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Congrès et AG 2016

Historique



La décision de tenir ce Congrès a été prise à l’AG des 31 janvier et 1er février 2015 à Dijon, afin de remédier à la crise ouverte en 2010 et de donner suite au chantier de refondation qui en a découlé.

Cette décision a été actée par trois motions de refondation : « Réhabilitation et sortie de crise », « Régionalisation / décentralisation » et « Pour un Congrès du Réseau Sortir du nucléaire ».

Vous pouvez vous reporter au compte-rendu de synthèse de l’AG 2015 pour consulter les décisions des groupes. Les documents préparatoires, les relevés de décisions et la retranscription intégrale des échanges sont publiés sur le site : http://ag.sortirdunucleaire.org/AG-2015.

Dépasser la crise

Fin 2009, une crise ouverte s’est déclarée au sein du Réseau Sortir du nucléaire suite à la signature contestée d’une pétition pour "l’Ultimatum climatique" (qui visait à lutter contre le réchauffement climatique en faisait impasse sur le nucléaire). La crise s’était ensuite exacerbée à l’AG 2010 du Réseau, par la révocation des mandats du conseil d’administration puis le licenciement de Stéphane Lhomme, son porte parole historique. Beaucoup de groupes avaient alors quitté le Réseau, lassés par une guerre intestine qui a laissé de nombreuses séquelles dans le mouvement antinucléaire. Cinq années après ces événements, l’AG qui s’est tenue à Dijon les 31 janvier et 1er février 2015 a souhaité tourner la page et s’inscrire dans une nouvelle perspective.

http://sortirdunucleaire.org/Sortie-de-crise

La refondation

Dans les années qui ont suivi 2010, des réflexions se sont tenues pour travailler sur la refondation du Réseau. Chaque année a amené son lot de propositions, sans pour autant aboutir à des réalisations concrètes. Le chantier s’est accéléré à l’AG 2014 avec l’observation de trois scénarios de refondation (http://ag.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/2014doc07-Propositions-de-la-Commission-de-refondation.pdf) soumis à la réflexion et l’approbation des groupes. Le scénario n°2, "Processus pour une régionalisation expérimentale", qui avait particulièrement retenu l’attention des groupes, n’avait pas pu être adopté faute d’avoir obtenu la majorité qualifiée des 2/3 requise par l’AG. L’idée s’est alors imposée d’organiser un grand Congrès pour poursuivre la réflexion, et « ne pas rester au milieu du gué ».

Un certain nombre de groupes s’est alors investi dans cette perspective, et une trentaine d’entre eux, réunis en pré-congrès en septembre 2014, a ainsi travaillé sur trois motions qui ont été présentées à l’AG 2015 : réhabiliter les exclus de 2010 ; mettre en place un fonctionnement décentralisé et au plus près des groupes de terrain ; tenir prochainement un congrès de toutes les organisations antinucléaires.

Motion « réhabilitation et sortie de crise »

La motion "sortie de crise et réhabilitation", portée par 32 groupes, a été votée à l’AG 2015 avec 76,5 % des suffrages exprimés.

Le nouveau CA, conformément au mandat qui lui a été confié, a signé en mai dernier les protocoles d’accords qui ont mis fin aux procédures judiciaires et prudhommales intentées contre le réseau par trois anciens administrateurs et un salarié. Le CA a ainsi reconnu – sans pour autant juger de la responsabilité des uns et des autres – que la révocation du CA de 2010 et le licenciement du salarié ont été basés sur des accusations créées pour la circonstance, avant et pendant l’AG, et qu’ont ont été utilisées des méthodes (tractations et manœuvres en coulisse) qui n’étaient ni justifiées, ni acceptables.

Motion « régionalisation / décentralisation »

La motion présentée par les mêmes 37 groupes que la motion "Congrès", a été adoptée avec 89,7 % des suffrages. Elle vise à ouvrir la réflexion des groupes sur la régionalisation, associée à un processus de décentralisation, et à faciliter les échanges de contributions - avec la possibilité d’amendements - dans la perspective du congrès.

Elle était ainsi formulée : « Lors de l’AG 2014, la commission refondation a présenté trois scénarios. Celui qui s’est avéré majoritaire proposait une régionalisation associée à un processus de décentralisation. Cette proposition doit être approfondie et rediscutée lors du Congrès du Réseau en 2015 afin de donner plus de représentativité et d’efficacité aux régions et/ou aux bassins de lutte ainsi qu’aux groupes thématiques. »

Motion « pour un Congrès du Réseau "Sortir du nucléaire"

Cette motion, présentée par 37 groupes et soutenue par le CA, a été adoptée à une très grande majorité, avec 94,2 % des suffrages exprimés lors de l’AG 2015.
Elle est ainsi formulée : « L’Assemblée Générale réunie ce jour décide d’organiser courant 2015 un 1er Congrès du Réseau ouvert à tous les groupes et mouvements antinucléaires pour enclencher une nouvelle dynamique dans le Réseau. Ce Congrès définira les bases d’un nouveau fonctionnement : orientation stratégique, statuts, élections du CA, territorialité… Le Conseil d’Administration élu à cette Assemblée Générale aura pour mission l’organisation de ce Congrès conjointement avec tous les groupes volontaires. »
L’objectif du congrès est de réunir au maximum les composantes du mouvement antinucléaire pour définir de nouvelles orientations et un autre fonctionnement au réseau. Un grand travail s’ouvre ainsi à tous les groupes pour s’emparer de l’opportunité historique qui se présente de donner un nouvel élan à la lutte antinucléaire en France.

http://sortirdunucleaire.org/Sortie-de-crise

La décision de tenir ce Congrès a été prise à l’AG des 31 janvier et 1er février 2015 à Dijon, afin de remédier à la crise ouverte en 2010 et de donner suite au chantier de refondation qui en a découlé.

Cette décision a été actée par trois motions de refondation : « Réhabilitation et sortie de crise », « Régionalisation / décentralisation » et « Pour un Congrès du Réseau Sortir du nucléaire ».

Vous pouvez vous reporter au compte-rendu de synthèse de l’AG 2015 pour consulter les décisions des groupes. Les documents préparatoires, les relevés de décisions et la retranscription intégrale des échanges sont publiés sur le site : http://ag.sortirdunucleaire.org/AG-2015.

Dépasser la crise

Fin 2009, une crise ouverte s’est déclarée au sein du Réseau Sortir du nucléaire suite à la signature contestée d’une pétition pour "l’Ultimatum climatique" (qui visait à lutter contre le réchauffement climatique en faisait impasse sur le nucléaire). La crise s’était ensuite exacerbée à l’AG 2010 du Réseau, par la révocation des mandats du conseil d’administration puis le licenciement de Stéphane Lhomme, son porte parole historique. Beaucoup de groupes avaient alors quitté le Réseau, lassés par une guerre intestine qui a laissé de nombreuses séquelles dans le mouvement antinucléaire. Cinq années après ces événements, l’AG qui s’est tenue à Dijon les 31 janvier et 1er février 2015 a souhaité tourner la page et s’inscrire dans une nouvelle perspective.

http://sortirdunucleaire.org/Sortie-de-crise

La refondation

Dans les années qui ont suivi 2010, des réflexions se sont tenues pour travailler sur la refondation du Réseau. Chaque année a amené son lot de propositions, sans pour autant aboutir à des réalisations concrètes. Le chantier s’est accéléré à l’AG 2014 avec l’observation de trois scénarios de refondation (http://ag.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/2014doc07-Propositions-de-la-Commission-de-refondation.pdf) soumis à la réflexion et l’approbation des groupes. Le scénario n°2, "Processus pour une régionalisation expérimentale", qui avait particulièrement retenu l’attention des groupes, n’avait pas pu être adopté faute d’avoir obtenu la majorité qualifiée des 2/3 requise par l’AG. L’idée s’est alors imposée d’organiser un grand Congrès pour poursuivre la réflexion, et « ne pas rester au milieu du gué ».

Un certain nombre de groupes s’est alors investi dans cette perspective, et une trentaine d’entre eux, réunis en pré-congrès en septembre 2014, a ainsi travaillé sur trois motions qui ont été présentées à l’AG 2015 : réhabiliter les exclus de 2010 ; mettre en place un fonctionnement décentralisé et au plus près des groupes de terrain ; tenir prochainement un congrès de toutes les organisations antinucléaires.

Motion « réhabilitation et sortie de crise »

La motion "sortie de crise et réhabilitation", portée par 32 groupes, a été votée à l’AG 2015 avec 76,5 % des suffrages exprimés.

Le nouveau CA, conformément au mandat qui lui a été confié, a signé en mai dernier les protocoles d’accords qui ont mis fin aux procédures judiciaires et prudhommales intentées contre le réseau par trois anciens administrateurs et un salarié. Le CA a ainsi reconnu – sans pour autant juger de la responsabilité des uns et des autres – que la révocation du CA de 2010 et le licenciement du salarié ont été basés sur des accusations créées pour la circonstance, avant et pendant l’AG, et qu’ont ont été utilisées des méthodes (tractations et manœuvres en coulisse) qui n’étaient ni justifiées, ni acceptables.

Motion « régionalisation / décentralisation »

La motion présentée par les mêmes 37 groupes que la motion "Congrès", a été adoptée avec 89,7 % des suffrages. Elle vise à ouvrir la réflexion des groupes sur la régionalisation, associée à un processus de décentralisation, et à faciliter les échanges de contributions - avec la possibilité d’amendements - dans la perspective du congrès.

Elle était ainsi formulée : « Lors de l’AG 2014, la commission refondation a présenté trois scénarios. Celui qui s’est avéré majoritaire proposait une régionalisation associée à un processus de décentralisation. Cette proposition doit être approfondie et rediscutée lors du Congrès du Réseau en 2015 afin de donner plus de représentativité et d’efficacité aux régions et/ou aux bassins de lutte ainsi qu’aux groupes thématiques. »

Motion « pour un Congrès du Réseau "Sortir du nucléaire"

Cette motion, présentée par 37 groupes et soutenue par le CA, a été adoptée à une très grande majorité, avec 94,2 % des suffrages exprimés lors de l’AG 2015.
Elle est ainsi formulée : « L’Assemblée Générale réunie ce jour décide d’organiser courant 2015 un 1er Congrès du Réseau ouvert à tous les groupes et mouvements antinucléaires pour enclencher une nouvelle dynamique dans le Réseau. Ce Congrès définira les bases d’un nouveau fonctionnement : orientation stratégique, statuts, élections du CA, territorialité… Le Conseil d’Administration élu à cette Assemblée Générale aura pour mission l’organisation de ce Congrès conjointement avec tous les groupes volontaires. »
L’objectif du congrès est de réunir au maximum les composantes du mouvement antinucléaire pour définir de nouvelles orientations et un autre fonctionnement au réseau. Un grand travail s’ouvre ainsi à tous les groupes pour s’emparer de l’opportunité historique qui se présente de donner un nouvel élan à la lutte antinucléaire en France.

http://sortirdunucleaire.org/Sortie-de-crise

Documents à télécharger

  Compte-rendu de synthèse de l’AG 2015