Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fessenheim peut et doit être fermée maintenant !

Arrêt de Fessenheim reporté en 2018 : le gouvernement se fout du monde et s’assoit sur la sécurité !

8 septembre 2015 |




Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce fermement le reniement du gouvernement français, qui vient d’annoncer par la voix de Ségolène Royal un report à 2018 - soit après les prochaines élections présidentielles ! - de la fermeture de Fessenheim, en raison du retard de l’EPR de Flamanville.



Conditionner l’arrêt de Fessenheim à la mise en service de l’EPR de Flamanville est malhonnête et irresponsable. Considérer qu’il faut attendre la mise en service d’un réacteur pour en fermer un autre constitue une inversion totale de la logique du plafonnement de la puissance nucléaire installée. S’il faut attendre 2018 pour fermer Fessenheim, comment le gouvernement compte-t-il réaliser la baisse de la part du nucléaire à l’échéance 2025 à laquelle il s’était engagée ?

Ce report revient à bafouer la promesse électorale d’une fermeture sans délais de Fessenheim. Or cet engagement n’avait rien à voir avec des considérations de transition énergétique mais était lié à la dangerosité de la centrale. Comme le Réseau “Sortir du nucléaire“ et plusieurs associations alsaciennes l’ont rappelé en juillet dans une lettre adressée à François Hollande, Fessenheim est vieille, située en zone sismique et en contrebas du grand canal d’Alsace. C’est dès maintenant qu’elle doit fermer, et ce pour des raisons de sécurité. Avec ce report, le gouvernement cherche à se dédouaner et ne fait qu’afficher son manque de courage politique.

Voir notre communiqué sur le report de la mise en service de l’EPR de Flamanville : http://www.sortirdunucleaire.org/Le-fiasco-de-Flamanville-ne-doit-pas-prolonger-la

Conditionner l’arrêt de Fessenheim à la mise en service de l’EPR de Flamanville est malhonnête et irresponsable. Considérer qu’il faut attendre la mise en service d’un réacteur pour en fermer un autre constitue une inversion totale de la logique du plafonnement de la puissance nucléaire installée. S’il faut attendre 2018 pour fermer Fessenheim, comment le gouvernement compte-t-il réaliser la baisse de la part du nucléaire à l’échéance 2025 à laquelle il s’était engagée ?

Ce report revient à bafouer la promesse électorale d’une fermeture sans délais de Fessenheim. Or cet engagement n’avait rien à voir avec des considérations de transition énergétique mais était lié à la dangerosité de la centrale. Comme le Réseau “Sortir du nucléaire“ et plusieurs associations alsaciennes l’ont rappelé en juillet dans une lettre adressée à François Hollande, Fessenheim est vieille, située en zone sismique et en contrebas du grand canal d’Alsace. C’est dès maintenant qu’elle doit fermer, et ce pour des raisons de sécurité. Avec ce report, le gouvernement cherche à se dédouaner et ne fait qu’afficher son manque de courage politique.

Voir notre communiqué sur le report de la mise en service de l’EPR de Flamanville : http://www.sortirdunucleaire.org/Le-fiasco-de-Flamanville-ne-doit-pas-prolonger-la



Thèmes
Fessenheim