Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°43

Eté 2009

En bref

Vite, des Infos !

Eté 2009




À Flamanville, la CGT ne veut plus laver les bleus en famille

Depuis, plusieurs mois, les délégués CGT demandent qu’EDF-Flamanville assure le nettoyage des bleus de travail souillés par des produits CMR. “C” comme cancérigène, “M” comme mutagène et “R” comme reprotoxique. Traditionnellement, les agents EDF les ramènent à la maison pour les laver. Sauf qu’un certain nombre de produits utilisés pour le fonctionnement et l’entretien des deux tranches de la centrale qui ne l’étaient pas au moment de la mise en service sont désormais inscrits sur la liste des produits CMR. Un agent témoigne : “Nous utilisons en fait sur le site 229 produits chimiques divers : 13 sont sur la liste CMR, 21 sont corrosifs, 32 nocifs, 49 irritants, 7 peuvent provoquer des affections gastro-intestinales et 18 des lésions eczématiformes. Il est inadmissible que de tels produits se retrouvent dans les machines à laver familiales, au milieu des vêtements des gamins par exemple.”

“C’est un dossier en cours d’instruction au plan national” observe de son côté la direction de la centrale, sans donner plus de précisions ni de calendrier.

Source : Presse de la Manche – 25/02/09

EDF recommande aux Britanniques de diminuer leurs objectifs en renouvelables

EDF a demandé au gouvernement britannique de revoir à la baisse ses objectifs de développement des énergies renouvelables, afin de ne pas compromettre ses projets de construction de réacteurs nucléaires EPR. Cette demande, soutenue par l’électricien allemand E.ON, a été soumise dans le cadre d’une consultation nationale sur les renouvelables dont les réponses ont été rendues publiques en mars 2009.

Le gouvernement britannique ambitionne d’atteindre 35 % d’électricité d’origine renouvelable d’ici à 2020. L’électricien français a préconisé que cette part ne dépasse pas 25 % du mix énergétique britannique. Il a affirmé qu’une tentative d’atteindre une part de 35 % serait non seulement irréaliste mais préjudiciable pour les autres filières telles que le nucléaire. EDF prévoit de construire 2 à 4 EPR au Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni est le pays le plus venteux d’Europe et est richement doté en termes de marées et de vagues. Toutes les conditions sont réunies pour un développement très ambitieux de l’éolien et de l’énergie marémotrice.

Source : DD Magazine, The Guardian


Le Conseil de Paris demande la distribution de pastilles d’iode

Le Conseil de Paris des 9 et 10 mars 2009 a déposé un vœu pour demander la distribution préventive de comprimés d’iode sur le territoire parisien. Cette assemblée, qui tient lieu pour la capitale de conseil municipal et de conseil général, a demandé au maire de saisir l’État afin de savoir quelles mesures il met en œuvre pour répondre aux préconisations de l’OMS.

L’OMS recommande en effet que le stockage de pastilles d’iode soit garanti sur un périmètre beaucoup plus large qu’actuellement, afin de limiter le risque de cancer de la thyroïde en cas d’accident nucléaire. Cette organisation indique que suite à l’accident de Tchernobyl, des conséquences sur la santé des habitants ont été observées jusqu’à 500 km autour de la centrale et que la distribution d’iode aurait dû être beaucoup plus large que ce qu’elle a été.

La décision de construire un second réacteur EPR à Penly, à 200 km de Paris, relance l’actualité de la question de la protection des populations en cas d’accident nucléaire.


L’énergie des danseurs récupérée dans une boite de nuit

Dans une boîte de nuit de Londres, l’énergie des danseurs est récupérée grâce à un système innovant de dalles qui alimentent la discothèque en électricité. Ce “dance floor” (piste de danse) nouvelle génération permettrait d’économiser 30 % de l’électricité et de réduire les émissions de CO2. Plus on se trémousse, plus on est écolo : c’est ce qu’on appelle le développement du râble.

Source : Le Canard enchaîné du 15 mars 2009


À Flamanville, la CGT ne veut plus laver les bleus en famille

Depuis, plusieurs mois, les délégués CGT demandent qu’EDF-Flamanville assure le nettoyage des bleus de travail souillés par des produits CMR. “C” comme cancérigène, “M” comme mutagène et “R” comme reprotoxique. Traditionnellement, les agents EDF les ramènent à la maison pour les laver. Sauf qu’un certain nombre de produits utilisés pour le fonctionnement et l’entretien des deux tranches de la centrale qui ne l’étaient pas au moment de la mise en service sont désormais inscrits sur la liste des produits CMR. Un agent témoigne : “Nous utilisons en fait sur le site 229 produits chimiques divers : 13 sont sur la liste CMR, 21 sont corrosifs, 32 nocifs, 49 irritants, 7 peuvent provoquer des affections gastro-intestinales et 18 des lésions eczématiformes. Il est inadmissible que de tels produits se retrouvent dans les machines à laver familiales, au milieu des vêtements des gamins par exemple.”

“C’est un dossier en cours d’instruction au plan national” observe de son côté la direction de la centrale, sans donner plus de précisions ni de calendrier.

Source : Presse de la Manche – 25/02/09

EDF recommande aux Britanniques de diminuer leurs objectifs en renouvelables

EDF a demandé au gouvernement britannique de revoir à la baisse ses objectifs de développement des énergies renouvelables, afin de ne pas compromettre ses projets de construction de réacteurs nucléaires EPR. Cette demande, soutenue par l’électricien allemand E.ON, a été soumise dans le cadre d’une consultation nationale sur les renouvelables dont les réponses ont été rendues publiques en mars 2009.

Le gouvernement britannique ambitionne d’atteindre 35 % d’électricité d’origine renouvelable d’ici à 2020. L’électricien français a préconisé que cette part ne dépasse pas 25 % du mix énergétique britannique. Il a affirmé qu’une tentative d’atteindre une part de 35 % serait non seulement irréaliste mais préjudiciable pour les autres filières telles que le nucléaire. EDF prévoit de construire 2 à 4 EPR au Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni est le pays le plus venteux d’Europe et est richement doté en termes de marées et de vagues. Toutes les conditions sont réunies pour un développement très ambitieux de l’éolien et de l’énergie marémotrice.

Source : DD Magazine, The Guardian


Le Conseil de Paris demande la distribution de pastilles d’iode

Le Conseil de Paris des 9 et 10 mars 2009 a déposé un vœu pour demander la distribution préventive de comprimés d’iode sur le territoire parisien. Cette assemblée, qui tient lieu pour la capitale de conseil municipal et de conseil général, a demandé au maire de saisir l’État afin de savoir quelles mesures il met en œuvre pour répondre aux préconisations de l’OMS.

L’OMS recommande en effet que le stockage de pastilles d’iode soit garanti sur un périmètre beaucoup plus large qu’actuellement, afin de limiter le risque de cancer de la thyroïde en cas d’accident nucléaire. Cette organisation indique que suite à l’accident de Tchernobyl, des conséquences sur la santé des habitants ont été observées jusqu’à 500 km autour de la centrale et que la distribution d’iode aurait dû être beaucoup plus large que ce qu’elle a été.

La décision de construire un second réacteur EPR à Penly, à 200 km de Paris, relance l’actualité de la question de la protection des populations en cas d’accident nucléaire.


L’énergie des danseurs récupérée dans une boite de nuit

Dans une boîte de nuit de Londres, l’énergie des danseurs est récupérée grâce à un système innovant de dalles qui alimentent la discothèque en électricité. Ce “dance floor” (piste de danse) nouvelle génération permettrait d’économiser 30 % de l’électricité et de réduire les émissions de CO2. Plus on se trémousse, plus on est écolo : c’est ce qu’on appelle le développement du râble.

Source : Le Canard enchaîné du 15 mars 2009



MENU