Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°32

Septembre 2006

Action

Contre les THT : La Mayenne survoltée

Septembre 2006




Dès le projet de construction du réacteur EPR à Flamanville décidé, avec comme conséquence probable la création d’une nouvelle ligne à très haute tension THT (400 000 Volts) qui balafrerait ce petit département rural, l’opposition s’est développée comme une traînée de poudre… Pourquoi ? Comment ?



Tout d’abord rappelons qu’en 2000, un projet de site d’enfouissement de déchets nucléaires dans le département avait révolté le bocage mayennais. Depuis cette forte mobilisation, conclue par une victoire locale, les initiatives en faveur des énergies renouvelables se sont multipliées, tant par les collectivités que par de simples citoyens !

Si bien, que dès le mois de janvier 2005, lorsque Jean Pierre RAFFARIN et François d’AUBERT (Ministre de la Recherche et maire de Laval) adoubaient le site de Flamanville pour l’EPR, les opposants s’activent. A l’initiative des Verts mayennais et de la COEDRA-Maine (qui regroupent les collectifs anti-enfouissements), plusieurs réunions publiques sont organisées avec Didier ANGER et Pierre LE RUZ, spécialiste de l’électromagnétisme. Ces réunions sont des succès d’affluence, amorcent des réactions, et permettent de dépasser les clivages militants.

Plutôt que de créer un collectif classique, composé d’organisations départementales, il est convenu par tous de continuer à informer et à mobiliser dans toutes les communes concernées en constituant en priorité, là où c’est possible, des associations locales indépendantes contre la THT et l’EPR. C’est un point primordial pour la suite : les opposants s’organisent depuis la base ! Ce sont les habitants, des agriculteurs, des artisans, des néo-ruraux, des élus, qui défendent leur territoire et le "ni ici ni ailleurs".

Les alternatives au projet EPR et les conséquences des phénomènes électromagnétiques sur la santé humaine et sur les animaux sont largement étudiées et débattues passionnément. Les premières associations locales se créent fin juin 2005 et début juillet. Puis, à la rentrée, c’est un vrai raz de marée, par capillarité, toujours à partir d’un ou plusieurs habitants sollicités par un membre d’une association existante. Dans quelques communes, ce sont des associations environnementales locales déjà existantes qui prennent en charge tout naturellement la sensibilisation.

Au total, plus d’une centaine de réunions d’informations ont été organisées, à l’intérieur des fuseaux retenus pour la nouvelle ligne THT et aussi parfois au-delà.

Les associations se sont retrouvées pendant plusieurs mois en collectif informel pour coordonner leur action (un autocollant, un diaporama, une lettre aux Maires, …), décider leur participation conflictuelle aux débats publics officiels sur la THT et l’EPR, soutenir le développement des énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie. Ensuite seulement, en octobre, le collectif Mayenne surVOLTée a été statutairement créé avec trois co-Présidents. Ce collectif regroupe aujourd’hui 32 associations différentes…

Les débats publics officiels ont permis de montrer l’opposition massive de la population (plus de 800 présents actifs à Laval tant sur la THT que sur l’EPR) et de populariser assez facilement nos arguments contre les représentants d’EDF et de RTE. Cela a permis d’élargir à d’autres mouvements (conseil régional Pays de Loire, UD-CFDT, PS 53) voire à certains peu attendus sur ces questions (FDSEA !).

Certes, chacun s’en doutait, le gouvernement n’a tenu aucun compte du refus des populations à ses projets mais les débats publics, tout comme les actions du collectif, ont légitimé les opposants. Actuellement, plus de trente communes du Nord-ouest mayennais ont pris officiellement position contre ! Ce qui, de fait, entraîne la position des conseillers généraux du secteur…

Fort de cet ancrage local, Mayenne surVOLTée exige maintenant une prise de position du Conseil Général, présidé par un UDF. En vain jusqu’à présent, mais plus de 2 500 personnes ont détruit un pylône symbolique à Laval le 28 juin dernier, et sont prêtes à recommencer.

Une coordination interrégionale contre la THT vient de se mettre en place avec des collectifs départementaux d’Ille et Vilaine et de la Manche, des associations de l’Orne et du Calvados. Plusieurs initiatives sont en préparation… Le combat est très loin d’être fini : la politique énergétique est devenu un des enjeux des élections de 2007, et de 2008. L’EPR et sa ligne THT peuvent toujours être stoppés.

Michel Perrier
Contact

Mayenne surVOLTée

Mairie

53580 St Hilaire du Maine

Site web : http://www.mayennesurvoltee.com

Le groupe local

“Sortir du Nucléaire” intervient et se renforce régulièrement.

Contact :

Jean Yves Rossignol

tel : 02 43 02 12 20

jean-yves.rossignol@club-internet.fr

Tout d’abord rappelons qu’en 2000, un projet de site d’enfouissement de déchets nucléaires dans le département avait révolté le bocage mayennais. Depuis cette forte mobilisation, conclue par une victoire locale, les initiatives en faveur des énergies renouvelables se sont multipliées, tant par les collectivités que par de simples citoyens !

Si bien, que dès le mois de janvier 2005, lorsque Jean Pierre RAFFARIN et François d’AUBERT (Ministre de la Recherche et maire de Laval) adoubaient le site de Flamanville pour l’EPR, les opposants s’activent. A l’initiative des Verts mayennais et de la COEDRA-Maine (qui regroupent les collectifs anti-enfouissements), plusieurs réunions publiques sont organisées avec Didier ANGER et Pierre LE RUZ, spécialiste de l’électromagnétisme. Ces réunions sont des succès d’affluence, amorcent des réactions, et permettent de dépasser les clivages militants.

Plutôt que de créer un collectif classique, composé d’organisations départementales, il est convenu par tous de continuer à informer et à mobiliser dans toutes les communes concernées en constituant en priorité, là où c’est possible, des associations locales indépendantes contre la THT et l’EPR. C’est un point primordial pour la suite : les opposants s’organisent depuis la base ! Ce sont les habitants, des agriculteurs, des artisans, des néo-ruraux, des élus, qui défendent leur territoire et le "ni ici ni ailleurs".

Les alternatives au projet EPR et les conséquences des phénomènes électromagnétiques sur la santé humaine et sur les animaux sont largement étudiées et débattues passionnément. Les premières associations locales se créent fin juin 2005 et début juillet. Puis, à la rentrée, c’est un vrai raz de marée, par capillarité, toujours à partir d’un ou plusieurs habitants sollicités par un membre d’une association existante. Dans quelques communes, ce sont des associations environnementales locales déjà existantes qui prennent en charge tout naturellement la sensibilisation.

Au total, plus d’une centaine de réunions d’informations ont été organisées, à l’intérieur des fuseaux retenus pour la nouvelle ligne THT et aussi parfois au-delà.

Les associations se sont retrouvées pendant plusieurs mois en collectif informel pour coordonner leur action (un autocollant, un diaporama, une lettre aux Maires, …), décider leur participation conflictuelle aux débats publics officiels sur la THT et l’EPR, soutenir le développement des énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie. Ensuite seulement, en octobre, le collectif Mayenne surVOLTée a été statutairement créé avec trois co-Présidents. Ce collectif regroupe aujourd’hui 32 associations différentes…

Les débats publics officiels ont permis de montrer l’opposition massive de la population (plus de 800 présents actifs à Laval tant sur la THT que sur l’EPR) et de populariser assez facilement nos arguments contre les représentants d’EDF et de RTE. Cela a permis d’élargir à d’autres mouvements (conseil régional Pays de Loire, UD-CFDT, PS 53) voire à certains peu attendus sur ces questions (FDSEA !).

Certes, chacun s’en doutait, le gouvernement n’a tenu aucun compte du refus des populations à ses projets mais les débats publics, tout comme les actions du collectif, ont légitimé les opposants. Actuellement, plus de trente communes du Nord-ouest mayennais ont pris officiellement position contre ! Ce qui, de fait, entraîne la position des conseillers généraux du secteur…

Fort de cet ancrage local, Mayenne surVOLTée exige maintenant une prise de position du Conseil Général, présidé par un UDF. En vain jusqu’à présent, mais plus de 2 500 personnes ont détruit un pylône symbolique à Laval le 28 juin dernier, et sont prêtes à recommencer.

Une coordination interrégionale contre la THT vient de se mettre en place avec des collectifs départementaux d’Ille et Vilaine et de la Manche, des associations de l’Orne et du Calvados. Plusieurs initiatives sont en préparation… Le combat est très loin d’être fini : la politique énergétique est devenu un des enjeux des élections de 2007, et de 2008. L’EPR et sa ligne THT peuvent toujours être stoppés.

Michel Perrier
Contact

Mayenne surVOLTée

Mairie

53580 St Hilaire du Maine

Site web : http://www.mayennesurvoltee.com

Le groupe local

“Sortir du Nucléaire” intervient et se renforce régulièrement.

Contact :

Jean Yves Rossignol

tel : 02 43 02 12 20

jean-yves.rossignol@club-internet.fr


MENU

Thèmes
EPR THT