Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°30

Mars 2006

Plutonium

Un nouveau risque majeur : la place du plutonium dans l’industrie mondiale

Mars 2006




C’est le produit de l’industrie nucléaire civile et militaire, introduit sur la planète en 1942, le plus polluant pour le monde vivant par son activité massique (2,3 milliards de

becquerels par gramme, 200000 fois celle de l’uranium) et sa période radioactive (24 386 ans).



Les 430 réacteurs électronucléaires encore en service au monde produisent environ 8000 tonnes de combustible usé par an, contenant 80 tonnes de plutonium, dont 35 sont extraites dans les usines de retraitement.

(document fourni par Wise-Paris)

DES MILLIERS DE TONNES DE PLUTONIUM SONT REPANDUES SUR LA PLANETE PAR L’INDUSTRIE ELECTRONUCLEAIRE

* prévisions avec le maintien du potentiel électronucléaire actuel.

Le plutonium est nocif pour le vivant au niveau du centième de milligramme, par sa radioactivité qui détruit le noyau des cellules vivantes pendant une durée supérieure à sa demi-vie de 24000 ans, causant leucémies, cancers et mutations génétiques héréditaires. Avec plus de 2700 tonnes de plutonium actuellement présentes sur la planète, des milliers de milliards d’êtres vivants sont en danger de mort plus ou moins rapide, d’autant que la contamination par le plutonium suit le cycle de la survie des espèces, des plantes vers les animaux et vers les humains. Ce risque pour la survie sur la planète est en plus décuplé par sa séparation et son recyclage comme combustible nucléaire, qui supposent des manipulations et des transports. S’y ajoute la convoitise des terroristes et des pays désireux de posséder la bombe atomique ou (et) de polluer durablement leurs cibles avec des bombes sales. Ils sont de plus en plus nombreux et impatients.

Ce risque nous a semblé majeur, loin devant les nombreux autres risques dus au nucléaire civil :

- la pollution par les autres résidus contenus dans le combustible usé, les actinides et les produits de fission (4% du poids), que l’on stocke sous terre,

- le danger d’explosion, spontanée ou provoquée des réacteurs, surtout les plus anciens (durée de vie portée de 25 à 40 ans),

- les transports par sol, air, mer des matières nucléaires neuves et usagées,

- les rejets solides, liquides et gazeux des installations,

- le transport et le stockage des produits chimiques nécessaires à l’industrie nucléaire, le fluor pour l’enrichissement de l’uranium, l’acide nitrique pour le retraitement, le sodium pour les surgénérateurs,

- le réchauffement par les réacteurs des rivières et des courants marins côtiers,

- le devenir des friches industrielles et des ferrailles contaminées polluées pour des millénaires,

- les stériles de mines d’uranium laissées sur place par les exploitants,

- …….

Il est aussi urgent d’arrêter de produire l’électricité avec l’énergie nucléaire que de réduire l’effet de serre dû à la combustion des hydrocarbures.
Le livre de J.P.Morichaud, secrétaire du Forum Plutonium, La filière nucléaire du plutonium, menace sur le vivant aux Editions Yves Michel,

est en vente au Réseau Sortir du Nucléaire

9 rue Dumenge, 69317 Lyon Cedex 04

(12 €, port compris)

Le site du Forum Plutonium est :

http://monsite.wanadoo.fr/FORUM_PLUTONIUM/

LA REVUE “ENERGIES ET SECURITE” CONTINUE

Jusqu’en août 2004, les groupes du Réseau Sortir du nucléaire ont reçu gratuitement la version française de la revue de l’Institut pour la Recherche sur l’Energie et l’Environnement (IEER), intitulée “Energie et Sécurité”. Edité en cinq langues, elle vous livre une analyse de l’évolution de l’énergie nucléaire mondiale. Grâce au travail de traduction de Annike et Jean-Luc Thierry, cette version française continue à paraître depuis, mais sur Internet seulement.

Vous la trouverez sur le site de L’IEER : www.ieer.org.

Bonne lecture.
Jean-Pierre Morichaud

Forum Plutonium

Les 430 réacteurs électronucléaires encore en service au monde produisent environ 8000 tonnes de combustible usé par an, contenant 80 tonnes de plutonium, dont 35 sont extraites dans les usines de retraitement.

(document fourni par Wise-Paris)

DES MILLIERS DE TONNES DE PLUTONIUM SONT REPANDUES SUR LA PLANETE PAR L’INDUSTRIE ELECTRONUCLEAIRE

* prévisions avec le maintien du potentiel électronucléaire actuel.

Le plutonium est nocif pour le vivant au niveau du centième de milligramme, par sa radioactivité qui détruit le noyau des cellules vivantes pendant une durée supérieure à sa demi-vie de 24000 ans, causant leucémies, cancers et mutations génétiques héréditaires. Avec plus de 2700 tonnes de plutonium actuellement présentes sur la planète, des milliers de milliards d’êtres vivants sont en danger de mort plus ou moins rapide, d’autant que la contamination par le plutonium suit le cycle de la survie des espèces, des plantes vers les animaux et vers les humains. Ce risque pour la survie sur la planète est en plus décuplé par sa séparation et son recyclage comme combustible nucléaire, qui supposent des manipulations et des transports. S’y ajoute la convoitise des terroristes et des pays désireux de posséder la bombe atomique ou (et) de polluer durablement leurs cibles avec des bombes sales. Ils sont de plus en plus nombreux et impatients.

Ce risque nous a semblé majeur, loin devant les nombreux autres risques dus au nucléaire civil :

- la pollution par les autres résidus contenus dans le combustible usé, les actinides et les produits de fission (4% du poids), que l’on stocke sous terre,

- le danger d’explosion, spontanée ou provoquée des réacteurs, surtout les plus anciens (durée de vie portée de 25 à 40 ans),

- les transports par sol, air, mer des matières nucléaires neuves et usagées,

- les rejets solides, liquides et gazeux des installations,

- le transport et le stockage des produits chimiques nécessaires à l’industrie nucléaire, le fluor pour l’enrichissement de l’uranium, l’acide nitrique pour le retraitement, le sodium pour les surgénérateurs,

- le réchauffement par les réacteurs des rivières et des courants marins côtiers,

- le devenir des friches industrielles et des ferrailles contaminées polluées pour des millénaires,

- les stériles de mines d’uranium laissées sur place par les exploitants,

- …….

Il est aussi urgent d’arrêter de produire l’électricité avec l’énergie nucléaire que de réduire l’effet de serre dû à la combustion des hydrocarbures.
Le livre de J.P.Morichaud, secrétaire du Forum Plutonium, La filière nucléaire du plutonium, menace sur le vivant aux Editions Yves Michel,

est en vente au Réseau Sortir du Nucléaire

9 rue Dumenge, 69317 Lyon Cedex 04

(12 €, port compris)

Le site du Forum Plutonium est :

http://monsite.wanadoo.fr/FORUM_PLUTONIUM/

LA REVUE “ENERGIES ET SECURITE” CONTINUE

Jusqu’en août 2004, les groupes du Réseau Sortir du nucléaire ont reçu gratuitement la version française de la revue de l’Institut pour la Recherche sur l’Energie et l’Environnement (IEER), intitulée “Energie et Sécurité”. Edité en cinq langues, elle vous livre une analyse de l’évolution de l’énergie nucléaire mondiale. Grâce au travail de traduction de Annike et Jean-Luc Thierry, cette version française continue à paraître depuis, mais sur Internet seulement.

Vous la trouverez sur le site de L’IEER : www.ieer.org.

Bonne lecture.
Jean-Pierre Morichaud

Forum Plutonium



Thèmes
Sites nucléaires