Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande l’arrêt immédiat du projet CIGEO et la démission de la CPDP

Communiqué du 21 novembre 2013



Révélations embarrassantes, graves lacunes, départ d’intervenants : le « débat public » en cours depuis le 15 mai sur CIGEO, le projet d’enfouissement en profondeur des déchets radioactifs, va d’échec en échec ! La Commission Particulière du Débat Public ne sait plus que faire pour garder la face et repêcher ce débat sur un projet calamiteux, que l’État défend coûte que coûte. Dernièrement, les travaux d’un cabinet indépendant ont mis en lumière les manipulations de l’Agence pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), prête à cacher des données cruciales pour imposer CIGEO. Dans ces conditions, il est urgent de tout remettre à plat et d’abandonner immédiatement CIGEO. Face aux mensonges qui entachent le dossier, la CPDP ne doit-elle pas démissionner ?



La CPDP reconnaît l’échec de son « débat »

Depuis l’annulation, face à la mobilisation locale, de la quinzaine de réunions publiques prévues, le « débat » se poursuit sur internet. Toutefois, dans des courriers envoyés à de nombreux représentants d’associations, la Commission reconnaît elle-même l’échec de la tentative de « concertation », l’ « absence d’avis de la plupart des associations nationales mais aussi [d]es collectifs locaux » constituant « un biais très important dans le débat ». Avant de déplorer l’absence de participation – et non d’avis, ceux-ci ayant été déjà exprimées de nombreuses fois ! – de ces associations et collectifs, la CPDP aurait pu se demander quelle en est la raison ! Approché pour participer à des discussions sur les conditions du débat CIGEO, le Réseau “Sortir du nucléaire“ a décliné l’invitation, conformément à sa position de boycott légitimée par le caractère absurde d’un débat sur un projet qu’il n’est pas possible de remettre en question.

Un projet non chiffré que la CNDP aurait dû refuser de mettre en débat

Lors du « débat contradictoire » en ligne du 13 novembre sur le coût de CIGEO, le représentant de l’Andra comme celui de l’État se sont disqualifiés : ils n’ont annoncé que le coût de 16,5 milliards estimé en 2005, alors que l’Andra elle-même l’a réévalué à 36 milliards en 2009. Comble du cynisme, ils ont renvoyé à 2014 pour pouvoir donner un chiffre précis.

Ignorance ou peur de dévoiler l’escalade des coûts du projet ? L’Andra n’a même pas évoqué le projet de loi de finance rectificatif 2013, qui prévoit, pour le simple financement des « études nécessaires à la conception » [1] , une contribution de 110 millions d’euros en 2014, destinée à se poursuivre pendant 7 ans (soit près d’un milliard en tout !).

Devant l’absence de données sur les coûts, par honnêteté intellectuelle, l’économiste Benjamin Dessus a quitté la session de débat à laquelle il était invité. La CNDP, elle, aurait dû tout simplement refuser d’organiser un débat sur un projet non chiffré !

L’ANDRA a menti sur la géothermie de Bure, le projet doit être annulé !

Les travaux de géologues indépendants ont montré que l’Andra avait occulté le potentiel géothermique de la région de Bure. L’étude dévoilée par le cabinet suisse indépendant Géowatt lors de la réunion du CLIS de Bure du 4 novembre 2013 confirme l’existence d’une ressource géothermique exploitable. Or l’installation d’un stockage nucléaire souterrain est soumis à des règles préalables et strictes : pas de ressources exploitables, ni de potentiel géothermique à l’aplomb du site, selon le guide de Sûreté 2008 de l’Autorité de Sûreté Nucléaire ! Par ailleurs, si l’ANDRA a menti sur le potentiel géothermique, elle pourra le faire à nouveau sur la gestion des déchets et cacher des informations majeures à la population.

À trois semaines de la clôture du débat, la CPDP doit tirer la leçon de son échec et se devrait de démissionner.

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", il ne pourra y avoir de débat serein sur le nucléaire et la question des déchets tant qu’un débat truqué sur CIGEO est toujours en cours. Le Réseau "Sortir du nucléaire" exige l’arrêt du projet Cigeo. Mettre la question des déchets nucléaires sur la table, d’accord ; mais pas tant que l’enfouissement des plus dangereux reste à l’ordre du jour (que ce soit à Bure ou ailleurs), et pas tant qu’on n’aura pas arrêté d’en produire...

Contacts presse :

Corinne François, Coordination Bure-Stop 06 86 74 85 11

Claude Kaiser, Coordination Bure-Stop 06 22 05 09 24

François Mativet, administrateur du Réseau "Sortir du nucléaire" 06 03 92 20 13

Chargée de communication :
Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Ci-dessous, le projet de loi de Finance :

PDF - 4.7 Mo

En savoir plus sur les mensonges de l’ANDRA et la plainte en justice en cours :
http://www.sortirdunucleaire.org/La-ressource-geothermique-sous
http://www.sortirdunucleaire.org/article28661


Notes

[1Voir ci-dessous le Projet de Loi de Finance Rectificatif, article 25, p.89

La CPDP reconnaît l’échec de son « débat »

Depuis l’annulation, face à la mobilisation locale, de la quinzaine de réunions publiques prévues, le « débat » se poursuit sur internet. Toutefois, dans des courriers envoyés à de nombreux représentants d’associations, la Commission reconnaît elle-même l’échec de la tentative de « concertation », l’ « absence d’avis de la plupart des associations nationales mais aussi [d]es collectifs locaux » constituant « un biais très important dans le débat ». Avant de déplorer l’absence de participation – et non d’avis, ceux-ci ayant été déjà exprimées de nombreuses fois ! – de ces associations et collectifs, la CPDP aurait pu se demander quelle en est la raison ! Approché pour participer à des discussions sur les conditions du débat CIGEO, le Réseau “Sortir du nucléaire“ a décliné l’invitation, conformément à sa position de boycott légitimée par le caractère absurde d’un débat sur un projet qu’il n’est pas possible de remettre en question.

Un projet non chiffré que la CNDP aurait dû refuser de mettre en débat

Lors du « débat contradictoire » en ligne du 13 novembre sur le coût de CIGEO, le représentant de l’Andra comme celui de l’État se sont disqualifiés : ils n’ont annoncé que le coût de 16,5 milliards estimé en 2005, alors que l’Andra elle-même l’a réévalué à 36 milliards en 2009. Comble du cynisme, ils ont renvoyé à 2014 pour pouvoir donner un chiffre précis.

Ignorance ou peur de dévoiler l’escalade des coûts du projet ? L’Andra n’a même pas évoqué le projet de loi de finance rectificatif 2013, qui prévoit, pour le simple financement des « études nécessaires à la conception » [1] , une contribution de 110 millions d’euros en 2014, destinée à se poursuivre pendant 7 ans (soit près d’un milliard en tout !).

Devant l’absence de données sur les coûts, par honnêteté intellectuelle, l’économiste Benjamin Dessus a quitté la session de débat à laquelle il était invité. La CNDP, elle, aurait dû tout simplement refuser d’organiser un débat sur un projet non chiffré !

L’ANDRA a menti sur la géothermie de Bure, le projet doit être annulé !

Les travaux de géologues indépendants ont montré que l’Andra avait occulté le potentiel géothermique de la région de Bure. L’étude dévoilée par le cabinet suisse indépendant Géowatt lors de la réunion du CLIS de Bure du 4 novembre 2013 confirme l’existence d’une ressource géothermique exploitable. Or l’installation d’un stockage nucléaire souterrain est soumis à des règles préalables et strictes : pas de ressources exploitables, ni de potentiel géothermique à l’aplomb du site, selon le guide de Sûreté 2008 de l’Autorité de Sûreté Nucléaire ! Par ailleurs, si l’ANDRA a menti sur le potentiel géothermique, elle pourra le faire à nouveau sur la gestion des déchets et cacher des informations majeures à la population.

À trois semaines de la clôture du débat, la CPDP doit tirer la leçon de son échec et se devrait de démissionner.

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", il ne pourra y avoir de débat serein sur le nucléaire et la question des déchets tant qu’un débat truqué sur CIGEO est toujours en cours. Le Réseau "Sortir du nucléaire" exige l’arrêt du projet Cigeo. Mettre la question des déchets nucléaires sur la table, d’accord ; mais pas tant que l’enfouissement des plus dangereux reste à l’ordre du jour (que ce soit à Bure ou ailleurs), et pas tant qu’on n’aura pas arrêté d’en produire...

Contacts presse :

Corinne François, Coordination Bure-Stop 06 86 74 85 11

Claude Kaiser, Coordination Bure-Stop 06 22 05 09 24

François Mativet, administrateur du Réseau "Sortir du nucléaire" 06 03 92 20 13

Chargée de communication :
Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Ci-dessous, le projet de loi de Finance :

PDF - 4.7 Mo

En savoir plus sur les mensonges de l’ANDRA et la plainte en justice en cours :
http://www.sortirdunucleaire.org/La-ressource-geothermique-sous
http://www.sortirdunucleaire.org/article28661





Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Pétition : ne validez pas la
cuve défectueuse de l’EPR !





Thèmes
Déchets radioactifs Bure